International – Le COVAX annonce de nouveaux accords pour l’accès rapide et équitable de tous les pays aux vaccins contre la COVID-19 – OMS

40


Le COVAX annonce de nouveaux accords pour l’accès rapide et équitable de tous les pays aux vaccins contre la COVID-19


Le COVAX a conclu des accords pour accéder à près de deux milliards de doses de plusieurs vaccins candidats prometteurs, et a jeté les bases nécessaires pour garantir l’obtention de doses supplémentaires grâce aux contributions des donateurs Grâce à ces accords, les 190 pays qui participent au COVAX et qui remplissent les conditions requises pourront, au cours du premier semestre de 2021, obtenir des doses de vaccin pour protéger les groupes vulnérables au sein de leur population. Au moins 1,3 milliard de doses financées par des donateurs seront fournies à 92 pays remplissant les conditions requises pour participer à l’AMC COVAX de Gavi, l’objectif étant d’atteindre une couverture de 20 % de la population d’ici la fin de l’année.
Outre ces accords, les fonds recueillis en 2020 et les premières annonces de contributions relatives aux objectifs de 2021 constituent la plus grande occasion jamais offerte à ce jour de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie à l’échelle mondiale d’ici la fin de 2021.

Le COVAX, l’initiative mondiale visant à assurer l’accès rapide et équitable de tous les pays aux vaccins contre la COVID-19, quel que soit leur niveau de revenu, a annoncé aujourd’hui bénéficier des accords requis pour obtenir près de deux milliards de doses de vaccins candidats contre la COVID-19, pour le compte de 190 pays participants. Dans la grande majorité des cas, le COVAX a obtenu l’accès à une partie de la première vague de production. Il s’ensuivra un échelonnement des quantités à mesure que de nouvelles doses seront disponibles. Grâce aux accords annoncés aujourd’hui, tous les pays participants auront accès à des doses de vaccin au cours du premier semestre 2021, les premières livraisons devant commencer au cours du premier trimestre de 2021 – en fonction des autorisations réglementaires et de l’état de préparation des pays à la distribution.

Sachant que les deux milliards de doses de vaccins candidats visés par ces accords sont encore en cours de mise au point, le COVAX continuera d’élargir son éventail, ce qui est essentiel pour qu’il puisse atteindre l’objectif qu’il s’est fixé de garantir l’accès à deux milliards de doses de vaccins sûrs, efficaces et approuvés, qui soient adaptées à la situation de tous les pays participants et disponibles d’ici fin 2021. Toutefois, les annonces faites aujourd’hui constituent la plus grande occasion jamais offerte à ce jour de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie en protégeant les populations les plus vulnérables partout dans le monde. Cela supposera de fournir, en 2021, au moins 1,3 milliard de doses de vaccins approuvées et financées par des donateurs aux 92 pays à revenu faible ou intermédiaire remplissant les conditions requises pour participer à l’AMC COVAX.

Les nouveaux accords annoncés aujourd’hui comprennent la signature d’un accord d’achat anticipé avec AstraZeneca portant sur 170 millions de doses du candidat AstraZeneca/Oxford et d’un mémorandum d’accord avec Johnson & Johnson portant sur 500 millions de doses du candidat Janssen, qui fait actuellement l’objet d’un essai à dose unique. Ces accords viennent s’ajouter aux accords que le COVAX a déjà conclus avec le Serum Institute of India (SII) portant sur 200 millions de doses – et qui prévoit la possibilité d’aller jusqu’à 900 millions de doses supplémentaires – des candidats AstraZeneca/Oxford ou Novavax, ainsi qu’à une déclaration d’intention portant sur 200 millions de doses du vaccin candidat Sanofi/GSK.

Le COVAX dispose également – par le biais d’accords de partenariat recherche-développement (R-D) – d’un droit de préemption qui pourrait porter sur l’accès, en 2021, à plus d’un milliard de doses (selon les estimations actuelles portant sur les procédés de fabrication en cours) qui seront produites, sous réserve de réussite technique et d’approbation réglementaire, par des candidats dans le cadre des projets R-D du COVAX.

