Starligue – J9 | Paris bat Montpellier, un championnat déjà joué?

9

En s'imposant contre Montpellier ce soir (35-30), Paris a consolidé sa position de leader dans le championnat. Avec six points d'avance sur leurs poursuivants, les parisiens ont-ils déjà plié la cause?

Tout d’abord, concentrons-nous sur le match du soir. Ce Paris a plié en vingt minutes, à peu près. Neuf buts marqués en dix minutes, quatorze en dix-neuf et surtout vingt en une mi-temps, se terminaient avec six points d'avance (20-14), l'impression laissée par les joueurs de la capitale laissait très peu de place au doute: oui, les Le Paris Saint-Germain est pour le moment la meilleure équipe de France et assez loin. Montpellier a été brutalement puni pour chacune de ses pertes de ballon par la fusée Gudjon Valur Sigurdsson (7 buts dans les 25 premières minutes) et son alter-ego, Luc Abalo. "Le pire, c’est que nous ne perdions pas beaucoup, mais quatre de suite qui nous fassent mal. C’est pourquoi je change presque toute l’équipe en ce moment" déploré après coup Patrice Canayer. Les parisiens ont appuyé exactement là où la chaussure frotte leur adversaire: ses débuts en rencontres. Si, contre Porto ou Zaporozhye ces dernières semaines, le Montpellier avait pu revenir pour remporter le poste, cette fois, le défi était d'une autre taille. Un peu trop gros pour un Montpellier qui n'a pas baissé les bras en seconde période, à la manière d'un bénévole de Gilberto Duarte, mais qui n'est jamais revenu à moins de quatre buts. "Et encore, je pense qu'ils sont restés sous la pédale" Canayer relativisé, tandis que Porte Saint-Valentin voulait garder le positif: "Bien sûr, nous devrons changer quelque chose pour mieux commencer nos jeux. Mais dans les quarante dernières minutes, nous jouons avec eux. Nous devons reconnaître que, pour le moment, ils sont au-dessus de nous. Nous devons continuer à travailler pour fermer le trou. "

Six points, un gouffre

L'écart ce soir est donc de six points entre Paris, le leader du championnat, et ses poursuivants. Après neuf jours, il serait présomptueux de dire que la course au titre est jouée, d’autant plus que les parisiens vont s’installer en 2020 à Montpellier, Nantes, Aix ou même Toulouse. En outre, ils ne voulaient pas vendre la peau de l'ours avant de le tuer. "Je suis assez vieux pour me rappeler certaines années quand une équipe avec beaucoup d'avancées est arrivée. C'est arrivé à Montpellier il y a deux ans, et nous sommes passés. Bien sûr, c'est encore mieux être à notre place " souriant Nikola Karabatic. Mais tout de même, ses coéquipiers et lui ont laissé beaucoup d’impressions depuis le début de la saison. Un sentiment de domination qui laisse encore plus de doutes sur la capacité de ses poursuivants à monter la pente et qui nous ferait presque dire que Paris a déjà fait le plus dur. "Nous savons que c'est encore long et qu'il y aura encore beaucoup de choses entre l'équipe de France, la Ligue des champions. Tout peut aller très vite, mais nous sommes très heureux d'être à notre place. Avec l'expérience que nous avons, nous ne doit pas laisser les autres revenir " rétorque Karabatic.

Paris a un horaire favorable

Du côté de Montpellier, nous n'avons pas déjà démissionné, mais presque. Avant le match, Patrice Canayer avait déclaré vouloir consolider la deuxième place. L'occasion est manquée, car le MHB est désormais l'un des cinq poursuivants parisiens, avec Nantes, Aix, Toulouse et Nîmes. Et lorsqu'on lui a demandé si la différence de six points était inacceptable, le responsable nous a parlé des progrès accomplis: "Je ne veux pas manquer d'ambition, mais nous voulons progresser pour battre cette équipe. Nous nous rapprochons du niveau de cette équipe, mais pour y arriver, il faudra beaucoup de travail." Comprenez cela comme vous le souhaitez, mais nous avons déjà ressenti un peu de clarté, voire même de résignation, chez Canayer, surtout quand, quelques secondes plus tôt, il a rappelé que l'objectif était d'obtenir la deuxième place qualificative pour la Champions League. Ce qui, étant donné la densité du championnat, sera déjà un objectif assez compliqué à atteindre. Paris ce soir a sonné ses poursuivants. Il aurait même pu, grâce à un emploi du temps favorable (Créteil, Saint-Raphaël, Tremblay, Dunkerque) et pendant que ses concurrents se joueraient, avoir éliminé le championnat avant Noël …

Kevin Domas