Iohannis favori de la présidentielle pour consolider le courant libéral en Europe

5
Roumanie: Iohannis favori de la présidentielle pour consolider le courant libéral en Europe


Les Roumains ont commencé à voter dimanche au premier tour d'une élection présidentielle, dont le chef de l'Etat sortant, Klaus Iohannis, est largement favorisé, confirmant ainsi la position pro-européenne de cet ancien pays communiste.

Trente ans après la chute du rideau de fer, ce sexagénaire libéral (PNL) centra sa campagne sur la défense de l'état de droit menacé par les sociaux-démocrates (PSD), dont le gouvernement fut renversé par le Parlement le mois dernier.

"Les Roumains décident aujourd'hui de l'avenir de leur pays pour les prochaines années", a déclaré Iohannis, membre de la minorité allemande, devant des journalistes, déposant son bulletin de vote.

Son élection à l'issue du deuxième tour du 24 novembre pourrait consolider le courant libéral à l'est de l'Union européenne (UE) face aux partis souverainistes, après les succès remportés par les progressistes en Slovaquie et en Hongrie cette année.

En poste depuis 2014, M. Iohannis a voté dimanche matin dans une école de Bucarest appelée Jean Monnet, du nom de l'un des "pères de l'Europe", a déclaré un journaliste de l'AFP. Il affirme avoir "voté en faveur d'une Roumanie normalisée".

Les observateurs estiment que le vote pourrait marquer la fin d'une époque: pour la première fois depuis le retour du multipartisme, le PSD, héritier du communisme et de la base électorale plutôt rurale et âgée, n'est pas sûr d'être présent au second tour.

Son candidat, l'ancien Premier ministre Viorica Dancila, âgé de 55 ans, est à la deuxième place avec Dan Barna, âgé de 44 ans, représentant un jeune parti pro-européen (USR), selon les sondages.

"J'ai voté pour une Roumanie de bien-être (…), pour une Roumanie sûre et digne", a-t-elle déclaré à des dizaines de ses partisans.

Ce pays de 19,7 millions d'habitants est beaucoup moins teinté de nationalisme que la Hongrie ou la Pologne. Cependant, depuis son retour au pouvoir en 2016, le PSD a tenté de museler la justice, de dénoncer ses détracteurs et Bruxelles.

Il s'est également présenté comme le défenseur des intérêts de la Roumanie contre les institutions communautaires, ce qui ne lui a pas forcément succédé.

"Alors que les partis au pouvoir en Pologne et en Hongrie avaient gagné après une campagne contre l'Union européenne contre les Européens en mai dernier, les Roumains ont sanctionné leur gouvernement et envoyé un signal pro-européen", rappellent Manfred Sapper et Volker Weichsel dans le dernier numéro du magazine allemand Osteuropa.

La gauche, accusée de corruption, "cherchera une nouvelle identité après ces trois années de pouvoir", a déclaré le sociologue Vasile Dancu.

Début novembre, un gouvernement libéral dirigé par Ludovic Orban a été installé à Bucarest.

– Elire un avenir –

Sur les réseaux sociaux, les Roumains se sont mobilisés pour convaincre la population de participer massivement au vote, à l'instar de l'écrivain Mihai Sora: "Nous ne faisons pas qu'élire un homme, nous élisons notre avenir", a écrit ce philosophe respecté, âgé de 103 ans.

Il est devenu le porte-parole de dizaines de milliers de manifestants qui sont régulièrement descendus dans les rues ces dernières années contre les "dérives" de la gauche et pour la défense d'une justice indépendante.

Dans les derniers jours de la campagne, les candidats se sont tournés vers les quatre millions de Roumains qui ont émigré et dont le vote peut faire basculer les résultats.

Les voix de la diaspora sont pour la plupart acquises dans le camp libéral et le réseau diplomatique a ouvert vendredi trois fois plus de bureaux de vote que lors de l'élection précédente.

Plus de 300 000 émigrés avaient déjà voté dimanche matin, un record pour le premier tour d'une élection présidentielle.

Au total, 14 candidats se disputeront les suffrages de 18,2 millions d’électeurs. Les bureaux de vote ont ouvert à 07h00 (05h00 GMT) et fermeront à 21h00 (19h00 GMT). Deux sondages à la sortie seront diffusés immédiatement.