« Cet engagement offre la preuve que le monde a tiré une leçon importante de la pandémie de grippe H1N1 de 2009. Nos efforts en matière de R-D ont commencé à porter leurs fruits. Nous disposons maintenant de vaccins sûrs et efficaces offrant une protection contre la COVID-19, et sommes en bonne voie pour obtenir deux milliards de doses pour les populations les plus à risque partout dans le monde », a déclaré le Dr Richard Hatchett, Directeur général de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI). « L’obtention d’un droit de préemption sur la production de vaccins concluants dans le cadre d’accords de R-D a contribué à garantir un accès équitable aux vaccins, ce qui constitue un principe fondateur de la CEPI. Distribuer les vaccins qui se sont avérés concluants, achever la mise au point d’autres vaccins candidats prometteurs pour accroître encore l’offre et mettre fin à la phase aiguë de la pandémie sont des défis que nous devons encore relever. ».

En plus d’avoir imprimé un élan vers l’obtention de deux milliards de doses de vaccins approuvés par le biais d’accords directs conclus avec les fabricants, le Mécanisme COVAX a trouvé une autre source de vaccins potentielle. Publiés aujourd’hui, les principes relatifs au partage des doses (Principles for Dose-Sharing) offrent aux pays à revenu élevé un cadre leur permettant de mettre à disposition des doses de vaccins supplémentaires par le biais d’accords bilatéraux conclus via le Mécanisme avec des participants à l’AMC essentiellement, dans des conditions équitables. Ces principes disposent que les doses doivent être sûres et efficaces, mises à disposition dans les meilleurs délais et disponibles en grandes quantités aussi vite que possible en 2021, afin que le Mécanisme puisse les distribuer rapidement et avec souplesse pour appuyer l’objectif global d’un accès équitable.

Premières livraisons au 1er trimestre 2021

Les annonces faites aujourd’hui sur les accords conclus et le partage des doses signifient que le COVAX peut prévoir les premières distributions de vaccins au premier trimestre 2021, sachant qu’une première tranche de doses – suffisante pour protéger les personnels de santé et d’aide à la personne – sera distribuée au premier semestre 2021 à tous les pays participants ayant demandé à recevoir des doses durant cette période. S’ensuivrait une nouvelle livraison de doses à tous les participants au second semestre – en ciblant une quantité de doses équivalant à 20 % de la population du pays participant (ou une quantité inférieure si le pays en fait la demande) d’ici la fin de l’année. Des doses supplémentaires permettant d’atteindre des taux de couverture plus élevés seront disponibles en 2022. La livraison est subordonnée à différents facteurs – approbations réglementaires et état de préparation du pays, notamment.

« L’arrivée des vaccins nous permet à tous d’entrevoir la lumière au bout du tunnel », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Mais ce n’est qu’en mettant fin à l’épidémie partout en même temps que nous pourrons véritablement en venir à bout, ce qui signifie qu’il est essentiel de vacciner certaines personnes dans tous les pays, plutôt que toutes les personnes dans certains pays. Et nous devons nous rappeler que les vaccins compléteront mais ne remplaceront pas les nombreux autres outils dont nous disposons pour arrêter la transmission et sauver des vies. Nous devons continuer à les utiliser tous. »

Le Mécanisme COVAX compte actuellement 190 pays participants, dont 98 pays à revenu élevé et 92 pays à revenu faible ou intermédiaire remplissant les conditions requises pour bénéficier du soutien du dispositif de financement connu sous le nom d’AMC COVAX de Gavi. Sur les 92 pays remplissant les conditions requises pour être soutenues par l’AMC COVAX, 86 ont maintenant soumis des demandes détaillées de vaccins, ce qui brosse le tableau le plus net à ce jour de la demande mondiale effective de vaccins contre la COVID-19.

En plus de recueillir des informations détaillées sur les demandes de vaccins des pays participants, le COVAX – par l’intermédiaire de Gavi, de l’UNICEF, de l’OMS, de la Banque mondiale et d’autres partenaires – a travaillé en étroite collaboration avec tous les pays membres du Mécanisme, en particulier avec les pays remplissant les conditions requises pour participer à l’AMC, afin d’aider à planifier le déploiement à grande échelle des vaccins. Parmi les conditions qui déterminent l’état de préparation des pays figurent notamment la préparation sur le plan réglementaire ainsi que la disponibilité des infrastructures, de cadres juridiques adéquats, de formations et de capacités.

