Samira, une Ivoirienne de 10 ans, expulsée de France malgré une mobilisation importante

7

L'écolière a fui son pays avec ses parents "pour échapper à l'excision" et doit être expulsée vers l'Italie le 12 novembre.

Pour l'instant, la pétition n'a rien changé. Les autorités ont refusé vendredi le maintien en France de Samira, une Ivoirienne de 10 ans scolarisée en Seine-et-Marne, malgré une mobilisation importante l’eurodéputé Raphaël Glucksmann, qui fait maintenant appel à Emmanuel Macron.

LIRE AUSSI >> Quatre questions sur les futurs quotas d'immigration économique

Le 12 novembre, la petite fille et son père, arrivés en France en janvier, doivent être déportés à Venise, conformément au au "règlement de Dublin" qui confie l’étude de la demande d’asile au pays d’entrée en Europe, en l’occurrence l’Italie.

"Conformément à la décision du tribunal administratif de rejeter son recours du 21 juin et compte tenu du titre de séjour obtenu par le père en Italie, il n'est pas fait correctement dans l'Etat, après un réexamen de sa situation, à la demande de celui-ci rester avec sa fille sur le territoire français ", a déclaré vendredi le siège de la police. "Les autorités italiennes ont accepté leur retour, elles font l'objet d'un départ organisé et non d'un ordre d'expulsion pour un vol prévu le mardi 12 novembre", a annoncé la préfecture.

Une pétition avec plus de 130 000 signatures

La fille a fui son pays avec ses parents "pour échapper à l'excision", a expliqué Raphael Glucksmann (Place publique) dans une pétition adressée à Emmanuel Macron." Elle est une survivante des opérations de sauvetage en Méditerranée. Au cours de la traversée, elle a perdu sa mère ", a-t-il ajouté dans ce texte qui a recueilli plus de 130 000 signatures.

Le maire PS de Paris, Anne Hidalgo, l'ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem ou les actrices Marina Fois et Adèle Exarchopoulos ont paraphé le texte, selon l'entourage des élus. La décision est désormais "entre les mains du président de la République", a déclaré Raphael Glucksmann. "Il reste trois jours et à tout moment, les autorités politiques peuvent décider de ne pas expulser un enfant".