Un juge rejette l’offre de Donald Trump d’arrêter la certification des votes en Pennsylvanie

33

Un juge fédéral a rejeté une plainte déposée par la campagne du président américain Donald Trump visant à rejeter des millions de votes par correspondance en Pennsylvanie.

La décision porte un autre coup dur à la campagne de M. Trump dans ses efforts pour annuler sa défaite électorale du 3 novembre face au président élu démocrate Joe Biden.

Le juge du tribunal de district américain Matthew Brann a statué que la campagne de M. Trump n’avait pas réussi à démontrer qu’il y avait eu une fraude électorale généralisée lors des élections.

« Ce tribunal a été présenté avec des arguments juridiques tendus sans fondement et des accusations spéculatives », a écrit le juge Brann.

Il a ajouté qu’il « n’a pas le pouvoir de retirer le droit de vote même à une seule personne, et encore moins à des millions de citoyens ».

« Aux États-Unis d’Amérique, cela ne peut pas justifier la privation du droit de vote d’un seul électeur, et encore moins de tous les électeurs de son sixième État le plus peuplé », lit-on dans la décision.

« Notre peuple, nos lois et nos institutions exigent plus. »

Le procès, dirigé par l’avocat personnel de M. Trump, Rudy Giuliani, visait à empêcher les responsables de certifier la victoire de M. Biden dans l’État, arguant que certains comtés avaient à tort permis aux électeurs de corriger des erreurs sur leurs bulletins de vote par correspondance.

M. Giuliani n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

« J’ai dit à tous ceux qui écouteront: ces poursuites sont sans fondement », a déclaré le procureur général de Pennsylvanie Josh Shapiro sur Twitter après la décision.

Défis en cours dans d’autres États

Le procès est l’un des dizaines de poursuites intentées par M. Trump et ses alliés républicains au lendemain de l’élection.

Ils cherchent également à invalider ou à modifier les résultats par le biais de recomptages et de pressions directes sur les politiciens dans plusieurs États.

La campagne n’a pas fourni de preuves de ses allégations de fraude électorale généralisée et coordonnée.

Dans le Michigan, les républicains ont demandé samedi (heure américaine) aux autorités de l’État d’attendre pour certifier la victoire de M. Biden pendant 14 jours pour permettre un audit des bulletins de vote dans le comté de Wayne, qui comprend la ville à majorité noire de Detroit.

La lettre citait des allégations « d’irrégularités » qui n’ont pas été étayées.

M. Biden a remporté 154000 voix de plus que M. Trump au Michigan.

Cet effort fait face à de longues chances.

Un porte-parole de la plus haute autorité électorale du Michigan a déclaré que la loi de l’État ne permettait pas d’audits avant que le vote ne soit certifié, qui devait avoir lieu lundi.

Les allégations de fraude généralisée ont été jugées sans fondement, a déclaré le porte-parole.

Deux grands politiciens républicains du Michigan, venus à Washington à la demande de M. Trump, ont déclaré après l’avoir rencontré vendredi qu’ils n’avaient aucune information qui changerait le résultat des élections dans l’État.

Dans le Wisconsin, un responsable a déclaré que des observateurs mal formés pour la campagne Trump ralentissaient un recomptage partiel en contestant chaque scrutin et en soulevant d’autres objections.

« Les observateurs sont perturbateurs. Ils posent question après question, disant aux tabulateurs d’arrêter, d’arrêter ce qu’ils font et c’est hors de propos, ce n’est pas acceptable », a déclaré le greffier du comté de Milwaukee George Christianson aux journalistes.

Un recomptage manuel et un audit en Géorgie ont confirmé vendredi que M. Biden était le vainqueur dans l’État du sud, le premier candidat démocrate à la présidentielle à remporter la Géorgie en près de trois décennies.

La campagne Trump dispose désormais de deux jours ouvrables pour demander un recomptage en Géorgie.

L’équipe juridique de M. Trump a également déclaré qu’elle prévoyait un procès dans l’État, mais n’a pas fourni de détails.

Les partisans se rallient derrière le président

Les accusations de M. Trump ont continué à enflammer sa base républicaine.

Des centaines de partisans se sont rassemblés samedi au Statehouse d’Atlanta, avec une vidéo publiée en ligne montrant des orateurs dénonçant les médias pour avoir qualifié M. Biden de vainqueur des élections, ainsi que les dirigeants républicains de l’État pour avoir certifié les résultats.

Des policiers en tenue anti-émeute ont été déployés pour les séparer des contre-manifestants rassemblés à proximité.

L’administration des services généraux, dirigée par une personne nommée par Trump, n’a pas reconnu la victoire de M. Biden, empêchant son équipe d’accéder aux bureaux du gouvernement et au financement normalement fourni à une nouvelle administration avant le jour de l’inauguration le 20 janvier.

Les critiques affirment que le retard et le refus de M. Trump de concéder ont de graves implications pour la sécurité nationale et la lutte contre le coronavirus, qui a tué près de 255000 Américains.

Espace pour jouer ou mettre en pause, M pour couper le son, flèches gauche et droite pour rechercher, flèches haut et bas pour le volume.
Une grande foule de partisans de Donald Trump marche dans le bâtiment du Capitole de l’État en Géorgie, alors que les responsables électoraux racontent le vote.

Fils / ABC

Source