« Faire en sorte que tant les pays à revenu élevé que les pays à faible revenu puissent, en période de pandémie, se procurer des doses d’un nouveau vaccin à peu près au même moment est un exploit que le monde n’a jamais accompli auparavant – et encore moins à une telle vitesse et à une telle échelle », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur général de Gavi, l’Alliance du Vaccin, qui est responsable de l’achat et de la livraison pour le COVAX. « Le COVAX a maintenant mis en place une plateforme qui offre au monde, pour la première fois, l’occasion de vaincre la pandémie à l’échelle mondiale, mais cette tâche reste à accomplir : il est essentiel que les États et le secteur industriel continuent de soutenir nos efforts pour atteindre cet objectif ».

Objectifs de collecte de fonds pour 2021 : premières annonces de contributions

En vue d’atteindre l’objectif ambitieux qu’il s’est fixé, le COVAX estime actuellement qu’il doit lever 6,8 milliards de dollars des États-Unis (É.-U.) supplémentaires en 2021 – 800 millions de dollars É.-U. pour la R-D, au moins 4,6 milliards de dollars É.-U. pour l’AMC COVAX et 1,4 milliard de dollars É.-U. pour l’appui à la distribution.

Soutenir l’AMC COVAX sera essentiel pour faire en sorte que la capacité de payer ne constitue pas une entrave à l’accès. Grâce au généreux soutien de donateurs étatiques, du secteur privé et philanthropiques, l’AMC a atteint l’objectif de collecte de fonds de 2 milliards de dollars É.-U. qu’il devait atteindre de toute urgence en 2020, mais au moins 4,6 milliards de dollars É.-U. supplémentaires seront requis en 2021 pour accéder aux doses de vaccins candidats concluants à mesure que ceux-ci intègrent l’éventail.

Au cours des deux dernières semaines, un certain nombre d’engagements ont été pris envers Gavi pour le financement de l’AMC COVAX, portant le montant total des fonds levé à 2,4 milliards de dollars É.-U. :
La Norvège a signé une nouvelle promesse de don d’un milliard de couronnes norvégiennes à l’intention de la Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm), paiement qui sera étalé sur la période 2021-2030. Ces fonds, qui permettront de soutenir l’AMC COVAX de Gavi, viennent s’ajouter à des engagements antérieurs s’élevant à 164,1 millions de couronnes norvégiennes – en financement direct – et à 6,25 millions de dollars É.-U. – fonds émanant de l’AMC pour le PCV et destinés à soutenir l’AMC COVAX de Gavi.
Le Canada s’est engagé à verser 75 millions de dollars canadiens pour appuyer la distribution de vaccins contre la COVID-19 dans les pays à faible revenu dans le cadre de l’AMC COVAX de Gavi. Cela inclut un investissement de 5 millions de dollars canadiens dans la mise au point d’un mécanisme visant à réaffecter équitablement les doses de vaccin via le Mécanisme COVAX, sous forme de don ou d’échange.
Le Koweït a confirmé qu’il s’engageait à contribuer à hauteur de 10 millions de dollars É.-U. à l’AMC COVAX de Gavi.
Le Danemark a annoncé, sous réserve d’approbation par le Parlement, qu’il s’engageait à contribuer à hauteur de 50 millions de couronnes danoises à l’AMC COVAX de Gavi.
La Nouvelle-Zélande s’est engagée à verser 10 millions de dollars néo-zélandais à l’AMC COVAX de Gavi, en plus des 7 millions de dollars néo-zélandais qu’elle s’était engagée à verser à l’AMC plus tôt cette année.
Les Pays-Bas ont signé une promesse de dons de 5 millions d’euros à l’AMC COVAX de Gavi, promesse dont ils se sont acquittés.
Singapour s’est engagée à verser 10 millions de dollars É.-U. à l’AMC COVAX de Gavi.
King Salman Humanitarian Aid and Relief Center (KSrelief) / Gamers Without Borders ont confirmé qu’ils contribueraient à hauteur de 1,3 million de dollars É.-U. à l’AMC COVAX de Gavi.
L’Estonie a signé une promesse de dons s’élevant à 70 000 euros à l’AMC COVAX de Gavi.
En outre, Team Europe a confirmé qu’elle verserait un montant de 500 millions d’euros – prêt de 400 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement assortie d’une subvention de 100 millions d’euros – à Gavi pour favoriser un accès équitable via le COVAX.

