Anjou: une campagne sur la sexualité des jeunes

11

3 x plusIST (les infections sexuellement transmissibles) dans moins de 4 ans chez les 15-24 ans. Un rapport national alarmant, qui a poussé les professionnels des Centres de Planification à alerter le département de Maine-et-Loire. Son service de communication a réalisé deux vidéos de 7 minutes "avec les jeunes, pour les jeunes" diffusé pendant deux semaines sur les réseaux sociaux. Une campagne innovante, bienvenue à Caroline Martin. "Peut-être réinvente-t-il les jeunes et les informe-t-il différemment", interroge le médecin référent du CPEF 49, "et les informer des possibilités de prévention et de dépistage, des lieux où cela peut être fait".

Écoutez le podcast

Une première vidéo tournée avec des étudiants sur les campus de Maine-et-Loire aborde également le thème du consentement et de la contraception à l'aide de statistiques de choc, affichées sur un grand panneau. Deux influenceurs angevins, dont la YouTubeuse JusteZoé, ont été contactés pour relayer cette campagne.

(Embed) https://www.youtube.com/watch?v=IgGh3aQRbOk (/ embed)

13 ans, l'âge moyen du premier film porno

Dans une seconde vidéo tournée à Segré, Sandra Boiron, conseillère conjugale et familiale, et la collègue de son médecin réagissent à ces chiffres: 40% des IST détectées en France sont entre 15 et 24 ans et l’âge moyen du premier porno film, il a 13 ans. "Choquant" pour les jeunes interrogés, et problématique dans leur représentation de la sexualité pour le référent du CPEF du département. "Je ne pense pas que ce soit le seul contact, mais le problème est qu'il transmet des informations erronées.Il doit s'arrêter avec le terme" normal ", la normalité", croit Caroline Martin.

Écoutez le podcast

Cette campagne vidéo à regarder sur Youtube, le Département Facebook ou son site Internet sont également l’occasion de communiquer sur les neuf centres de planification du département situés à Segré, Angers (3), Cholet (2), Saumur (2) et Baugé. Ils sont ouverts gratuitement et anonymement à tous. Les mineurs n'ont pas besoin d'une autorisation parentale.