International – Hawaï fait tout son possible pour réaliser les Objectifs de développement durable – ONU

22


Hawaï fait tout son possible pour réaliser les Objectifs de développement durable

La population et le gouvernement de l’État américain d’Hawaï iront « au-delà du possible » pour faire des Objectifs de développement durable (ODD) une réalité. C’est que déclare David Ige, le gouverneur de cet archipel dans l’océan Pacifique.

Les ODD sont un ensemble d’objectifs convenus en 2015 par les pays du monde entier pour réduire la pauvreté, protéger la planète et assurer la paix et la prospérité pour tous d’ici 2030.

Hawaï a présenté sa propre initiative, « Hawaï durable », en 2016 en appui des ODD.

ONU Info s’est rendu dans l’archipel insulaire, dans le cadre d’un projet de l’Organisation internationale du travail (OIT), intitulé « Dignité au travail », et s’est entretenu avec David Ige.

Pourquoi les objectifs de développement durable sont-ils importants pour Hawaï ?
Hawaï est la communauté insulaire la plus isolée de la planète, à plus de 4.000 kilomètres de la terre la plus proche, et nous voyons l’impact du changement climatique et de l’élévation du niveau de la mer de manière réelle.

Cet impact se produit pratiquement tous les jours. Au cours des cinq dernières années, nous avons eu au moins cinq événements qui ne se produiraient normalement qu’une fois tous les 500 ans. En 2018, nous avons eu le plus de précipitations jamais enregistrées en une seule période de 24 heures, 130 cm. C’est la plus grande quantité jamais enregistrée dans l’histoire de l’humanité.

En 2015, nous avons eu trois ouragans de catégorie 4 entourant les îles pour la première fois dans l’histoire depuis que les données sont enregistrées. Nous avons eu quatre événements de blanchiment [du corail]. Nous avons eu des marées et des tempêtes de pluie énormes, nous savons donc que le changement climatique est réel et a un impact sur notre météo et nos communautés.

Le gouverneur d’Hawaï, David Idge, (à gauche) assiste à l’ouverture d’une centrale d’énergie solaire sur l’île d’O’ahu.Clearway Energy Group
Le gouverneur d’Hawaï, David Idge, (à gauche) assiste à l’ouverture d’une centrale d’énergie solaire sur l’île d’O’ahu.
C’est très inquiétant…
Très certainement. À mesure que le niveau de la mer monte, nous constatons une plus grande érosion de notre réseau routier, par exemple, ce qui crée un coût pour l’État dans le sens où nous savons que la relocalisation de ces routes est essentielle pour maintenir notre système de transport.Donc, nous savons que nous devons commencer à prévoir la montée du niveau de la mer.

Quelles mesures d’atténuation prenez-vous actuellement ?« Hawaï durable » est une initiative que nous avons lancée en 2016 et qui est conforme aux Objectifs de développement durable des Nations Unies. Hawaï s’est engagé à atteindre 100% d’énergie propre et renouvelable pour l’électricité d’ici 2045. L’initiative comprend également la gestion et la protection de 30% de nos bassins versants prioritaires, car nous savons que l’eau douce commence dans nos bassins versants. Cela signifie gérer 30% de nos eaux proches de l’océan.

Et nous avons étudié de manière active les pratiques traditionnelles et autochtones, y compris la rationalisation de notre processus d’autorisation pour permettre la restauration des fermes piscicoles traditionnelles dans tout l’État. Nous savons qu’il y a plus de mille ans, Hawaï était complètement autosuffisant et que les exploitations piscicoles et la gestion des ressources océaniques faisaient partie intégrante de cette autosuffisance.

« Hawaï durable » comprend également une protection contre les espèces invasives. Hawaï compte plus d’espèces menacées que partout ailleurs sur la planète. Nous avons de nombreuses espèces qui ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde, et cela est en partie dû à notre isolement géographique.

Donc, nous sommes déterminés à garder les plantes et les animaux invasifs hors de nos écosystèmes et, surtout, à pouvoir réagir lorsque des espèces invasives sont introduites dans nos îles.

les papayes poussent en abondance dans le climat tropical d’HawaïPhoto OIT/Kevin Cassidy
les papayes poussent en abondance dans le climat tropical d’Hawaï

Hawaï vise également à doubler la production alimentaire locale d’ici la fin de cette année. Hawaï, comme de nombreuses autres communautés insulaires, doit importer de la nourriture. Plus de 90% de la nourriture consommée ici est importée d’ailleurs, et nous réalisons que si nous pouvons investir dans nos communautés, nous pourrions produire davantage de notre nourriture.

