International – Allocution liminaire du Directeur général de l’OMS lors du point de presse sur le Mécanisme COVAX – OMS

26


Allocution liminaire du Directeur général de l’OMS lors du point de presse sur le Mécanisme COVAX

18 D2CEMBRE 2020
Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Dès le début de la pandémie, nous savions que nous aurions besoin de vaccins pour y mettre fin.

Mais nous savions aussi que sans une action concertée, il y avait un risque que les pays à faible revenu soient laissés à l’écart des vaccins dès lors que ceux-ci seraient disponibles.

C’est pour cette raison qu’en avril, avec des partenaires comme Gavi, la CEPI et l’UNICEF, l’OMS a créé le Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT), dont le Mécanisme COVAX est l’un des axes de travail.

Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer que le Mécanisme COVAX a garanti l’accès à près de deux milliards de doses de plusieurs vaccins candidats prometteurs.

Ces accords sans précédent signifient que les 190 pays et économies participant au Mécanisme COVAX pourront, dans le courant du premier semestre de l’année prochaine, disposer des vaccins leur permettant de protéger les groupes vulnérables au sein de leur population.

Il s’agit d’une excellente nouvelle et d’une étape majeure pour la santé mondiale. Je tiens à remercier et à féliciter tous nos partenaires du Mécanisme COVAX, ainsi qu’AstraZeneca, Johnson & Johnson et le Serum Institute of India pour les efforts qu’ils ont déployés jusqu’à présent.

Les images de personnes recevant un vaccin nous donnent de l’espoir, mais cela doit être un espoir partagé par tous et pas uniquement pour certains.

Pendant la majeure partie de l’année écoulée, nous avons parlé aux dirigeants mondiaux et aux concepteurs pour nous assurer qu’une fois les vaccins disponibles, ils le seraient de façon équitable pour tous les pays.

Pas plus tard que cette semaine, j’ai parlé avec des dirigeants de sociétés pharmaceutiques et rencontré la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles, pour discuter de cet impératif de santé publique dont l’urgence est à la fois morale et économique.

L’OMS et ses partenaires du Mécanisme COVAX travaillent sans relâche pour entamer la vaccination au début de l’année prochaine.

Parallèlement à cela, le message que nous adressons à tous les pays, c’est que les vaccins viendront compléter et non remplacer les outils efficaces existants dont nous disposons pour supprimer la transmission et sauver des vies.

Entrevoir la fin de l’épidémie est source de réconfort, mais il faut veiller à ne pas baisser notre garde.

Il incombe à chacun d’entre nous de prendre les mesures nécessaires pour assurer notre sécurité et celle de l’autre, y compris pendant cette période de fêtes.

Avec les nouvelles d’aujourd’hui, la lumière au bout du tunnel a quelque peu gagné en luminosité. Cependant, nous ne sommes pas encore au bout de nos peines et nous n’y arriverons qu’ensemble.

Je vous remercie.