L’objectif du COVAX est de fournir, d’ici fin 2021, deux milliards de doses de vaccins sûrs et efficaces qui ont été homologués par les organismes de réglementation ou préqualifiés par l’OMS. Ces vaccins seront distribués équitablement à tous les pays participants, au prorata de leur population, en donnant d’abord la priorité au personnel soignant puis aux groupes vulnérables, notamment aux personnes âgées et aux personnes présentant des affections préexistantes. D’autres doses seront ensuite mises à disposition en fonction des besoins des pays, des vulnérabilités et de la menace que représente la COVID-19. Le Mécanisme COVAX constituera également un stock de doses à utiliser en cas d’urgence et à des fins humanitaires.

Citations des partenaires

Karina Gould, Ministre du développement international au sein du Gouvernement canadien, a déclaré : « Nous savons que tant qu’un pays est exposé à un risque, nous sommes tous exposés à un risque. Le Mécanisme COVAX est la clé pour mettre fin à cette pandémie, et il ne sera concluant que si nous unissons tous nos forces. Le moment est venu de faire de notre engagement en faveur d’un accès équitable une réalité, afin que tout le monde, partout dans le monde, puisse bénéficier d’un vaccin salvateur. »

Le Dr Kwaku Agyeman Manu, Ministre de la santé du Ghana, a déclaré : « Les près de deux milliards de doses de vaccin contre la COVID-19 annoncées aujourd’hui par le COVAX constituent un premier pas dans la bonne direction, mais notre périple n’est pas encore terminé. Comme nous l’avons appris avec les vaccins de routine, ce ne sont pas les vaccins qui sauvent des vies mais la vaccination. Nous devons ainsi disposer de l’infrastructure sanitaire adéquate – de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique aux agents de santé qualifiés – pour garantir une distribution efficace et rationalisée des vaccins. Pour ce faire, nous appelons les États, les fabricants et le secteur privé à allouer de toute urgence les fonds nécessaires au COVAX, et ce afin que personne ne soit laissé pour compte ; parce qu’au bout du compte, personne n’est en sécurité tant que la sécurité de tous n’est pas assurée. »

Dag-Inge Ulstein, Ministre norvégien du développement international et co-président du Conseil de facilitation de l’Accélérateur ACT, a déclaré : « La bonne nouvelle est qu’un bon nombre de pays et de fondations et certaines entreprises privées ont déjà apporté leur soutien à cet important effort collectif. La mauvaise nouvelle est que davantage d’efforts sont requis. Nous devons aller au-delà du secteur de la santé et du secteur du développement international si nous voulons trouver les ressources politiques et financières nécessaires pour lutter contre la pandémie et ses incidences multiples. »

Wendy Morton, Ministre de la santé mondiale au Ministère des affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni, qui a également accueilli le Sommet mondial sur les vaccins en juin, a déclaré : « Le Royaume-Uni a joué un rôle moteur dans la lutte en faveur d’un accès mondial aux vaccins contre le coronavirus, ce qui se traduit notamment par le fait qu’il contribue le plus généreusement au système de garantie de marché du COVAX. Personne n’est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité. Aux côtés de ses partenaires internationaux, le Royaume-Uni travaille dur pour garantir que les vaccins soient mis à disposition de tous ceux qui en ont besoin. »

Le Dr John Nkengasong, Directeur des Centres africains de prévention et de contrôle des maladies, a déclaré : « Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les Centres africains de prévention et de contrôle des maladies ont noué plusieurs partenariats de confiance dans le monde entier. Le partenariat COVAX fait partie de ces alliances cruciales ; elle permettra à l’Afrique d’obtenir un accès rapide au vaccin contre la COVID-19, afin que les populations de part et d’autre du continent puissent commencer à être vaccinées. »

Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF, a déclaré : « Il s’agit d’une initiative sans précédent – combattre une pandémie mondiale tout en veillant à ne pas laisser pour compte les populations les plus pauvres de la planète. L’UNICEF met tout le poids de son expérience en tant que premier fournisseur de vaccins au monde à disposition, afin de contribuer à l’obtention et à la distribution des vaccins contre la COVID-19, et d’aider les pays à se préparer à recevoir et administrer ces vaccins.

