Un Tunisien de 19 ans meurt au centre de détention de Vincennes

17

Les témoignages "ont mis en évidence un contexte de forte consommation de drogues, mêlée la nuit précédente à des stupéfiants". Les analyses sont en cours.

Nouveau drame dans un centre de détention. Un Tunisien de 19 ans est décédé vendredi centre de détention administrative (CRA) de Vincennes, où un autre migrant menacé d’expulsion était déjà décédé cet été.

Vendredi, le jeune homme "a été retrouvé mort dans son lit tard dans la matinée par un autre détenu" et "une autopsie a attribué sa mort à un œdème pulmonaire massif", a déclaré une source proche de l'affaire.

Les témoignages d'autres personnes sélectionnées "ont mis en évidence un contexte de forte consommation de drogues, mêlée la nuit précédente à des stupéfiants", a déclaré cette source. Des analyses toxicologiques sont en cours pour le vérifier.

Une enquête ouverte

Le procureur de Paris a annoncé avoir ouvert "une enquête à la recherche des causes du décès". "Nous offrons nos sincères condoléances à sa famille et espérons que l'enquête permettra de clarifier cette mort subite", a déclaré samedi l'Association des services sociaux pour les familles de migrants (Assfam), présente au centre.

LIRE AUSSI >> La prison ferme pour l'incendie du centre de détention de Vincennes

Le 19 août, un Roumain dans la vingtaine était également mort dans son lit au CRA de Vincennes. Aucune violence n'a été signalée et des drogues ont été saisies localement.

Avec une capacité de 235 places, l'ARC, toujours pleine et marquée par des tensions, accueille les migrants en procédure d'expulsion pour un maximum de 90 jours. À la mi-septembre, 3 225 personnes fréquentaient ce centre depuis le début de l'année.