International – Nations Unies / Syrie : un système de bons électroniques aide les femmes enceintes et les nouvelles mères

30


Nations Unies / Syrie : un système de bons électroniques aide les femmes enceintes et les nouvelles mères

En Syrie, les communautés souffrent de la guerre, d’une crise économique croissante et de la pandémie COVID-19. Plus de 11 millions de personnes à travers le pays ont besoin d’un soutien humanitaire.

La pandémie a atteint la Syrie à la fin du mois de mars. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 4000 cas de COVID-19 ont été confirmés, et le virus s’y est notamment répandu à cause de zones densément peuplées, des camps, et des établissements informels considérés comme des zones particulièrement préoccupantes.

En attendant, la dépréciation rapide de la monnaie syrienne et la flambée des prix des denrées alimentaires plongent le pays dans la pauvreté. Entre décembre 2019 et juin 2020, le coût moyen du panier alimentaire national a augmenté de 153%.

« Les prix ont considérablement augmenté au cours des deux derniers mois et la situation financière est si difficile », a déclaré Khadija, 21 ans, aux partenaires de l’UNFPA, la semaine dernière. « Nous n’avons plus les moyens de répondre aux besoins de notre famille, contrairement aux mois précédents. »


A Syrian woman speaks with an aid worker sitting at a computer.
Une femme reçoit le soutien d’un centre soutenu par l’UNFPA. © UNFPA Syrie

Des bons pour de la nourriture et des désinfectants

A cause du conflit qui dure depuis neuf ans en Syrie, les moyens de survie et les services sont au point de rupture. Des millions de personnes déportées luttent déjà pour satisfaire leurs besoins essentiels. Désormais, avec la pandémie, les familles ont également besoin de savon et de produits désinfectants pour se protéger des maladies.

En réponse, l’UNFPA et le Programme alimentaire mondial (PAM) sont en train de développer un système de bons électroniques, qui cible les femmes enceintes et allaitantes qui ont des besoins nutritionnels accrus.

Le système de bons électroniques aide les femmes à acheter de la nourriture et des articles d’hygiène dans des magasins désignés à Alep, Damas, Dara’a, Deir Ez-Zor, Hama, Hassakeh, Homs, Lattaquié, Quneitra, Raqqa, les zones rurales de Damas et Tartous.

Il vise à atteindre encore 70 000 familles extrêmement vulnérables.

Cette initiative, basée sur un programme pilote réussi que l’UNFPA et le PAM ont mis en oeuvre à Dara’a, pourrait également s’étendre à d’autres zones touchées.

Pour Khadija, qui a une fille d’un mois, les détergents et les savons ont été particulièrement difficiles à obtenir, même avec le système de bons électroniques.

Les économies réalisées ont permis à sa famille de consulter un médecin et de répondre à d’autres besoins essentiels, a-t-elle déclaré.

Le système est destiné à permettre aux familles d’accéder à une gamme de produits alimentaires et d’hygiène en un seul voyage. © UNFPA Syrie

Réduire les risques de COVID-19

« La pandémie de COVID-19 a, à bien des égards, affecté la santé et le bien-être socio-économique des femmes vulnérables du monde entier, y compris en Syrie », a déclaré Karen Daduryan, représentante de l’UNFPA en Syrie.

Les familles qui bénéficient du système de bons électroniques témoignent qu’elles peuvent désormais choisir parmi une gamme d’aliments nutritifs et de produits d’hygiène, notamment des serviettes hygiéniques, du savon, du shampoing et des détergents. Le système aide également les familles à acheter la plupart des denrées essentielles dont elles ont besoin en un seul voyage, limitant ainsi leur exposition à la COVID-19.

L’UNFPA distribue également des kits d’hygiène aux femmes enceintes et allaitantes, et a jusqu’à présent atteint environ 2 000 personnes.

Ces kits contiennent des articles d’hygiène essentiels qui ont fait l’objet de « demandes urgentes » en raison « de leur nécessité et de leurs prix élevés, en particulier les couches », a expliqué Mme Shams, qui répertorie les femmes enceintes et les nouvelles mères, pour les aider à obtenir de l’aide via l’Association Al Ber.

Elle a ajouté qu’elle espère voir ce genre de soutien se multiplier, à mesure que les prix continuent d’augmenter.

À propos de l’UNFPA
L’UNFPA est l’agence directrice des Nations Unies en charge des questions de santé sexuelle et reproductive. Notre mission est de créer un monde dans lequel chaque grossesse est désirée et chaque accouchement sans danger. Un monde dans lequel chaque jeune réalise pleinement son potentiel.
L’UNFPA soutient:

Les soins de santé reproductive pour les femmes et les jeunes gens dans plus de 150 pays , abritant plus de 80 % de la population mondiale. La santé des femmes enceintes, en particulier 1 million d’entre elles souffrant chaque année de complications potentiellement mortelles. Un accès fiable aux contraceptifs modernes bénéficiant à 20 millions de femmes chaque année. La formation de milliers de travailleurs de la santé, afin de garantir qu’au moins 90% des accouchements sont supervisés par des assistants qualifiés. La prévention de la violence basée sur le genre, qui touche une femme sur trois. L’abandon de la mutilation génitale féminine, qui porte préjudice à 3 millions de jeunes filles chaque année. La prévention des grossesses adolescentes, dont les complications connexes sont la principale cause de mortalité des jeunes filles âgées de 15 à 19 ans. Les efforts visant à mettre fin aux mariages d’enfants, qui pourraient concerner environ 70 millions de jeunes filles au cours des 5 prochaines années. La distribution de fournitures pour accouchement sans danger, de kits de dignité et d’autres fournitures vitales pour les victimes de conflits et de catastrophes naturelles. Les recensements, la collecte et l’analyse de données, qui sont essentiels à la planification du développement.

La dénomination officielle de l’UNFPA est le « Fonds des Nations unies pour la population ». L’organisation a été fondée en 1969, année au cours de laquelle l’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré que « les parents ont le droit exclusif de déterminer librement et en toute responsabilité le nombre et l’échelonnement des naissances ».

L’UNFPA préconise l’extension des droits reproductifs à tous et favorise l’accès à un vaste éventail de services de santé sexuelle et reproductive, notamment la planification familiale volontaire, les soins de santé maternelle et une éducation sexuelle complète.

Depuis le début des travaux de l’UNFPA, des progrès ont été constatés dans le monde entier : Le nombre et le taux de femmes décédant de complications durant la grossesse ou l’accouchement a été divisé par deux. Les familles sont en meilleure santé. Les jeunes gens sont plus connectés et plus autonomes que jamais.

Cependant, un nombre trop important de personnes sont toujours laissées pour compte. Plus de 760 millions de personnes vivent dans une situation de pauvreté extrême. Les problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive sont une cause majeure de décès et de handicap pour les femmes des pays en développement. Les jeunes sont la population la plus exposée à l’infection par le VIH et aux grossesses non désirées. Plusieurs millions de jeunes filles sont confrontées à la perspective d’un mariage d’enfants et à d’autres pratiques préjudiciables, notamment la mutilation génitale féminine (MGF).

Il y a encore beaucoup à faire pour parvenir à créer un monde dans lequel chacun peut exercer ses droits de la personne élémentaires, notamment les droits relatifs aux aspects les plus intimes et fondamentaux de la vie.

En 2018, l’UNFPA a engagé de nouvelles actions pour atteindre trois résultats transformationnels, des objectifs portant la promesse d’un changement du monde pour chaque homme, femme ou jeune personne :