Le Dr Ngozi-Okonjo Iweala, co-président de la réunion de coordination du COVAX et président du Conseil d’administration de Gavi, a déclaré : « Il y a neuf mois, il était difficile d’imaginer que nous aurions plus d’un vaccin candidat prometteur et que nous serions en mesure de rendre ces vaccins accessibles tant aux pays à revenu élevé qu’aux pays à faible revenu en même temps. La communauté internationale s’est mobilisée, et nous disposons maintenant d’une plateforme, le COVAX, qui rend cela possible. Il faut arrêter de la remettre en question et lui apporter le soutien dont elle a besoin pour mettre fin à la pandémie le plus rapidement possible. »

Jane Halton, co-présidente de la réunion de coordination du COVAX et présidente de la CEPI, a déclaré : « La science nous donnera les outils nécessaires pour lutter contre cette pandémie, mais l’accès équitable nous permettra d’en venir à bout. Aujourd’hui marque une étape importante de notre progression vers l’objectif que nous nous sommes fixé de garantir aux personnes les plus à risque partout dans le monde un accès juste et équitable aux vaccins contre la COVID-19. Grâce aux investissements R-D du COVAX et aux accords conclus avec des fabricants, nous sommes maintenant en bonne voie pour atteindre l’objectif qui est le nôtre de fournir deux milliards de doses de vaccin en 2021, ce qui pourra permettre de mettre un terme à la phase aiguë de la pandémie au niveau mondial. En outre, les États peuvent maintenant démontrer qu’ils continuent de s’attacher à la réalisation de cet objectif en fournissant au COVAX des doses de vaccins obtenus via des accords bilatéraux. Garantir un accès équitable aux vaccins est dans l’intérêt de tous, et nous avons fait un pas considérable vers la concrétisation de cet objectif. »

Mesfin Teklu Tessema, représentant de la société civile à la réunion de coordination du COVAX et Directeur principal, ainsi que Chef de l’Unité santé du Comité international de secours, a déclaré : « Le Mécanisme COVAX constitue notre meilleur espoir de mettre fin à cette pandémie le plus rapidement possible en prenant pour fondement l’équité. L’annonce faite aujourd’hui marque une étape importante et permet de garantir que des doses seront mises à disposition de ceux qui en ont le plus besoin partout dans le monde. »

Adar Poonawalla, Directeur général du Serum Institute of India (SII), a déclaré : « Nous sommes ravis d’annoncer que nous avons signé avec COVAX pour 100 millions de doses du vaccin de Novavax et pour 100 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca-Oxford, avec la possibilité d’aller jusqu’à 900 millions de doses. Les engagements d’achat anticipé conclus dans le cadre de l’initiative COVAX sont prometteurs en ce qu’ils renforceront plus encore notre lutte et nous permettront de garantir un accès équitable au prix le plus abordable. »

Pascal Soriot, Directeur général d’AstraZeneca, a déclaré : « L’accord d’aujourd’hui constitue une étape importante pour l’accès mondial au vaccin AZD1222. Notre collaboration avec le COVAX témoigne de la volonté d’AstraZeneca de garantir un accès équitable à prix coûtant et à grande échelle en période de pandémie. Nous nous faisons une joie de poursuivre nos travaux avec les partenaires du COVAX pour faire en sorte que le plus grand nombre de personnes possible puisse avoir accès à un vaccin sûr et efficace – où qu’ils vivent. »

Paul Stoffels, Docteur en médecine, ainsi que vice-président du comité exécutif et directeur scientifique de Johnson & Johnson, a déclaré : « Depuis que nous avons commencé, chez Johnson & Johnson, à mettre au point notre vaccin candidat contre la COVID-19, nous sommes restés attachés à garantir un accès d’urgence sans but lucratif aux vaccins en période de pandémie. Garantir un accès mondial équitable, en veillant à l’inclusion des pays à faible revenu, est crucial pour contribuer à mettre fin à la pandémie de COVID-19. »

