La Cour pénale internationale pense avoir localisé l'un des fils de Kadhafi

40

Selon la CPI, Saif al-Islam Kadhafi, dont le sort était encore incertain, se trouve actuellement à Zintan, dans le nord-ouest de la Libye.

Le monde avec AFP Posté aujourd'hui à 19h54

Temps de Lecture 1 min.

La Cour pénale internationale (CPI) estime que Saif Al-Islam Kadhafi, l'un des fils de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi, est à Zintan, en Libye, a annoncé mercredi 6 novembre au procureur du Conseil de sécurité des Nations Unies, Fatou Bensouda.

Son bureau, dit-elle, "Dispose d'informations crédibles sur l'emplacement actuel" trois suspects longtemps visés par les mandats d'arrêt de la CPI. Jusqu'à présent, le sort de Saif al-Islam Kadhafi est resté incertain.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi À Zintan, le mystérieux destin de Saif Al-Islam Kadhafi

Deux autres suspects

Les deux autres suspects recherchés par le tribunal pénal sont Al-Tuhamy Mohamed Khaled, ancien chef de l'agence libyenne de sécurité intérieure, et Mahmoud Mustafa Busayf Al-Werfalli, membre des forces fidèles au maréchal Khalifa Haftar, un homme fort du libyen. depuis avril dans une offensive militaire pour s'emparer de la capitale Tripoli.

Le mandat d'arrêt contre Al-Tuhamy Mohamed Khaled est en attente depuis plus de six ans. Mahmoud Mustafa Busayf Al-Werfalli fait l'objet de deux mandats non exécutés encore plus de deux ans après la passation du premier ordre, a rappelé Fatou Bensouda.

Selon le magistrat Al-Tuhamy Mohamed Khaled, soupçonné de vivre au Caire lors de la délivrance de son mandat d'arrêt en avril 2017, notamment: "Réside toujours". Mahmoud Mustafa Busayf Al-Werfalli "Il jouit toujours de sa liberté dans la région de Benghazi", dans l'est de la Libye.

Ce dernier fut même promu de nouveau en juillet, du grade de major à celui de lieutenant-colonel. "Cette promotion envoie un message clair que Khalifa Haftar n'a aucune intention" le poursuivre en justice, déplorait Mmoi Bensouda.

Lire aussi: "Menacé de déclin, Khalifa Haftar optera pour une ascension destructrice"

Impunité honteuse

Le procureur a appelé, "Conformément à la résolution 1970 du Conseil de sécurité, tous les États, y compris la Libye et l'Égypte, doivent faciliter l'arrestation immédiate et le transfert à la Cour des fugitifs libyens". "Les trois suspects sont accusés de crimes internationaux graves, notamment de crimes de guerre, de torture, de traitements cruels, de crimes contre l'humanité et d'autres crimes inhumains"elle a dit. ICC "Travailler à la délivrance de nouveaux mandats d'arrêt"dit le magistrat, sans plus de détails.

Plusieurs membres du Conseil de sécurité ont estimé que l'impunité dont jouissaient les trois fugitifs était honteuse et incroyable. Rappelant qu'ils avaient été localisés, l'ambassadeur de Belgique auprès de l'ONU, Marc Pecsteen, de Buytswerve, a plaidé pour que le Conseil les inscrive sur la liste des sanctions de l'ONU.