Tesla, Facebook, GE et plus

34

Elon Musk, cofondateur et président-directeur général de Tesla Motors.

Yuriko Nakao | Bloomberg | Getty Images

(Cette histoire fait partie de l'édition du Weekend Brief du bulletin Evening Brief. Pour vous inscrire au Evening Brief de CNBC, cliquez sur ici.)

Les analystes de Wall Street ont tendance à être groupés, la plupart des actions trouvant un consensus informel à Wall Street parmi cette foule.

Mais il existe quelques actions qui divisent profondément les opinions des analystes – et, sans surprise, le plus controversé est de loin le constructeur d'automobiles électriques d'Elon Musk, Tesla. Selon une analyse des données de FactSet par CNBC, aucune action ne présente un écart plus grand que celui de Tesla, de l'objectif de prix moyen des analystes aux objectifs supérieur et inférieur.

Tesla est peut-être le titre qui divise le plus dans la rue, mais ce n’est pas non plus le seul. Plusieurs sociétés de haute technologie – Facebook, Advanced Micro Devices et Square – font partie des stocks de ce champ de bataille, ainsi que des sociétés de cyclotourisme Uber et Lyft et du conglomérat industriel en crise General Electric.

Voici la liste des 20 titres les plus controversés, selon la couverture par les analystes de sociétés dont la valeur marchande dépasse 10 milliards de dollars.

Tesla

Jefferies a récemment attribué à Tesla l’un des prix les plus élevés de Wall Street, le titre grimpant à 400 $. Dans une note aux investisseurs, Jefferies a déclaré que la société de Musk se stabiliserait en 2019, "avec une base plus solide pour un retour à la croissance des revenus et des bénéfices en 2020". La société s'attend également à ce que Tesla maintienne "son avance en matière de produit, d'accessibilité financière et de technologie" l'année prochaine, en précisant que la société sera sur la voie de la "rentabilité durable".

Mais UBS, l’un des plus grands pessimistes de Tesla, s’attend à ce que ses actions perdent la moitié de leur valeur l’année prochaine. UBS a déclaré dans une note récente qu’il considérait le ralentissement généralisé des dépenses discrétionnaires comme un "risque clé" pour les constructeurs automobiles, s'attendant à ce que Tesla lutte contre une "incapacité à réduire les coûts et la performance des batteries", ainsi que les menaces pesant sur son approvisionnement en batteries. chaîne et les modifications apportées à la réglementation des véhicules électriques.

GE

Les actions de General Electric ont connu une bonne année, en hausse de plus de 50%, et William Blair estime que les actions vont monter encore plus haut. La société est la plus optimiste sur le titre de GE. Elle a déclaré aux investisseurs, après les résultats du troisième trimestre, que GE "continue de bien fonctionner tout en survolant les turbulences géopolitiques", avec "toujours beaucoup de choses à venir". William Blair s'attend à ce que GE "termine 2019 en force", avec un objectif de cours de 15 USD impliquant une nouvelle augmentation de 35% du titre.

J.P. Morgan, par contre, reste résolument le plus gros ours GM. Depuis l'avertissement des investisseurs sur la chute des actions de GE il y a trois ans, le cabinet a été le plus vif critique de GE sur Wall Street et propose actuellement un objectif de cours de 5 USD. Dans une note récente, J.P. Morgan a déclaré qu’il ne pensait pas que la "direction de GE ait établi un plancher" pour la performance de ses activités, ajoutant que "GE manque à l’orientation concernant le BAII de ses activités principales établi en mars".

Facebook

Semblable à GE, le géant des médias sociaux Facebook connaît une excellente année avec un stock de près de 55%. Mizuho Securities a choisi Facebook comme premier choix parmi les valeurs Internet. Après les récents résultats trimestriels de Facebook, son "approche pragmatique" en matière de réglementation l'aidera à surmonter ses préoccupations politiques et à espérer que Facebook améliorera des produits clés tels que les paiements en ligne en 2020.

Société Générale pense toutefois que le stock de Facebook est en chute libre. La société considère que le succès récent de Facebook ne fait que susciter des attentes "déjà élevées", précisant que la société doit désormais faire face à "une tornade de problèmes de confidentialité, de sécurité et de réglementation". Société Générale voit le stock de Facebook chuter à 120 dollars par action dans les mois à venir, soit une baisse de 40% par rapport à son prix actuel de près de 200 dollars.

– CNBC Michael Bloom contribué à ce rapport.