Thomas B. Cueni, Directeur général de la Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM), a déclaré : « La raison pour laquelle nous pouvons considérer qu’en obtenant deux milliards de doses de vaccins prometteurs, COVAX inscrit la date d’aujourd’hui dans l’histoire, est que les fabricants de vaccins ont tout mis en oeuvre et ont obtenu des résultats dépassant toute attente. Célébrons donc cette étape importante du combat en faveur d’un accès juste et équitable aux vaccins, que nous nous sommes engagés à soutenir depuis le début de la pandémie. Mais rappelons-nous également que nous ne serions pas là où nous sommes aujourd’hui si la science et l’écosystème de l’innovation permettant au secteur biopharmaceutique de concevoir et de produire des traitements salvateurs n’avaient pas relevé le défi, et permis qu’il existe aujourd’hui différents types de vaccins qui seront fabriqués en quantités historiques. À l’horizon 2021, il est essentiel que tous les partenaires du COVAX et les États s’attachent à obtenir des résultats concrets et à recueillir les fonds nécessaires. »

Notes aux responsables de publication

La liste complète des accords qui ont été conclus jusqu’à présent par le COVAX au nom du Mécanisme se présente comme suit :
170 millions de doses du candidat AstraZeneca/Oxford, via un accord d’achat anticipé entre Gavi et AstraZeneca, qui a pu voir le jour grâce à un accord de partenariat avec la CEPI en vue de financer un élargissement de la fabrication
200 millions de doses (et la possibilité d’aller jusqu’à 900 millions de doses supplémentaires) des candidats AstraZeneca/Oxford ou Novavax, via un accord entre Gavi, le Serum Institute of India et la Fondation Bill & Melinda Gates
500 millions de doses du candidat Janssen, via un mémorandum d’accord avec Johnson & Johnson
200 millions de doses du vaccin candidat Sanofi/GSK, via une déclaration d’intention entre Gavi, Sanofi et GSK
Un droit de préemption pour un éventuel total combiné de plus d’un milliard de doses en 2021 (selon les estimations actuelles portant sur les procédés de fabrication en cours) de candidats vaccins prometteurs, via des accords de partenariat R-D avec la CEPI – doses qui seront produites, sous réserve de réussite technique et d’approbation réglementaire, par des candidats dans le cadre des projets R-D du COVAX.

Dans le cadre des projets R-D du COVAX, la CEPI a investi dans dix vaccins candidats. Neuf de ces candidats sont encore en phase de mise au point, et sept en sont au stade des essais cliniques.
AstraZeneca/Université d’Oxford (Phase 3)
Clover Biopharmaceuticals, Chine (Phase 1)
CureVac, Allemagne (Phase 2B/3)
Inovio, États-Unis (Phase 2)
Institut Pasteur/Merck/Themis, France/ États-Unis/Autriche (Phase 1)
Moderna, États-Unis (Phase 3)
Novavax, États-Unis (Phase 3)
SK bioscience, Corée du Sud (essais précliniques)
Université de Hong Kong, Hong Kong (essais précliniques)
Université du Queensland/ CSL, Australie (Phase 1, programme interrompu)

La CEPI envisage également de faire appel au soutien d’autres candidats, y compris de vaccins candidats de « nouvelle génération » afin d’offrir des options supplémentaires pour l’avenir.

La dernière liste des participants au Mécanisme COVAX (à la fois autofinancés et remplissant les conditions requises pour bénéficier du soutien de l’AMC) est disponible ici, et le dernier tableau relatif aux annonces de contributions des donateurs à l’AMC COVAX est disponible ici.

La liste officielle des autorités de réglementation rigoureuses certifiées par l’OMS est disponible ici.

À propos du COVAX

COVAX, le volet vaccins du Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT) est co-dirigé par la CEPI, Gavi et l’OMS – qui oeuvrent en partenariat avec les fabricants de vaccins des pays développés et en développement, l’UNICEF et la Banque mondiale, entre autres. Il s’agit de la seule initiative mondiale qui travaille avec les États et les fabricants pour veiller à ce que les vaccins contre la COVID-19 soient disponibles dans le monde entier, aussi bien dans les pays à revenu élevé que dans les pays à faible revenu.

