une seconde procédure de destitution contre Donald Trump suite à l’assaut du Capitole le 6 janvier — Wikinews

44

Une nouvelle de Wikinews, la source d’informations que vous pouvez écrire.

13 janvier 2021. –
La Chambre des représentants des États-Unis se penche actuellement sur une procédure de destitution (« impeachment ») visant Donald Trump. Il s’agit de la seconde procédure de ce genre entamée durant le mandat de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Cette action fait suite aux événements violents du 6 janvier 2020 au Capitole, qui ont fait 5 morts. Donald Trump y est accusé d’avoir encouragé ses partisans à assaillir le Capitole.

Le vote sur la procédure d’accusation est prévu pur 15 heure mercredi le 12 janvier. Elle se déroule dans une ville de Washington sous fortes tensions quelques jours avant l’assermentation de Joe Biden comme nouveau l’président des États-Unis sur les mêmes marches du Capitole. L’issu du résultat à la Chambre des représentants fait peu de doute, la majorité démocrate y assurant un vote positif. Donald Trump, qui refuse de reconnaitre la moindre responsabilité dans l’assaut contre le Capitole suite à son discours, considère que cette procédure n’est qu’« une énième manœuvre des démocrates, une nouvelle « chasse aux sorcières ».

Le résultat du vote au Sénat américain est plus difficile à prévoir car il nécessite une majorité des deux tiers des élus et donc de l’appui de plusieurs sénateurs républicains. Rappelons que lors de la première procédure de destitution visant Donald Trump lors de l’affaire ukrainienne, la procédure n’avait pas obtenu l’appui d’un seul républicain. Cependant, cette fois-ci plusieurs sénateurs républicains ont déjà annoncé qu’ils appuieraient la procédure. Parmi ceux-ci, notons la prise de position de Liz Cheney, l’une des leaders républicaines au Sénat et fille de l’ancien vice-président américain, qui a affirmé que « rien de tout cela ne serait arrivé sans le président » en parlant des événements du 6 janvier. Le résultat pourrait cependant dépendre de la position que prendra Mitch McConnell, actuel président de la majorité républicaine au Sénat, qui aurait dit à quelques proches, estimé que la procédure était fondée. Un autre élément penche aussi dans la balance pour ce leader républicain, soit celui de permettre à son parti de « tourner définitivement la page Trump ».

Voir aussi

Thèmes

Source