L’un des Granturismes mythiques. Maserati fête les 55 ans du Mexique

L'un des Granturismes mythiques.  Maserati fête les 55 ans du Mexique

Encore aujourd’hui reconnue comme une référence parmi les Granturismes Italiens, Maserati Mexico fête ses 55 ans après son lancement. Se souvenir…

Présentée au monde le 6 octobre 1966, précisément avec l’ouverture des portes de ce qui fut la 53e édition du « Mondial de l’automobile de Paris », la Maserati Mexico resta en production jusqu’en 1972, comme l’une des Gran Turismo plus d’industrie automobile. Mais dont, rappelez-vous, seulement quelque chose comme 485 unités ont été produites.

Dessinée par Vignale, la Maserati Mexico s’est imposée comme une voiture raffinée, aux lignes élancées et immaculées, traduite en un élégant coupé 2+2, animé par un cœur sportif puissant. En l’occurrence, grâce à l’adoption d’un shunt routier issu du V8 de compétition 450 S.

La Maserati Mexico présentée au Mondial de l'Automobile 1966
La Maserati Mexico présentée au Mondial de l’Automobile 1966

Le Mexique était d’ailleurs le troisième modèle de la marque au trident à utiliser ce groupe motopropulseur, après avoir déjà fait ses débuts dans la première génération de la Quattroporte, lancée en 1963, et, avant même, dans la 5000 GT de 1959. Bien que, toujours avec des déplacements et des pouvoirs différents.

Au Mexique, ce V8 annonçait à la fois une cylindrée de 4,2 litres, avec 260 ch, et 4,7 litres, avec 290 ch. Dans le premier cas, garantissant une vitesse maximale de 240 km/h, tandis que dans le second, 15 km/h supplémentaires – 255 km/h.

la raison du nom

A propos du nom, dont la vraie raison a fini par se perdre dans l’écume du temps, Maserati elle-même renvoie que, parmi les hypothèses, il y a une commande d’un important client mexicain, qui aura acquis, en 1961, une 5000 GT Allemano, auparavant détenue par le président mexicain Adolfo López Mateos.

Le bloc V8 Maserati Mexico 1966
Le bloc V8 Maserati Mexico 1966

Protagoniste d’un accident, la voiture a ensuite été emmenée à Modène pour être réparée, son propriétaire en a profité pour visiter l’usine historique de la Viale Ciro Menotti.

Cependant, lors de cette même visite, le client aura eu l’occasion de voir le prototype conçu par Vignale, ayant été tellement impressionné qu’il a insisté, par tous les moyens, pour le laisser l’acheter. La solution a finalement été de transférer la carrosserie sur le châssis de votre 5000 GT.

Le tableau de bord de la Maserati Mexique
Le tableau de bord de la Maserati Mexique

Toute cette série de coïncidences aurait conduit au choix du nom ‘Mexico’ pour le futur modèle.

Un équipement au top

Enfin, suivant des lignes passionnées, des équipements qui comprenaient – ​​de série – des sièges en cuir, des vitres électriques, une face avant en bois, la climatisation et des disques de freins avant servo-assistés. La transmission automatique, la direction assistée et la radio étaient disponibles en option.

Le "salon à l
Le « salon à l’italienne » qui était l’intérieur de Maserati Mexique

À propos de l’intérieur, il était alors écrit qu’il s’agissait d’un « salon à l’italienne », expression de l’identité italienne et de la fabrication typique Maserati. Quelque chose que, d’ailleurs, la marque continue de poursuivre jusqu’à aujourd’hui…