Immigration, procès du FN et prescriptions des médecins: le point sur l’actu ce mercredi

36

A la une de l’actualité

Les mesures de Philippe sur l’immigration. Quotas d’immigrés pour certains emplois, trois mois de carence pour les demandeurs d’asile avant d’accéder à la Sécu de base, Edouard Philippe détaille mercredi ses mesures sur l’immigration déjà exposées lundi soir à une partie de la majorité présidentielle et qui ont largement fuité. Il pourrait aussi modifier les règles du regroupement familial.

«Affronter sans fausse pudeur» les défis de la «pression migratoire» : posés en juin par Edouard Philippe, l’objectif a donné lieu, à la rentrée, à un furieux débat autour et à l’intérieur de la majorité. Nourrissant le procès en droitisation d’un exécutif qui se juge, lui, fort légitime à combler les «failles» du système d’accueil. 

Le Premier ministre devrait égrener, à l’issue d’un Comité interministériel sur l’immigration, une vingtaine de mesures. Une partie de la majorité dénonce une stratégie lourde d’arrière-pensées politiques.

Le Willem du jour.

https://www.liberation.fr/

Le procès du FN. Le procès de l’affaire liée au microparti de Marine Le Pen s’ouvre ce mercredi à Paris. Si la présidente du Rassemblement national n’est pas mise en cause, plusieurs de ses proches devront s’expliquer sur ce système présumé de détournement de fonds publics.

Le FN, devenu Rassemblement national l’an dernier, est jugé jusqu’au 29 novembre pour «complicité» des escroqueries dont sont accusés les dirigeants du mouvement Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, et la société de communication Riwal, fondée par un de ses proches conseillers, Frédéric Chatillon, lors des élections législatives de 2012. Notre article.

Dati favorite par défaut. Sauf énorme surprise, la commission nationale d’investiture (CNI) de LR devrait désigner ce mercredi soir Rachida Dati, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, comme tête de liste pour briguer à nouveau la mairie du VIIe arrondissement et, surtout, porter les couleurs de la droite pour la Mairie de Paris. Notre analyse.

Mercredi dès 18 heured, les deux candidates, Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement, et Marie-Claire Carrère-Gée, conseillère LR du XIVe arrondissement et présidente du groupe LRI (Les Républicains et indépendants), passeront chacune leur tour devant les membres de la commission pour exposer leurs motivations en vue des municipales de mars 2020.

Etude sur les médecins qui prescrivent plus et moins bien. Les médecins généralistes français qui reçoivent des cadeaux des laboratoires pharmaceutiques ont tendance à faire «des prescriptions plus chères et de moindre qualité», montre une étude publiée mercredi.

Inversement, ceux «qui ne reçoivent aucun avantage de la part de l’industrie pharmaceutique sont associés en moyenne à de meilleurs indicateurs établis par l’Assurance Maladie quant à l’efficacité de leurs prescriptions, et celles-ci coûtent globalement moins cher», concluent ses auteurs, médecins, chercheurs et ingénieurs à l’université et au CHU de Rennes.

A lire aussi Notre interview du docteur Pierre Frouard, coauteur et coordinateur de l’article publié ce mercredi dans The British Medical Journal, selon lequel il existe bien une corrélation entre le contenu des ordonnances et les marques de sympathie des laboratoires à l’égard des médecins.

Dans nos pages, on revient sur Adèle Haenel, à l’avant-garde d’un nouveau #MeToo

(Photo Fanny de Gouville. Divergences images)

Lundi soir, la comédienne est apparue dans le live de Mediapart, comme pour enfoncer le clou ou dire les choses autrement – mais surtout : d’elle-même et par elle-même. Une heure de parole très claire, intelligente et nue, les mains comme le visage crispés sous la pression, la conscience intense de choisir d’être là pour jouer un rôle, pas de cinéma, changer les choses, les hommes, le monde, rien que ça, et les yeux abîmés dans l’hyperconcentration blême de ne rien oublier de ce qu’elle avait à dire, à lire, comme la magnifique lettre à son père, qui avait modifié le point de vue de celui-ci (lequel préférait alors conseiller à sa fille de se taire). C’est ce qu’on a vu de plus fort, en réalité, comme prise de parole féministe et politique d’un seul tenant. La suite du récit par ici. 

Dans le reste de l’actu

Mort d’un chef jihadiste au Sahel, tué par l’armée française. Abou Abderahman al Maghrebi, alias Ali Maychou, un Marocaine considéré comme le numéro deux et leader religieux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), organisation jihadiste reliée à Al-Qaïda, a été tué par les forces françaises au Mali début octobre, a annoncé mardi la ministre des Armées, Florence Parly. Dans la région du Sahel, quelque 4 500 militaires français sont déployés dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane.


LIBERATION