La poussée de Trump pour 2024; vacciner les détenus; intégrité électorale; Le racisme de Trump

26

Paul G.Bursiek: Élection 2024: la volonté de Trump de se présenter à nouveau

Le 27 décembre, j’ai lu un commentaire politique du New York Times de l’éditorialiste Frank Bruni. Il est intitulé «La normalité est-elle obsolète?». (Apparemment, l’article est en version imprimée uniquement; il ne semble pas disponible en ligne.)

Ma réponse à la question de Bruni est un oui fort. Pourquoi? Je suggère que le président Donald Trump est déterminé à former un tiers puissant utilisant sa base comme force motrice pour briser le système bipartite qui a longtemps été la normalité politique de notre pays.

En se préparant à quitter ses fonctions, Trump a embarrassé les républicains de manière significative. Premièrement, son incapacité à signer en temps voulu – à minuit le 26 décembre – le projet de loi COVID-19 soutenant, entre autres, les allocations de chômage, a causé une perte importante à bon nombre de ceux qui en avaient le plus besoin. Plus tard, il a poussé certains républicains à être contre, puis pour, puis contre l’augmentation du chèque du gouvernement payable aux personnes qualifiées de 600 $ à 2000 $. En fin de compte – au moins à partir de mardi, les démocrates à la Chambre, avec le soutien de certains républicains, ont voté pour augmenter le paiement à 2000 dollars. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, bloque cependant un vote sur la question.

Compte tenu de ces divisions parmi les républicains causées par Trump et de la somme d’argent substantielle qu’il semble avoir collectée au cours des derniers mois (apparemment disponible pour une utilisation dans une course à la présidence en 2024), je suggère qu’il entrera dans la course à la présidentielle de 2024 en tant que tiers. candidat – affirmant, bien sûr, qu’il a été volé de son poste en 2020.

Paul G. Bursiek

Rocher


Naomi Rachel: Coronavirus: vacciner les détenus

Je travaille pour la Justice Arts Coalition. Nous encadrons et fournissons des ressources et un soutien aux artistes et écrivains en prison.

Je travaille avec des détenus enfermés depuis plus de 20 ans pour avoir été complices de crimes commis à l’âge de 19 ans. À cet égard, l’Amérique sonne exceptionnellement juste.

Nous enfermons plus de personnes que tout autre pays, et nos détenus représentent 25% de la population emprisonnée dans le monde. Nous n’avons que 4% de la population mondiale, et pourtant nous avons également 25% de la population mondiale avec COVID-19. Beaucoup sont emprisonnés parce qu’ils sont pauvres, dépendants ou à cause de notre système judiciaire raciste.

Et maintenant, au Colorado, nous transformons une longue ou à perpétuité une condamnation à mort. C’est ironique parce que le gouverneur Jared Polis a fait preuve de compassion et de bon sens lorsqu’il a aboli la peine de mort dans le Colorado, mais lorsqu’il a changé sa politique de vaccination des détenus, il a créé une condamnation à mort pour le COVID-19. Et maintenant, nous avons la variante dans notre état qui est 50 à 70% plus infectieuse.

Dans certaines prisons où je communique avec des détenus, la moitié sont malades. Les détenus qui ne sont pas encore infectés sont logés avec ceux qui sont malades. Les détenus qui contractent le COVID-19 sont ignorés et beaucoup sont en train de mourir.

Polis a changé sa politique parce qu’une femme s’est opposée à ce que l’assassin de son fils soit vacciné avant elle. C’est simple. Vaccinez la mère et vaccinez également les détenus. Les histoires individuelles ont une influence, mais la situation dans son ensemble devrait prévaloir.

Naomi Rachel

Rocher


Tom Howe: Élection 2020: comment récupérer l’intégrité

Nous sommes confrontés à la théorie du complot nationale la plus explosive de tous les temps. Le “Qui a tué JFK?” le complot a été fou de rage dans nos médias pendant 40 ans. La Commission Warren, chargée de résoudre le problème, n’a rien fait d’autre que de créer davantage de motifs pour les théories du complot.

Je ne veux pas passer par des bavardages médiatiques continus et dénués de sens sur «Trump a-t-il remporté les élections de 2020?» (ou «Biden a-t-il volé l’élection de 2020?» – faites votre choix) pour le reste de ma vie. Le Congrès, l’administration et les tribunaux – jusqu’à la Cour suprême – doivent absolument se donner la main dans ce qui devrait être l’action bipartisane la plus cruciale de la vie récente de ce pays – résoudre toutes les questions sur la légitimité des élections nationales de 2020.

Si elles ne sont pas résolues, nos prochaines élections seront un désastre national en gestation. Nous avons un virus incontrôlé qui sévit dans notre processus électoral.

Le 117e Congrès et la présidence, à partir de jeudi, devraient exiger une législation du Congrès (et non une résolution) pour la charte et le financement d’une commission d’enquête électorale de 2020 en dehors du gouvernement fédéral. La commission devrait être formée et soutenue par les législatures des États, avec une autorisation débridée pour enquêter sur les rapports accablants d’incompétence et de fraude possible lors des élections de 2020.

Ensuite, la commission devrait rédiger et recommander des lignes directrices nationales fermes pour les élections de 2022 et les prochaines élections. Le Congrès peut alors agir pour établir des procédures électorales fiables à mettre en œuvre par les États.

Informez vos représentants.

Tom Howe

Hotchkiss


Jay Gubersky: Racisme: honte à l’administration Trump

Notre pays a beaucoup de «scintillement» à faire lorsque nous examinons notre histoire et les événements récents. Le génocide systématique de notre peuple amérindien par le gouvernement américain est un triste chapitre de notre histoire.

L’importation en gros d’Africains qui ont été réduits en esclavage sur nos côtes pour faire la demande de leurs maîtres crie encore comme une abomination de l’un des principes de liberté sur lesquels notre pays a été fondé. Les femmes se sont vu refuser le droit de vote jusqu’en 1920, après des décennies de protestation des suffragettes.

Des citoyens japonais américains ont été détenus dans des camps de détention pendant des années pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont perdu leur maison et leur entreprise et bien plus encore.

À moins que vous ne descendez des «premiers peuples» de ce continent, vous descendez finalement d’une personne qui a immigré dans ce pays. La privation du droit de vote des bruns, des noirs et des gens qui n’ont pas l’air «blancs» hante toujours notre terre. La force de ce pays vient de notre diversité.

Honte au racisme pur et simple de l’administration Trump et aux millions de personnes qui ont soutenu ces déclamations racistes. Honte à ceux qui soutiennent les nazis et leur philosophie malade. Honte à ceux qui continuent d’épouser les théories folles du complot et la désinformation. Honte à tous ces citoyens qui achètent cette «merde».

Un président est censé être un unificateur. L’héritage de Trump sera consacré comme un mensonge (pas assez d’espace pour cataloguer tous les milliers de mensonges) «pas prêt pour le président aux heures de grande écoute» qui a fait ressortir le pire chez les gens.

À huis clos, de nombreux membres de son parti se disent heureux qu’il soit vaincu et qu’il s’en aille, et que nous avons un homme normal qui entrera en fonction le 20 janvier qui préservera, protégera et défendra la Constitution, et non en se moquera. comme l’a fait ce prétendant président «né avec une cuillère en argent dans la bouche».

Jay Gubersky

Arvada

Source