Notre engagement envers les objectifs de développement durable est vraiment un engagement envers les communautés durables, à investir en nous-mêmes. Plutôt que de dépenser nos dollars en dehors de l’État pour créer des emplois ailleurs, nous pensons que devenir un Hawaï plus durable signifie que nous investirons en nous-mêmes et créerons des emplois ici dans nos communautés locales.

Il semble que les connaissances traditionnelles vont jouer un rôle très important dans ce processus…

Il y a mille ans, on estime que la population d’Hawaï était très similaire à ce qu’elle est aujourd’hui et à cette époque, elle était totalement autonome. Ni énergie ni nourriture n’étaient importées. Donc, nous envisageons d’utiliser les idées de gestion des ressources traditionnelles et culturelles dans le monde moderne d’aujourd’hui pour revenir à l’autosuffisance.

Y a-t-il un succès dont vous êtes particulièrement fier en matière de développement durable ?
Notre engagement envers une énergie renouvelable 100% propre pour l’électricité. Au moment où nous avons promulgué la loi pour nous y engager, aucune autre communauté n’avait fait quelque chose de similaire et à l’Association nationale des gouverneurs, les gens ont été généralement très surpris. Ils pensaient que c’était réellement impossible, que c’était une entreprise un peu folle.

Désormais, la Californie a souscrit à l’engagement d’une énergie renouvelable 100% propre et d’autres États envisagent de faire de même. Je suis fier qu’Hawaï ait vraiment inspiré d’autres États et communautés.

La coopérative de services publics de l’île Kauai à Hawaï produit une quantité importante de l’électricité de l’île à partir de l’énergie solaire.
Quels sont les nouveaux emplois que vous cherchez à créer ?
Beaucoup de projets d’énergie renouvelable propre se sont concentrés sur l’énergie solaire et nous avons eu un énorme accroissement des panneaux solaires sur les toits de particuliers à Hawaï; 37% des maisons familiales sont désormais équipées de panneaux solaires sur le toit et produisent de l’énergie pour elles-mêmes.

Je pense que c’est le taux le plus élevé du pays. Nous savons que ces panneaux solaires sur les toits et les projets d’énergie solaire à l’échelle des services publics ont créé des emplois dans les services de construction et de soutien liés à l’énergie propre.

Et prenez-vous des mesures pour préparer les travailleurs à ces nouveaux emplois
Nous nous sommes engagés dans nos universités locales à éduquer et à former les personnes qui souhaitent travailler dans les domaines de l’énergie propre.

Nous savons que l’éducation est la clé pour améliorer la qualité de vie d’une famille. Nous nous sommes concentrés sur un large éventail de programmes d’éducation qui, nous l’espérons, fourniront les compétences dont nos résidents ont besoin pour prospérer dans les emplois créés par l’économie durable.

Quels sont les plus grands défis que vous rencontrez dans la création d’emplois ?
Hawaï, pendant de nombreuses années, a été l’un des principaux producteurs de sucre et d’ananas, ce qui a stimulé de nombreuses innovations. La dernière plantation a fermé ses portes en 2016 et nous voulons maintenant soutenir une agriculture diversifiée. Nous envisageons d’utiiser beaucoup plus de technologies dans l’agriculture, par exemple, des serres intelligentes qui peuvent produire une large gamme d’aliments.

Nous avons réinvesti dans notre industrie de l’élevage afin de pouvoir produire plus de boeuf et de porc, et nous sommes sur le point de lancer une ferme d’oeufs, afin qu’Hawaï puisse à nouveau être autosuffisant dans la production d’oeufs.

Une partie de notre engagement à doubler la production alimentaire est axée sur les petits agriculteurs et à intéresser davantage de jeunes à l’agriculture, ce qui représente un défi de taille. Nous savons que les fermes du futur s’appuieront sur les technologies pour être plus efficaces. Si nous ne pouvons pas attirer une nouvelle génération d’agriculteurs, il sera très difficile d’augmenter la production alimentaire locale.

Dans quelle mesure êtes-vous optimiste quant à l’avenir du travail pour les Hawaïens ?
Je suis très optimiste quant à l’avenir du travail. Il y a eu de terribles prédictions selon lesquelles de nombreux emplois seront supprimés en raison de la technologie. Cependant, dans tous les cas où les technologies ont supprimé des emplois, elles ont également créé de nombreux nouveaux emplois.

Je suis donc optimiste, car je pense que nos économies vont changer et que les emplois de demain seront différents des emplois du passé. Mais je crois aussi qu’il y aura plus de travail pour nos concitoyens, et ce sera un travail différent, mais ce sera tout aussi stimulant et gratifiant.

Nous reconnaissons en tant qu’île que nous devons nous engager à être plus durables pour le bénéfice à long terme de la communauté. La majorité de la population hawaïenne ressent la même chose et elle est prête à relever le défi du développement durable en investissant dans nos communautés.