Lundi prochain, Mercure passera devant le Soleil, un phénomène rare qui ne se reproduira plus avant 2032

23
science

ASTRONOMY – À vos télescopes! Mercure, la plus petite planète du système solaire, sera interposée entre notre planète et le Soleil. Un phénomène rare qui ne se produit qu'une douzaine de fois par siècle. La dernière fois était en 2016 et la prochaine est prévue pour 2032.

Vu de la Terre, le spectacle promet d’être en mouvement. Le lundi 11 novembre, Mercure, la plus petite planète du système solaire, passera devant le Soleil. L'étoile, qui se détachera du disque lumineux de notre étoile, ne sera alors pas plus grosse qu'une petite boule noire. Quoi de mieux pour réaliser le rapport d'échelle impressionnant entre les deux corps célestes, ainsi que les dimensions de notre planète, seulement 2,6 fois plus grand que Mercure.

Ce phénomène astronomique rare, qui ne se reproduira pas avant 2032, sera visible partout sur Terre où le soleil se lèvera. Il sera observable dans son intégralité dans l'est de l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud, l'extrême ouest de l'Afrique, l'Australie et l'Asie (sauf l'ouest). Dans d'autres régions du monde, comme la nôtre en Europe, cela ne sera que partiellement visible. Cela ne changera pas la beauté du spectacle.

A quelle heure admirez-vous cet événement?

En métropole, le phénomène débutera à 13h15. Il ne sera pas visible dans sa totalité, car le soleil se couchait avant la fin du passage. Mais il peut cependant être observé jusqu'à 16h48 et 17h32, selon les régions. Dans certains départements et territoires d'outre-mer, tels que la Guadeloupe, la Guyane ou Saint-Pierre-et-Miquelon, les résidents pourront admirer le spectacle dans son intégralité.

Pour vous simplifier la vie, l’Institut de la mécanique céleste et des éphémérides calculatrices (IMCCE), chargé du développement et de la publication des éphémérides officielles de la France, a élaboré un tableau des horaires (en heure locale) du passage Mercure selon les villes .

Comment l'observer en toute sécurité?

Le soleil est si brillant et le mercure si petit sur le disque solaire, qu'il sera impossible de distinguer la planète avec des lunettes à éclipse. Son observation est donc conditionnée à l'utilisation d'un télescope astronomique ou d'un télescope équipé d'un filtre de protection. Il doit être doté d'une protection solaire de type 5 "mylar", afin d'éviter tout accident ophtalmique irréversible.

Mais, selon l'Observatoire de Paris, la meilleure méthode pour assister au transit de Mercure sans risque est celle de l'observation par projection sur écran à l'aide d'un solarscope. Cet instrument, disponible dans les magasins spécialisés (à partir de 65 euros), permet de réaliser l’impressionnant ratio d’échelle entre les deux étoiles (0,7 mm pour Mercury, contre 12 cm pour le Soleil).

Quelques précautions: L'opportunité de rappeler, bien que cela puisse paraître évident, qu'il est important de ne jamais regarder le soleil sans protection, au risque de provoquer de graves lésions aux yeux. Il n'est donc pas possible d'observer le passage de Mercure avec des lunettes à éclipse. Toute autre manière, comme les lunettes de soleil par exemple, est évidemment proscrire.

En vidéo

EXPLOREZ – Mercure, planète des extrêmes

Un événement retransmis sur Internet

En Île-de-France, ceux qui ne disposent pas d'équipements adéquats pourront se rendre sur le site de Meudon de l'Observatoire de Paris. Des télescopes mobiles équipés de filtres spéciaux seront à la disposition du public pour permettre aux parisiens d'admirer le spectacle dans les meilleures conditions. En région, des événements sont également prévus. Pour plus d'informations, contactez le club d'astronomie de votre département ou rendez-vous sur le site de l'association française d'astronomie (AFA).

Ceux qui veulent en profiter, tranquillement assis sur leur canapé, peuvent également le faire via une simple connexion Internet. Le jour J, sous réserve de conditions météorologiques favorables, l'événement sera filmé depuis l'observatoire du Pic du Château-Renard à Saint-Véran (Hautes-Alpes), situé à une altitude de 2 936 mètres, et retransmis avec un léger retard. sur le site Internet de l'Observatoire de Paris.

Sur le même sujet

Et aussi