la papillonite est de retour

24

Dans la nuit de Kourou (Guyane), la lumière blanche de l’éclairage public attire les papillons. Mais ce spectacle n’est pas sans nuisance. Pour protéger les œufs, les femelles de ces papillons de cendre libèrent de leurs poils une substance toxique, très urticante. Au contact de la peau, les milliers de fléchettes contenues dans les poils provoquent des brûlures importantes baptisées papillonite. Le phénomène, bien connu en Guyane, refait son apparition.

Une école de Kourou a dû fermer ses portes en catastrophe. Impossible pour les 500 élèves de l’établissement de faire leur rentrée lundi 4 novembre. Pendant les vacances, les papillons ont envahi l’école. Tout doit être entièrement nettoyé. “On a constaté qu’il y a avait des papillons présents au sein de l’établissement sur le préau et les bancs. Il était préférable de ne pas accueillir les enfants”, explique une employée de l’école. Les médecins se veulent rassurants. La papillonite ne présente aucun risque pour la santé, même si les symptômes impressionnent.