Trump déclare que les États-Unis et la Chine signeront un accord commercial en janvier

73

WASHINGTON – Le président Trump a déclaré mardi que les États-Unis et la Chine signeraient un accord commercial "très important et complet" à la Maison Blanche le 15 janvier, bien que les détails exacts de l'accord n'aient pas encore été dévoilés.

La signature cimenterait la première phase d’un accord qui a pris près de deux ans à négocier et officialisera une trêve commerciale entre les deux plus grandes économies du monde. Le président, qui annoncé la date de la cérémonie sur Twitter, a déclaré que "des représentants de haut niveau de la Chine" assisteraient à la cérémonie de signature et qu'il prévoyait de se rendre en Chine "à une date ultérieure" pour entamer des pourparlers sur la deuxième phase de l'accord.

M. Trump n'a pas dit si Xi Jinping, le leader chinois, serait présent ou n'a nommé aucun représentant de la Chine qui pourrait assister à la cérémonie.

Texte de l'accord, conclu mi-décembre, n'a pas été rendu public et son contenu exact n'a pas encore été entièrement vérifié par les experts ou les nombreuses entreprises qui ont souffert de la lutte commerciale prolongée avec la Chine. L'accord ne réduirait qu'une petite partie des droits de douane que M. Trump a imposés sur 360 milliards de dollars de produits chinois, laissant de nombreux prélèvements en place.

Des responsables des deux pays ont déclaré que l'accord comprend des engagements de la Chine à augmenter les achats de produits agricoles et énergétiques américains, limite la capacité de Pékin à affaiblir sa monnaie et offre une protection renforcée aux entreprises américaines faisant des affaires en Chine. L'accord réduit également les droits de douane sur environ 120 milliards de dollars de marchandises et a anticipé les nouveaux tarifs prévus pour le 15 décembre.

En annonçant l'accord, les États-Unis ont déclaré que les achats agricoles de la Chine devraient atteindre au moins 40 milliards de dollars par an sur une période de deux ans et que les exportations totales de produits alimentaires, d'énergie, de produits manufacturés et de services vers la Chine augmenteraient d'un total de 200 milliards de dollars. Les responsables chinois, cependant, sont restés vagues en décrivant exactement ce qu'ils ont accepté d'acheter et dans quel délai.

Des détails spécifiques sur les engagements d’achat de la Chine pourraient ne pas figurer dans le texte de l’accord rendu public parce que les responsables craignaient que les marchés des produits de base ne soient faussés si de telles informations étaient publiées. L'accord devrait avoir une certaine flexibilité afin que la Chine puisse adapter ses achats à la demande du marché.

L'accord devrait être signé au cours de la première semaine de janvier et le fait que la date de la cérémonie n'ait pas été annoncée fait craindre que de nouveaux obstacles ne soient apparus. Cependant, Peter Navarro, le conseiller commercial de la Maison Blanche, a déclaré lundi sur Fox Business Network que les deux parties étaient en train de traduire l'accord et qu'une signature était imminente.

Le différend commercial entre les États-Unis et la Chine a secoué l'économie mondiale au cours des 19 derniers mois, les deux pays ayant haussé les tarifs et les autres barrières commerciales tandis que les négociations s'essoufflaient et ralentissaient. En brisant l'accord en morceaux, la Chine a pu éviter des tarifs supplémentaires et M. Trump a obtenu une victoire politique avant sa campagne de réélection.

Pourtant, la première phase de l’accord ne répond pas à bon nombre des préoccupations les plus importantes des États-Unis concernant les pratiques économiques de la Chine, en particulier sa politique industrielle et les subventions accordées aux entreprises publiques. M. Trump a déclaré que ces questions seraient abordées dans les négociations futures et a déclaré que les tarifs restants continueraient d'exercer des pressions sur la Chine pour qu'elle accède aux demandes américaines.

M. Trump a annoncé la signature juste avant l'ouverture des marchés mardi. Aux États-Unis, les actions étaient mitigées en début de séance.



Source