International – Déplacement dans le cadre de l’opération humanitaire française (Erevan, 27 et 28 novembre 2020)

36


Déplacement dans le cadre de l’opération humanitaire française (Erevan, 27 et 28 novembre 2020)

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie, Jean-Baptiste Lemoyne, s’est rendu à Erevan les 27 et 28 novembre 2020, accompagné de Kristina Aznavour, présidente de la fondation Aznavour, et de Youri Djorkaeff, à qui le Président de la République a confié la mission de mobiliser l’aide de la France en faveur de l’Arménie.

Cette visite est intervenue dans le cadre de l’action humanitaire décidée au bénéfice de la population affectée par le conflit du Haut-Karabagh par le Président de la République et le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et coordonnée par le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

La délégation conduite par le secrétaire d’État est arrivée à bord d’un avion affrété par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères convoyant des dons rassemblés par la Fondation Aznavour et du fret humanitaire fourni par des organisations humanitaires et par des fondations d’entreprises. Ce vol faisait suite à un premier vol cargo arrivé à Erevan dimanche 22 novembre 2020 et qui transportait des dons de l’Etat composés de matériel médical d’urgence, notamment un poste sanitaire mobile permettant de prendre en charge 500 personnes, des couvertures et des kits d’hygiène. Jean-Baptiste Lemoyne a remis ces dons en présence de Arsen Torosyan, ministre de la santé arménien. Il s’est rendu sur les lieux d’acheminement de l’aide française notamment deux hôpitaux où sont soignés des blessés graves et une municipalité qui accueille des personnes ayant dû fuir.

Jean-Baptiste Lemoyne a été reçu par Nikol Pashinyan, Premier ministre arménien, et par Ara Ayvazyan, ministre des Affaires étrangères. Il a assuré ses interlocuteurs de la détermination de la France à jouer pleinement son rôle en faveur d’une solution négociée du conflit du Haut-Karabagh dans le cadre de son mandat de co-présidente du groupe de Minsk. Le secrétaire d’État a été également reçu au Saint-Siège d’Etchmiadzin par le Catholicos d’Arménie Karekine II, patriarche de l’Église arménienne auquel il rappelé l’attachement de la France à la protection du patrimoine historique et religieux de la région pour laquelle elle oeuvre notamment avec l’UNESCO.

La France avait mis en place un dispositif structuré d’aide à la population arménienne affectée par le conflit du Haut-Karabagh ce 22 novembre 202.

À la demande du Président de la République et du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, la France met en place un effort structuré pour venir en aide à la population arménienne affectée par le conflit du Haut-Karabagh. Ce dispositif, coordonné dans le cadre d’un comité de pilotage, par le Centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, mobilise l’État, les associations de solidarité avec l’Arménie, des organisations humanitaires rassemblées au sein de « Coordination Sud », des fondations d’entreprises et des établissements hospitaliers. Il s’articule en trois axes.

1/ Après les premières actions d’urgence des dernières semaines constituées par l’envoi d’une mission de chirurgiens et de matériel médico-chirurgical en Arménie, plusieurs vols humanitaires sont organisés. Affrété par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, un premier vol cargo était arrivé à Erevan le même jour. Il transporte vers Erevan des moyens pris en charge par les autorités françaises : du matériel médical d’urgence, notamment un poste sanitaire mobile permettant la prise en charge de 500 personnes, mais aussi des couvertures et des kits d’hygiène destinés à être distribués aux personnes affectées par le conflit.

Un deuxième avion avait été d’ores et déjà programmé pour le 27 novembre. Sa cargaison devait agréger des moyens de l’État, des dons rassemblés par les associations de solidarité avec l’Arménie, notamment la Fondation Aznavour et l’Union générale arménienne de bienfaisance, du fret humanitaire fourni par des organisations humanitaires et par des fondations d’entreprises.

2/ Dans les suites des missions médicales qui se sont succédé depuis le mois d’octobre, le deuxième axe concerne le renforcement de la coopération hospitalière entre des établissements des deux pays. Celle-ci sera facilitée par le soutien financier du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. En France, l’assistance publique des hôpitaux de Paris, celle de Marseille et les hospices de Lyon sont déjà mobilisés.

3/ Le troisième axe vise à soutenir des projets déployés en Arménie par des organisations humanitaires ou des agences des Nations unies. La France apportera un soutien financier direct à ces structures actives sur le terrain.

Enfin des collectivités territoriales, dont certaines sont déjà actives dans le soutien à des projets en Arménie, ont été invitées à apporter leurs contributions aux trois axes de ce dispositif.

Ce dispositif d’assistance humanitaire mis en place répond à une situation d’urgence liée aux conséquences du conflit du Haut-Karabagh intervenu ces dernières semaines.

La France reste par ailleurs pleinement mobilisée pour parvenir à une solution durable de ce conflit, dans le cadre du rôle qui est le sien en tant que coprésidente du groupe de Minsk de l’OSCE avec la Russie et les États-Unis.