La CEPI pilote les projets de R-D portant sur les vaccins COVAX et investit dans les travaux de R-D relatifs à différents vaccins prometteurs dans le but de soutenir la mise au point de trois vaccins sûrs et efficaces pouvant être mis à disposition des pays participant au Mécanisme COVAX. Dans ce cadre, la CEPI a obtenu un droit de préemption qui pourrait porter sur plus d’un milliard de doses de différents candidats pour le Mécanisme COVAX, et a fait des investissements stratégiques dans la fabrication des vaccins, notamment en réservant des capacités de production de doses de vaccins COVAX dans un ensemble d’installations et en obtenant des flacons de verre pour deux milliards de doses de vaccin. La CEPI investit également dans la « nouvelle génération » de vaccins candidats, ce qui offrira au monde de nouvelles possibilités de combattre la COVID-19 à l’avenir.

Gavi dirige les activités d’approvisionnement et de livraison pour le COVAX. En outre, elle coordonne le développement et la mise en oeuvre du Mécanisme COVAX et de l’AMC COVAX et travaille avec l’UNICEF et l’OMS, qui sont des partenaires de l’Alliance, ainsi qu’avec les États, sur l’état de préparation des pays et la distribution des vaccins. Le COVAX est le mécanisme mondial de groupement des achats pour les vaccins contre la COVID-19 qui garantira aux 190 pays participants un accès juste et équitable aux vaccins grâce au cadre d’allocation élaboré par l’OMS. Pour atteindre cet objectif, le mécanisme COVAX mettra en commun le pouvoir d’achat des pays participants et offrira des garanties de volume portant sur une gamme de vaccins candidats prometteurs. L’AMC COVAX de Gavi est le mécanisme de financement qui appuiera la participation de 92 pays à revenu faible ou intermédiaire au Mécanisme, leur permettant d’accéder à des doses de vaccins sûres et efficaces financées par des donateurs. L’UNICEF et l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) joueront le rôle de coordinateurs des achats pour le Mécanisme COVAX, et aideront à fournir des vaccins à tous les participants.

L’OMS joue différents rôles au sein du COVAX et soutient notamment, en partenariat avec l’UNICEF, les pays qui se préparent à recevoir et à administrer des vaccins. En outre, elle fournit des orientations normatives en matière de politique, de réglementation, de sécurité, de R-D et d’allocation de ressources relatives à la vaccination, ainsi que des orientations normatives relatives à la préparation des pays et à la distribution. Son Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination élabore des recommandations pratiques et fondées sur des données probantes relatives à la vaccination. Par ailleurs, son Protocole EUL (Emergency Use Listing) et ses programmes de préqualification permettent de garantir l’uniformité des examens et des autorisations entre les différents États Membres. L’OMS assure la coordination mondiale et le soutien aux États Membres en matière de surveillance de la sécurité vaccinale. Elle a élaboré les profils de produits cibles pour les vaccins contre la COVID-19 et assure la coordination technique de la R-D. Avec les partenaires du COVAX, elle s’attache à mettre au point un régime d’indemnisation hors faute pour traiter les questions d’indemnisation et de responsabilité. Le COVAX est membre de l’Accélérateur ACT, dispositif que l’OMS a lancé avec ses partenaires en 2020.

À propos de Gavi, l’Alliance du Vaccin

Gavi, l’Alliance du Vaccin est un partenariat public-privé qui aide à vacciner la moitié des enfants du monde contre certaines des maladies les plus mortelles. Depuis son lancement en 2000, Gavi a aidé à vacciner une génération entière d’enfants – plus de 822 millions d’enfants – et a permis d’éviter plus de 14 millions de décès, contribuant à diviser par deux la mortalité de l’enfant dans 73 pays en développement. Gavi joue également un rôle majeur dans l’amélioration de la sécurité sanitaire mondiale en soutenant les systèmes de santé et en finançant des stocks mondiaux de vaccins contre la maladie à virus Ebola, le choléra, la méningite et la fièvre jaune. Après deux décennies de progrès, l’Alliance Gavi se concentre maintenant sur la protection de la prochaine génération et sur la vaccination des enfants encore laissés pour compte, en recourant à des solutions de financement innovantes et aux toutes dernières technologies, comme les drones et la biométrie, pour sauver des millions de vies, enrayer les flambées épidémiques avant qu’elles ne se propagent et aider les pays à devenir autosuffisants. Pour en savoir plus, consultez le site www.gavi.org et retrouvez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram.

