Nouveau Dieselgate en vue ? L’avocat général de l’UE accuse VW d’utiliser des logiciels illégaux

Nouveau Dieselgate en vue ?  L'avocat général de l'UE accuse VW d'utiliser des logiciels illégaux

L’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne, Athanasios Rantos, vient de défendre qu’un logiciel utilisé par le groupe Volkswagen, appelé « fenêtre de température », est illégal. La nouvelle a été avancée par Automotive News Europe, ajoutant que l’affaire pourrait donner lieu à une nouvelle enquête de la justice européenne, le plus grand constructeur automobile européen.

A l’heure où il tente toujours de sortir du « célèbre » Dieselgate, qui a fini par entraîner de forts dégâts financiers et d’image, le Groupe Volkswagen se retrouve, une fois de plus, au centre d’une énième polémique liée à l’usage de la technologie. . Reste, dans cette affaire, à savoir si cette nouvelle accusation, rapportée par Automotive News, donnera lieu, ou non, à une nouvelle enquête de la Cour de justice de l’Union européenne.

De plus, et selon la publication, l’affaire a été déclenchée par des plaintes de consommateurs en Autriche et se concentre sur le logiciel que le groupe Volkswagen utilise pour contrôler une vanne qui favorise la recirculation des gaz d’échappement à la sortie du moteur.

Nouveau Dieselgate en vue Lavocat general de lUE accuse

Dans certaines conditions, lorsque les températures extérieures sont supérieures ou inférieures à la plage 15-33 degrés Celsius et que le véhicule roule à des altitudes supérieures à 1 000 mètres, cette même vanne est désactivée par le logiciel, permettant aux émissions de NOx d’augmenter pendant le processus de combustion.

En théorie, ce logiciel vise à empêcher le moteur de vieillir ou de s’encrasser, mais l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne fait valoir qu’il s’agit d’un « dispositif illégal » et d’un « manipulateur, très similaire à celui installé dans l’EA 189 moteurs , a motivé le Dieselgate.

De plus, et à l’appui de cette théorie, des consommateurs autrichiens prétendent que la soi-disant « fenêtre de température » ​​ne représente pas les conditions de conduite réelles, tant en Autriche qu’en Allemagne.

Le conseiller de la Cour européenne de justice, le grec Athanasios Rantos, qui a présenté son argumentation aux tribunaux régionaux de Klagenfurt et d’Eisenstadt, en Autriche, ainsi qu’à la Cour suprême autrichienne, a rejeté la justification de la protection du moteur, défendant que c’est, oui, un dispositif « manipulateur » et « interdit ».