L’AFD signe un projet de Transition agro-écologique pour l’Asie du Sud-Est et marque son retour au Rwanda en soutien face à la crise sanitaire


Le 13 juillet dernier, l’Agence française de développement (AFD) et l’ONG Gret ont signé un nouveau projet, intitulé Agroecology and Safe food System Transitions (ASSET), visant à accompagner la transition des systèmes alimentaires et agricoles vers des systèmes plus durables en Asie du Sud-Est.

L’agriculture des pays d’Asie du Sud-Est est aujourd’hui à la croisée des chemins : d’un côté, il existe des modèles agro-industriels très intensifs en intrants chimiques et en capital, avec des risques croissants d’épuisement des ressources et d’exclusion des populations vulnérables. De l’autre, des systèmes agro-écologiques innovants plus respectueux de l’environnement, des populations et du climat et qui répondent mieux aux demandes croissantes de sûreté sanitaire, mais qui restent encore minoritaires. L’identification et l’accompagnement de ce deuxième type de modèle représente donc un enjeu majeur pour le développement de l’Asie du Sud-Est.

Après avoir financé le projet ACTAE, qui visait à développer un réseau multi-acteurs pour promouvoir les initiatives agro-écologiques de la région du Grand-Mékong, l’AFD poursuit son action en soutenant le projet ASSET avec une subvention de 5 millions d’euros. L’Union européenne financera également ce projet à hauteur de 7 millions d’euros, délégués à l’AFD.

Exploiter le potentiel de l’agroécologie
Son objectif est d’exploiter le potentiel de l’agroécologie pour accompagner la transition des systèmes alimentaires et agricoles vers des systèmes plus durables en Asie du Sud-Est, en particulier en Birmanie, au Cambodge, au Laos et au Vietnam. Le projet sera mis en oeuvre par le Gret et le Cirad et mobilisera l’expertise de 27 partenaires nationaux, européens et internationaux, dont les ministères de l’Agriculture des quatre pays, la FAO et l’UNESCAP.

« La transition vers des systèmes agricoles durables est au coeur de l’action de l’AFD en Asie du Sud-Est. Dans un contexte marqué par la crise du Covid-19, il est d’autant plus important de développer des solutions pour renforcer la sécurité alimentaire dans la région, sans toutefois compromettre les efforts qui ont été déployés en termes de respect de l’environnement », explique Yazid Bensaïd, directeur régional de l’AFD en Asie du Sud-Est.

L’AFD RELANCE SON ACTIVITE AUPRES DU RWANDA

Le 30 juin, le Rwanda et la France ont signé deux accords de financements afin de soutenir le pays dans la lutte contre le Covid-19 et la formation professionnelle des jeunes. Une première pour l’Agence française de développement depuis près de trente ans.
L’Agence française de développement (AFD) accompagne le Rwanda à travers deux accords signés le 30 juin pour près de 50 millions d’euros en prêts et en subventions. Ces financements s’inscrivent dans une dynamique de relance du partenariat entre le Rwanda et la France, au service de la population rwandaise et en particulier de sa jeunesse.

« Un an jour pour jour après ma première visite au Rwanda en juin 2019, je suis heureux de voir le chemin parcouru dans la relance de l’activité de l’AFD auprès du gouvernement rwandais », confie Rémy Rioux, directeur général de l’AFD.

Après la tragédie de 1994, le Rwanda a opéré un redressement important. Le PIB a crû de 8 % par an en moyenne, le taux de pauvreté est passé de 77 % de la population en 2001 à près de 55 % en 2017, et l’espérance de vie y a doublé entre 1994 et 2014. Malgré ces améliorations, des défis persistent au Rwanda, notamment dans le secteur de la santé et de l’éducation.

Lutte contre le Covid-19

Le soutien financier de l’AFD se décline en plusieurs accords. Le premier concerne un prêt budgétaire de 40 millions d’euros visant à financer la stratégie de lutte contre l’épidémie de Covid-19 et le plan de mesures sociales établi par les autorités rwandaises.

Sur le volet sanitaire, ce prêt permettra notamment de financer l’augmentation des capacités de diagnostic du pays (tests, équipements de laboratoire), la prévention des infections dans les centres de santé (création de centres d’isolement, équipements de protection individuelle) et l’amélioration du traitement des patients atteints. Il vise aussi, à plus long terme, à renforcer les capacités du système de santé du Rwanda.

Soutien aux familles en difficulté

Sur le plan social, le prêt contribuera à soutenir financièrement 150 000 ménages et à distribuer de la nourriture auprès de 75 000 foyers incluant des femmes enceintes et des enfants de moins de 2 ans. Près de 212 000 familles non couvertes par le régime de protection sociale bénéficieront aussi d’un soutien financier et alimentaire.

En complément du prêt budgétaire, l’AFD accorde une subvention de 2 millions d’euros au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui soulagera les ménages les plus vulnérables en collaboration avec la Croix-Rouge rwandaise et les autorités du pays.

Un partenariat de long terme
Le deuxième accord porte sur une subvention de 5,8 millions d’euros qui a pour objectif de soutenir le développement du système de formation professionnelle du pays. Une enveloppe de 1,7 million d’euros sera également apportée par l’AFD sous la forme d’une assistance technique de l’opérateur français Expertise France.

La relance des financements souverains, ainsi que la réouverture prochaine d’un bureau à Kigali, concrétisent les engagements pris par l’AFD auprès du Rwanda, et donne un nouvel élan à ce partenariat.