Les partisans de Trump perturbent le vote anticipé en Virginie

27

«Je ne pense pas qu’il y avait aucun moyen d’avoir besoin ou de se sentir intimidé sous aucune forme», a déclaré M. Rastatter. Il a ajouté que les responsables du comté avaient demandé au groupe à plusieurs reprises de s’éloigner du trottoir et que le groupe s’était conformé.

Bryan Graham, le président des démocrates du comté de Fairfax qui était également au centre de vote, a vu les choses différemment, écrire sur Twitter que «les républicains tentent carrément d’intimider les électeurs au centre du gouvernement».

Dans une interview, M. Graham a déclaré qu’il n’avait «jamais vu ou entendu parler de quelque chose de ce genre auparavant».

«J’étais là quand l’exécutif du comté était là et je l’ai vu promener plusieurs personnes dans la foule parce qu’elles ne se sentaient pas en sécurité», a déclaré M. Graham. «Je ne pense pas que ce soit approprié. Nous ne devrions pas faire des choses pour que les gens se sentent en danger. »

Steve Descano, le procureur du comté, ne s’est pas adressé directement à la manifestation dans une déclaration publiée sur Facebook samedi, mais a déclaré qu’il «donnait instruction à mon bureau de poursuivre les cas d’intimidation des électeurs qui pourraient survenir».

La loi électorale de Virginie stipule qu’il est illégal «d’entraver ou de retarder un électeur qualifié pour entrer ou sortir d’un bureau de vote», et qu’il est également interdit d’exercer tout type de plaidoyer politique à moins de 40 pieds de toute entrée d’un bureau de vote.

Les vidéos des manifestants sont rapidement devenues virales sur les réseaux sociaux et les montrent se rassemblant devant l’entrée, brandissant des pancartes de campagne Trump et psalmodie alors que les électeurs les dépassaient.

Certains groupes de défense des droits électoraux ont déclaré que le groupe Trump aurait peut-être encore franchi une ligne légale.

«En Virginie, la zone de sécurité autour du lieu de vote est à seulement 40 pieds, mais cette zone de sécurité est pour faire campagne et essayer de changer le vote d’une personne», a déclaré Sylvia Albert, directrice du vote et des élections à Common Cause, un groupe de droits de vote. «En dehors de cela, en général, il existe des lois contre l’intimidation. Je dirais donc que même s’ils ont le droit de faire campagne, ce qu’ils font absolument, ils n’ont pas le droit d’interférer avec le droit de vote de quelqu’un ou de l’intimider.



Source