EN DIRECT – 30 ans plus tard, revivez minute par minute la nuit de la chute du mur de Berlin

5

Conférence de presse à l'issue d'une réunion du Comité
bureau central du SED (parti communiste est-allemand) commence au premier étage du bâtiment
Centre de presse international Mohrenstrasse (IPZ: Internationales
Pressezentrum
) à Berlin-Est.

Face à la presse allemande et internationale, parmi
orateurs, Günter Schabowski, porte-parole du SED. Il vient rendre
compte des dernières délibérations.

<span data-html = ""class =" lazy "title =" http://i.f1g.fr/media/_uploaded/804x/figaro-live/lefigaro.fr/20191108LIVWWW00001/gunter-schabowski.jpg "/>Günter Schabowski, 60 ans, membre du bureau politique
SED, est le porte-parole du Comité central. Crédit: Rue des
Les archives

Ce que nous savons:

Début novembre
1989, le différend est grand en RDA (République démocratique allemande).
Les citoyens protestent massivement et pacifiquement dans la rue contre le
gouvernement: ils exigent la liberté d'opinion, des élections libres et la
liberté de voyager.

Erich Honecker,
Secrétaire général du SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands or
Socialiste d’Allemagne) depuis 1971, un marxiste-léniniste hostile à tous
la réforme et la démocratisation, à la tête d'un État au bord de la faillite,
gangrené par la corruption, est contraint de démissionner le 18 octobre 1989. Un
ses proches, Egon Krenz le remplace. L’arrivée au pouvoir de Krenz,
le apparatchik benjamin du bureau politique du parti, âgé de 52 ans, considéré
nommé dauphin de Honecker, loin d’apaiser le défi, c’est
ressenti comme une provocation par les Allemands de l'Est: ils ne l'ont pas
ne le considérez pas comme un réformateur crédible.

La 10ème session du
Le Comité central du SED à Berlin-Est a ouvert ses portes la veille, le 8 novembre,
trois derniers jours.

La RDA, un pays créé
artificiellement pour des raisons idéologiques à la suite de la deuxième
Guerre mondiale, n’existe que grâce au soutien de Moscou.

Depuis quelque temps, les conférences de presse du parti sont retransmises en direct à la télévision
et la radio est-allemande, afin de donner une image de transparence.

Ce que nous avons appris:

Le putsch qui
Erich Honecker, dirigé par Egon Krenz, avait été mis au point deux ans plus tôt.
et télécommandé à Moscou par Mikhail Gorbatchev (sous le nom d'Opération Luch,
"Radius" en russe) pour constituer une équipe réformiste; Krenz placé
temporairement à la tête de la RDA aurait alors dû céder la place à
Markus Wolf, ancien chef des services secrets de la RDA.

M. Schabowski, nommé
7 novembre 1989 Secrétaire du Comité central de l'information du SED
et la politique des médias, est rendue publique à la demande de Egon Krenz,
la nouvelle facture qui facilitera les voyages à l'étranger.
Ce décret doit mettre fin à la contestation mais surtout à l'émigration endémique vers
l’Ouest et surtout en Allemagne de l’Ouest, via la
Tchécoslovaquie, Pologne et Hongrie. Un exode massif qui prive la RDA de
ses forces vitales. Depuis le début de 1989, plus de 150 000
Allemands de l'Est qui ont quitté leur pays.

<span data-html = ""class =" lazy "title =" http://i.f1g.fr/media/_uploaded/804x/figaro-live/lefigaro.fr/20191108LIVWWW00001/emigrants-is-allemands-prague-oct-1989_S8WaKzn.jpg "/ >

Les émigrants est-allemands quittent Prague
le 4 octobre 1989 à bord d'un train spécial en partance pour l'Allemagne
l'Ouest via la Tchécoslovaquie. Crédit: AFP.