Ours tué par balles : Sea Shepherd dépose plainte contre la présidente du Conseil départemental de l’Ariège pour diffamation et subornation de témoin

A la suite de l’abattage d’un jeune ours à Ustou en juin dernier et face à l’omerta locale sur le sujet, Sea Shepherd a proposé une récompense de 10.000 euros pour tout témoignage qui aiderait la justice à faire condamner le ou les coupable(s).

La récompense atteint à ce jour 50.000 euros à la suite des dons spontanés de citoyens, d’associations et d’entreprises locales et nationales. Si Sea Shepherd a déjà eu recours à ce procédé par le passé en France et à l’étranger, une participation de la société civile pour faire monter la récompense est une première, preuve s’il en fallait du ras le bol général face à l’impunité dont jouissent en France ceux qui détruisent la vie sauvage.

En réaction à notre initiative, Christine Téqui, présidente du Conseil départemental de l’Ariège et alors Maire de Seix, qui avait déclaré à la suite de la mort de l’ours que celui-ci « n’avait pas sa place dans la montagne », a publié un communiqué de presse contenant une injonction digne d’un parrain de la mafia : « Que la montagne reste muette ».

En tant qu’élue la plus importante du département et première magistrate de la commune de Seix, ayant à ce titre la qualité d’officier de police judiciaire, cet appel à la loi du silence est une pression sur ses administrés, ce qui constitue le délit de subornation de témoin, réprimé par l’article 434-15 du Code pénal d’une peine de 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

« Au-delà du caractère pénalement répréhensible, une telle omerta imposée par la présidente du département constitue une dérive grave dans un Etat de droit » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France. « L’Ariège serait-il un territoire perdu de la République ? »

A PROPOS DE Sea Shepherd France

Sea Shepherd France est une association à but non lucratif de conservation de la faune et de la flore marines. Basée à Paris (75), ses statuts sont enregistrés depuis 2006 à la préfecture de la région d’Îe-de-France.

La mission de Sea Shepherd est de lutter contre la destruction de la vie et de l’habitat marin dans son ensemble… Depuis 1977, nous utilisons des stratégies novatrices d’action directe pour défendre, conserver et protéger la biodiversité fragile de nos mers océans, et faire respecter les lois internationales de conservation, trop souvent bafouées.

Notre Mission / Défendre la vie marine

Des plus petites créatures aux géants des mers, la mission de Sea Shepherd est de protéger toutes les espèces qui peuplent nos océans. Nos campagnes portent sur la défense des baleines, des dauphins, des phoques, des requins, des pingouins, des tortues, des poissons, du krill et des oiseaux marins contre le braconnage, la pêche non durable, la destruction de leur habitat, et la captivité.

« Si l’océan meurt, nous mourrons tous. Aujourd’hui, nous sommes peut être considérés comme des extrémistes par certains, mais pour les générations futures, nous serons de bons ancêtres . » – Paul Watson

Notre Mission / Protéger l’habitat marin

L’océan est un écosystème à l’équilibre complexe et fragile, c’est le premier producteur d’oxygène, avant les forêts et il constitue la première machine de régulation du climat. Quelque soit l’endroit de la planète où nous nous trouvons, notre survie à tous est directement liée au bon fonctionnement de l’écosystème marin. Or, c’est la vie marine, dans son ensemble et dans son interdépendance, qui permet à cette mécanique vitale de fonctionner. Les animaux marins sont la cheville ouvrière du premier poumon mondial.
Pour survivre et prospérer, ces animaux ont besoin de sanctuaires où s’alimenter, s’accoupler et élever leurs petits à l’abri de la pollution, de la surpêche, et d’un trafic maritime intense: Sea Shepherd se bat sur de multiples fronts pour protéger l’océan de la destruction engendrée par la prospection et le forage, la pêche illégale et la pêche industrielle, la destruction des récifs coralliens et la pollution des fleuves et des rivières tous connectés à l’océan.

« Si nous ne parvenons pas à sauver des espèces aussi charismatiques que les baleines, nous ne sauverons rien d’autre dans l’océan. Or si l’océan meurt, nous mourrons. Un monde sans baleines ne serait pas seulement un monde désenchanté, ça serait un monde sans nous » – Lamya Essemlali, Présidente Sea Shepherd France

Notre Mission / Respecter les lois et accords internationaux

Dès ses premières années, Sea Shepherd s’est appuyée sur le mandat de la Charte Mondiale de la Nature des Nations Unies pour faire respecter les lois internationales en matière de conservation lorsque les gouvernements ne le peuvent pas… ou ne veulent pas le faire. Aujourd’hui, Sea Shepherd travaille en collaboration avec plusieurs Marines nationales et avec des organismes chargés de faire respecter la loi tels qu’ INTERPOL, afin d’aider à traduire les braconniers en justice et mettre fin à la pêche illicite, non déclarée et non réglementée dans les eaux territoriales des pays concernés.