International – Le Réseau pour l’intégrité de la justice lancé sous l’impulsion de l’Office des Nations Unies (ONUDC)

48


Le Réseau pour l’intégrité de la justice lancé sous l’impulsion de l’Office des Nations Unies (ONUDC)

RÉSEAU MONDIAL POUR L’INTÉGRITE DE LA JUSTICE

C’est au terme du treizème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale que la Déclaration de Doha fut adoptée. Celle-ci encourage l’ajout de la prévention du crime et de la justice criminelle au vaste programme des Nations Unies et fut approuvée par l’Assemblée générale des Nations Unies. Afin de concrétiser la Déclaration de Doha, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime – avec le soutien financier de l’État du Qatar a lancé le Programme mondial pour la mise en oeuvre de la Déclaration de Doha.

Le renforcement de l’intégrité de la justice fait partie importante de ce programme mondial car la corruption dans le système judiciaire est une véritable menace pour la confiance dans l’état de droit.

Lancé officiellement en avril 2018, le Réseau mondial pour l’intégrité de la justice vise à aider les instances judiciaires du monde entier à renforcer l’intégrité de la justice et à prévenir la corruption dans le système judiciaire, conformément à l’article 11 de la Convention des Nations Unies contre la corruption. Le Réseau encourage les opportunités de faire un réseau, de faciliter l’accès aux ressources existantes, de soutenir le développement de nouveaux outils et ressources, et de fournir une assistance technique, telle que des programmes de formation.La participation au Réseau est ouverte aux instances judiciaires et à un large éventail de personnes et d’institutions, y compris juges, autres personnes exerçant des fonctions judiciaires, membres des conseils de la magistrature, personnel des tribunaux, associations judiciaires, autres acteurs de la justice et organisations internationales concernées.

CONNECTER ET SOUTENIR LES PARTICIPANTS
La promotion des opportunités de travail en réseau en créant des occasions de dialogue virtuel ou en personne sur les bonnes pratiques et expériences en matière de l’application de normes est une priorité du Réseau. Ces opportunités sont mises en oeuvre pour favoriser la transmission du savoir et l’entraide.

Le Réseau mondial pour l’intégrité de la justice rassemble actuellement des experts pour cerner les principaux problèmes liés à l’intégrité de la justice et à la prévention de la corruption dans le monde. Pour faire face aux nouveaux défis qui se présentent, le Réseau collecte et analyse les bonnes pratiques et expériences afin de préparer des outils pratiques, des documents directifs et d’autres produits d’information. En plus des consultations d’experts, le Réseau fournit également aux instances judiciaires sélectionnées des services consultatifs, notamment des conseils techniques et stratégiques, le renforcement des capacités et des institutions, une assistance législative et un soutien à la recherche, collecte et analyse de données.

À ce jour, le Réseau a touché plus de 5 300 juges et intervenants judiciaires dans environ 145 pays. Un ensemble de nouveaux outils de formation à l’éthique judiciaire a été utilisé pour former plus de 110 formateurs judiciaires qui ont, par la suite, formé plus de 1 500 membres de la magistrature du monde entier à la déontologie judiciaire.

FOURNIR LES RESSOURCES EN LIGNE SUR L’INTÉGRITE DE LA JUSTICE
Avec le lancement du Réseau, un nouveau site Web (www.unodc.org/ji) a également été mis en ligne et constitue désormais le centre de toutes les activités du Réseau.

L’une de ses principales caractéristiques est une bibliothèque de ressources en ligne qui donne accès à des documents d’orientation, des outils et des ressources similaires existantes sur des sujets liés à l’intégrité de la justice. La bibliothèque contient actuellement environ 2 000 sources et est régulièrement mise à jour avec les contributions des participants.

En plus de la base de données de ressources, le site Web du Réseau contient également des informations sur les événements et activités passés et à venir, des articles de presse et des articles d’opinion écrits par les participants, ainsi que des contenus multimédias tels que des vidéos et des podcasts. Les participants au Réseau peuvent également bénéficier de ressources supplémentaires, d’une base de données de contacts et d’une section de requêtes en s’inscrivant à la partie d’accès restreint du site Web à l’adresse suivante: www.unodc.org/ji/register.html

LES OUTILS DE FORMATION À LA DÉONTOLOGIE JUDICIAIRE

Le Réseau aide à identifier et à répondre aux besoins d’assistance technique, notamment en offrant des possibilités d’entraide et d’apprentissage entre pairs et les opportunités d’apprentissage. Un de ces efforts est un nouveau programme de formation à la déontologie judiciaire.Les outils comprendront les trois composantes suivantes :

-Un cours de formation en ligne: un cours de formation électronique largement applicable et interactif
-Un cours d’autoapprentissage
-un cours sur support écrit pour apprentissage autonome
-Un manuel des formateurs

Le manuel des formateurs va guider les formateurs nationaux dans le développement et la conception de leurs propres cours de formation ; et va les aider à les adapter aux besoins et circonstances des diverses juridictions.

Le Réseau organise également des ateliers pour les formateurs qui entreprendront des activités de formation dans leurs juridictions respectives.Les outils visent à fournir une compréhension solide des Principes de Bangalore sur la déontologie judiciaire et les exigences de l’article 11 de la Convention des Nations Unies contre la corruption aux membres nouvellement nommés ou actifs du corps judiciaire.

PLUS d’info sur L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC)

L’ Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) est à la tête de la lutte mondiale contre les drogues illicites et la criminalité internationale. Il est en outre chargé d’appliquer le programme phare des Nations Unies contre le terrorisme. Créé en 1997, l’ONUDC, dont le siège se trouve à Vienne, emploie quelque 500 fonctionnaires de par le monde et gère 20 bureaux extérieurs ainsi que des bureaux de liaison à New York et à Bruxelles.

L’ONUDC agit pour sensibiliser le public aux dangers de l’abus de drogues et renforcer l’action internationale contre la production et le trafic illicites de drogues ainsi que la criminalité qui y est liée. À cette fin, il a lancé toute une série d’initiatives, portant notamment sur les alternatives possibles à la culture illicite de drogues, le contrôle des cultures illicites de drogues et la mise en place de projets contre le blanchiment d’argent.

L’ONUDC s’emploie également à améliorer la prévention du crime et à contribuer à la réforme du système pénal afin de renforcer l’état de droit, promouvoir des systèmes de justice pénale stables et viables et lutter contre les menaces croissantes que sont la criminalité transnationale organisée et la corruption. En 2002, l’Assemblée générale a adopté un programme élargi d’activités pour le Service de la prévention du terrorisme de l’ONUDC. Ces activités visent surtout à aider les États qui en font la demande à ratifier et appliquer les dix-huit instruments juridiques universels contre le terrorisme.

L’ONUDC compte 20 bureaux extérieurs couvrant 150 pays. Travaillant directement avec les gouvernements et les organisations non-gouvernementales, le personnel de l’ONUDC sur le terrain élabore et applique les programmes de contrôle des stupéfiants et de prévention du crime, conçus pour répondre aux besoins spécifiques des pays.