Mercedes-Benz et Ferrari étudient des moteurs électriques plus performants

Mercedes-Benz et Ferrari étudient des moteurs électriques plus performants

Mercedes-Benz et Ferrari étudient l’utilisation de moteurs électriques à flux axial permettant de développer plus de couple et de s’appuyer contre les sièges du véhicule. Cette solution semble s’inspirer du film « Returnal vers le futur ».

Lorsque les conducteurs des futurs modèles Mercedes-Benz AMG appuieront sur la pédale d’accélérateur de leurs voitures électriques hautes performances, ils recevront une puissance supplémentaire des batteries, similaire à ce qui s’est passé dans le film « Returnal vers le futur ».

La solution ne sera pas basée sur des condensateurs à flux, mais sur des moteurs à flux axial, et est en cours d’évaluation par Mercedes-Benz et Ferrari pour développer plus de couple.

Mercedes Benz et Ferrari etudient des moteurs electriques plus performants

Les moteurs à flux axial sont plus petits que les moteurs électriques radiaux, qui sont les plus couramment utilisés aujourd’hui, mais offrent un couple plus instantané.

Un moteur sur chaque roue

Les moteurs hautes performances seront cruciaux pour des marques telles qu’AMG et Ferrari, car elles cherchent à électrifier les modèles sportifs qui leur confèrent prestige et rentabilité.

Chaque fois que la pédale d’accélérateur d’un véhicule électrique est enfoncée, le conducteur génère des centaines – et dans certains cas des milliers – d’ampères de courant électrique dans les bobines de cuivre. Lorsqu’ils ont de l’énergie, ils deviennent des électro-aimants avec des forces d’attraction et de répulsion. La force magnétique créée par le stator fixe qui se trouve à côté du rotor produit le couple qui fait bouger les roues du véhicule.

Dans les moteurs axiaux, au lieu d’avoir le rotor tournant à l’intérieur du stator, les rotors en forme de disque tournent avec le stator central. Cela produit un flux de courant qui circule axialement à travers la machine, plutôt que radialement à partir du centre.

Comme le moteur développe du couple sur un plus grand diamètre, moins de matière est nécessaire.

Débuts pour Ferrari

Les modèles hybrides rechargeables SF90 et 296 GTB de Ferrari utilisent des moteurs électriques du constructeur anglais Yasa, dont les stators sont plus légers et plus compacts, contribuant à une réduction de la masse de la machine jusqu’à 85 %.

1660841107 119 Mercedes Benz et Ferrari etudient des moteurs electriques plus performants
L’hybride rechargeable Ferrari SF90 utilise déjà des moteurs électriques radiaux Yasa

Les moteurs électriques de Yasa ont d’abord été utilisés dans l’hypercar hybride Koenigsegg Regera, suivi de la Ferrari SF90. En juillet dernier, le constructeur anglais serait finalement racheté par Mercedes-Benz, qui souhaite utiliser ces moteurs dans les modèles AMG qui commenceront à être lancés en 2025.

L’aspect le plus important des moteurs axiaux est le potentiel du facteur de forme, selon Malte Jaensch, professeur de groupes motopropulseurs durables à la TUM – Munich School of Engineering and Design pour Automotive News Europe. L’encombrement réduit peut permettre aux constructeurs d’installer un moteur sur chaque roue, ce qui n’est pas possible avec les moteurs radiaux.

nouveaux modèles

L’installation d’un moteur sur chaque roue – ou du moins sur chaque essieu – pourrait se traduire par de meilleures performances pour les véhicules électriques. L’innovation permet la vectorisation du couple pour mieux contrôler la puissance envoyée à chaque roue, avec des améliorations en agilité.

Les virages à haute vitesse pourraient aider les pilotes AMG et Ferrari à obtenir les mêmes sensations au volant que celles procurées par les moteurs à combustion à huit, dix ou douze cylindres.

Les moteurs électriques de Yasa pourraient également aider à éliminer le besoin de la transmission sur le soi-disant dérapage au centre inférieur d’un véhicule électrique. Cela libérera de l’espace pour que les ingénieurs placent des batteries, ainsi que des porte-à-faux avant plus grands des véhicules, ou permettra aux ingénieurs d’expérimenter de nouveaux concepts aérodynamiques.