Pour l’ONU, l’accord sur le nucléaire iranien reste le meilleur moyen de garantir la paix

Les Nations Unies regrettent que l’avenir du Plan d’action global conjoint (JCPOA)communément appelé « Accord sur le nucléaire Iranien » soit mis en doute, mais nonobstant les défis actuels, cet accord historique reste le meilleur moyen de garantir que le programme nucléaire iranien se déroule sur une voie pacifique, a déclaré mardi la cheffe des affaires politiques de l’ONU.

Rosemary DiCarlo, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, a déclaré au Conseil de sécurité que l’accord de 2015 – que le Conseil a approuvé par la résolution 2231 – reste crucial pour l’architecture mondiale de non-prolifération nucléaire et pour la sécurité régionale et internationale.

« Il est donc regrettable que l’avenir de cet accord soit incertain », a-t-elle déclaré, soulignant le retrait de l’accord sur le nucléaire décidé par le président américain Donald Trump en 2018, la réimposition de sanctions américaines et la décision de Washington de ne pas prolonger les dérogations pour le commerce du pétrole avec Iran.

Limites dépassées par l’Iran
Mme DiCarlo a également regretté que l’Iran, en réponse au retrait des Etats-Unis de l’accord, ait – sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) – dépassé les limites stipulées dans le Plan d’action sur l’enrichissement d’uranium, ses stocks d’eau lourde et d’uranium faiblement enrichi ainsi que ses activités de recherche et développement nucléaires.

Elle a appelé l’Iran à reprendre la mise en oeuvre intégrale du JCPOA et à répondre aux préoccupations exprimées par d’autres pays concernant ses actions incompatibles avec les restrictions énoncées à l’annexe B de la résolution 2231.

Mme DiCarlo s’est adressée à une réunion par vidéoconférence du Conseil alors que ses 15 membres ont examiné le neuvième rapport du Secrétaire général sur la mise en oeuvre de la résolution 2231 (2015) avant l’expiration prévue de l’embargo des Nations Unies sur les armes imposé à l’Iran le 18 octobre.

L’Iran impliqué dans les attaques saoudiennes
Entre autres, La Secrétaire générale adjointe a déclaré que, sur la base des résultats techniques et compte tenu des informations fournies par l’Iran, le Secrétariat des Nations Unies a évalué que les missiles de croisière et les drones à ailes delta, ou des parties de ceux-ci, utilisés dans les attaques contre l’Arabie saoudite en 2019 étaient d’origine iranienne.

Elle a également déclaré que le Secrétariat avait reçu des informations de l’Australie, d’Israël et de l’Arabie saoudite concernant le transfert présumé d’armes et de matériel connexe d’Iran et qu’il ferait rapport au Conseil, le cas échéant, en temps opportun.

« Nonobstant les défis actuels du JCPOA, il reste le meilleur moyen de garantir le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien », a déclaré la Secrétaire générale adjointe. « Sa pleine mise en oeuvre, ainsi que le respect fidèle de la résolution 2231, sont également fondamentaux pour la stabilité régionale », a-t-elle déclaré.

Les États-Unis demandent la prolongation de l’embargo sur les armes
Dans le débat qui a suivi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo – décrivant l’Iran comme « le régime terroriste le plus odieux du monde » – a déclaré que la « préférence écrasante » de Washington est de travailler avec le Conseil pour prolonger l’embargo qu’il a mis en place en 2017 par la résolution 1747 (2007).

« Vous n’entendez pas cela que de moi ou des États-Unis … D’Israël au Golfe, les pays du Moyen-Orient – qui sont les plus exposés aux prédations de l’Iran – parlent d’une seule voix : proroger l’embargo sur les armes », a dit le chef de la diplomatie américaine.

« Ce Conseil a la responsabilité de les écouter », a-t-il ajouté.

M. Pompeo a averti que si l’embargo était autorisé à expirer, l’Iran serait libre d’acquérir des avions de chasse russes, de renforcer sa flotte de sous-marins, de partager de nouvelles technologies militaires avec ses mandataires du Moyen-Orient et de tenir une épée de Damoclès sur la stabilité économique de la région.

« Nous avons imposé des restrictions sur les armes à Téhéran sous diverses formes depuis 13 ans, et pour une bonne raison, et pour un effet substantiel », a déclaré le secrétaire d’État.

L’Iran appelle à ne pas cédez pas à l’intimidation des États-Unis
Le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a répondu que si le Conseil faiblissait, ce serait un « revers générationnel » pour le multilatéralisme et l’État de droit face à une campagne d’intimidation des États-Unis contre les institutions internationales.

Se référant aux rapports de suivi successifs de l’AIEA qui ont conclu que l’Iran est conforme au Plan d’action, M. Zarif a déclaré que Téhéran avait rempli tous ses engagements de bonne foi, tandis que Washington et ses « facilitateurs » ont fait pression sur le Secrétariat de l’ONU pour qu’il interprète unilatéralement la résolution 2231.

La communauté internationale en général, et le Conseil en particulier, sont confrontés à un choix : défendre le respect de l’Etat de droit ou revenir à l’état de la jungle en se soumettant aux caprices d’un tyran hors la loi, a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il était grand temps que la communauté internationale et le Conseil tiennent les États-Unis pour responsables de leurs actes illicites, dont trois guerres en autant de décennies au Moyen-Orient et le terrorisme économique contre la nation iranienne.

L’Iran préfère un engagement constructif, mais il ne dépend pas des autres pour sa sécurité, sa stabilité et sa prospérité, a dit son ministre des affaires étrangères, ajoutant que plus de quatre décennies de pressions américaines n’ont pas réussi à mettre les Iraniens à genoux.

Verification and Monitoring in Iran
Special coverage of IAEA inspection activities, including reports, statements and media coverage in relation to the application of IAEA safeguards in Iran
.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques, Rosemary DiCarlo, devant le Conseil de sécurité