La Chambre a l’intention de réémettre une assignation à comparaître pour les dossiers financiers de Trump l’année prochaine

24

“Si cette affaire n’a pas été résolue avant la fin de ce Congrès, la Présidente réémettra l’assignation à Mazars au début du prochain Congrès”, a écrit une lettre à la Cour d’appel américaine du circuit DC. “Il reste d’une importance cruciale que le Comité de surveillance – et la Chambre plus largement – soit en mesure d’obtenir une exécution rapide des assignations à comparaître sans risquer que les sujets d’enquête contrarient ses efforts en retardant les poursuites.”

Les documents, disent les démocrates, sont nécessaires pour une législation potentielle de réforme de l’éthique qui pourrait être examinée au prochain Congrès. Trump a également flirté avec la perspective d’une course en 2024 et sera probablement un courtier en puissance du GOP même lorsqu’il quittera la Maison Blanche. Les républicains ont fait valoir que l’effort pour obtenir les dossiers de Trump équivaut à une attaque politique contre le président, qui a rompu avec des décennies de précédent en ne publiant pas ses déclarations de revenus au public.

L’équipe juridique de Trump a fait valoir dans une affaire connexe qu’une assignation à comparaître du Congrès pour le témoignage de l’ancien avocat de Trump à la Maison Blanche, Don McGahn, devrait expirer dès la fin de la session actuelle du Congrès le 3 janvier. Mais dans l’affaire McGahn également, la Chambre a indiqué qu’il continuerait à poursuivre le témoignage de McGahn et que le Congrès a historiquement adopté des règles qui permettent à son litige de se poursuivre sans interruption même s’il s’étend sur plusieurs sessions législatives.

Une cour d’appel envisageant une troisième assignation à comparaître au Congrès, celle-ci pour les dossiers de Trump de la Deutsche Bank, a récemment choisi de renvoyer l’affaire au tribunal de district pour un examen plus approfondi.

Les démocrates craignent depuis des mois que Trump ne manque tout simplement pas d’horloge dans leurs efforts pour déterrer des documents dans leurs enquêtes sur ses affaires et ses relations internationales. Les cas pourraient également décider de questions cruciales sur le pouvoir des enquêteurs du Congrès d’obtenir des informations sensibles sur un président en exercice ou auprès de hauts fonctionnaires de l’exécutif.

Source