Gavi, l’Alliance du Vaccin, rassemble les gouvernements de pays en développement et de pays donateurs, l’Organisation mondiale de la Santé, l’UNICEF, la Banque mondiale, l’industrie des vaccins, les organismes techniques, la société civile, la Fondation Bill & Melinda Gates et d’autres partenaires du secteur privé. Consultez ici la liste complète des gouvernements donateurs et des grandes organisations qui financent les travaux de Gavi.

À propos de la CEPI

La CEPI est un partenariat innovant entre des organisations publiques, privées, philanthropiques et civiles, créé à Davos en 2017, pour développer des vaccins permettant de mettre fin aux épidémies futures. La CEPI a agi au plus vite et en coordination avec l’OMS face à l’émergence de la COVID-19. Elle a instauré dix partenariats pour mettre au point des vaccins contre le nouveau coronavirus. Les programmes font appel à des systèmes d’intervention rapide déjà soutenus par la CEPI ainsi qu’à des partenariats nouveaux.

Avant que la COVID-19 n’apparaisse, les maladies prioritaires de la CEPI étaient les maladies dues au virus Ebola, au virus de Lassa, au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient et au virus Nipah, ainsi que la fièvre de la vallée du Rift et le chikungunya. La CEPI a également investi dans des plateformes techniques pouvant être utilisées pour rapidement mettre au point des vaccins et des immunoprophylaxies contre des agents pathogènes inconnus (Maladie X).

À propos de l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé est l’organisme chef de file en matière de santé dans le système des Nations Unies. Fondée en 1948, l’OMS collabore avec 194 États Membres, dans six Régions et dans plus de 150 bureaux, pour promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables. Notre objectif pour 2019-2023 est de faire en sorte qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle, qu’un milliard de personnes supplémentaires soient mieux protégées face aux situations d’urgence et qu’un milliard de personnes supplémentaires bénéficient d’un meilleur état de santé et d’un plus grand bien-être.

Pour obtenir des données actualisées sur la COVID-19 et des conseils de santé publique qui vous aideront à vous protéger contre le coronavirus, consultez le site www.who.int/fr et suivez l’OMS sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, TikTok, Pinterest, Snapchat et YouTube.

À propos de l’Accélérateur ACT

Le Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT) est une nouvelle collaboration mondiale novatrice visant à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre la COVID-19 et à en assurer un accès équitable. Il a été créé à la suite d’un appel des dirigeants du G20 en mars puis lancé par l’OMS, la Commission européenne, la France et la Fondation Bill & Melinda Gates en avril 2020.

L’Accélérateur ACT n’est ni un organe décisionnaire ni une nouvelle organisation, mais il vise à accélérer les efforts de collaboration entre les organisations existantes pour mettre fin à la pandémie. Il offre un cadre de collaboration conçu pour réunir autour d’une même table les principaux acteurs, l’objectif étant d’en finir aussi rapidement que possible avec la pandémie en accélérant la mise au point de tests, de traitements et de vaccins, en veillant à leur juste répartition et en renforçant leur livraison, de façon à protéger les systèmes de santé et à redresser à brève échéance les sociétés et les économies. Il s’appuie sur l’expérience de grandes organisations mondiales du domaine de la santé qui s’attaquent aux problèmes sanitaires les plus complexes au monde et qui, en collaborant, sont en mesure d’obtenir de nouveaux résultats plus ambitieux contre la COVID-19. Ses membres s’engagent tous à veiller à ce que chacun ait accès à tous les outils nécessaires pour vaincre la COVID-19 et à travailler en partenariat comme jamais auparavant pour y parvenir.

L’Accélérateur ACT est composé de quatre axes de travail : les produits de diagnostic, les traitements, les vaccins et le lien avec les systèmes de santé. À cet égard, l’accès et l’allocation constituent un domaine d’activité transversal.