Au marché de Noël à Strasbourg, Castaner affiche sa "sérénité"

6

STRASBOURG – Un an après l'attaque sanglante qui a plongé le célèbre marché de Noël de Strasbourg le 11 décembre 2018, Christophe Castaner posté ce vendredi 22 novembre, sa "sérénité", flânant dans les allées de la 450ème édition de ce marché, le jour même de son ouverture.

"Le message que nous voulons transmettre est celui de la sérénité et du sentiment que nos forces seront pleinement engagées avec les représentants élus afin que l'événement international qui constitue le marché de Noël se passe bien ", at-il dit.

Bien que Strasbourg n’ait "aucune préoccupation particulière", "le risque terroriste est permanent en France et reste élevé", a déclaré Christophe Castaner.

Il a ensuite repris cette promenade de plus d'une heure parmi les 300 chalets du marché, sirotant un vin chaud et se prêtant au jeu des selfies, mais remerciant également les nombreux membres de la police croisés sur son passage pour leur "présence rassurante et engagement". Parmi eux: des sections d'intervention anti-terroriste ou des soldats de l'opération Sentinel.

Selon le ministre, "près de 760 personnes, hommes, femmes, police, gendarmerie, sécurité civile, pompiers, police municipale, armée seront mobilisées pour" assurer la sécurité du marché de Noël jusqu'au 30 décembre.

À 19h10 précises, l'énorme arbre de Noël qui orne traditionnellement la place Kléber, dans le cœur historique de la ville, devrait s'illuminer, mais à partir de 14h, les rues de la "capitale de Noël" s'animent à l'ouverture de ce marché, le plus célèbre en France.

"L'attaque, on y pense, mais ça ne nous arrête pas"

Boules, santons, foie gras d'Alsace et bredele (biscuits traditionnels) attendent les promeneurs.

Ce marché, "c’est la merveille des jeunes et des moins jeunes et même des plus vieux", sourit Christiane pendant que son compagnon Dany prend l’arbre de la place Kléber en photo avec son téléphone.

"L'attaque, on y réfléchit bien, mais ça ne nous empêche pas, il faut sortir quand même, rester ensemble, ne pas extérioriser la peur, sinon ils auront gagné", a déclaré le sans-buste Strasbourg.

"Est-ce bien?" Demande à une vendeuse de son chalet à Fabienne et à sa fille Solène, Nice, qui goûtent le premier verre de jus de pomme chaud lors de l’ouverture des chalets dans le quartier touristique de la Petite France. "C’est vraiment agréable et de plus en plus dans différents quartiers, c’est très agréable", se réjouit Fabienne, ravie de l’atmosphère de bonne humeur.

Sous les senteurs du vin chaud est encore le souvenir de la soirée où Cherif Chekatt avait semé la terreur dans les allées du centreà une époque où le marché de Noël était sur le point de fermer.

Armé d'un pistolet et d'un couteau, il a tué cinq hommes et blessé dix personnes avant d'être tué par une patrouille de police après deux jours de fuite.

Une journée hommage le 11 décembre

Le 11 décembre, une journée hommage sera organisée à la mémoire des victimes de l'attaque, moment d'émotion à mi-chemin du marché de Noël.

Cette année, les mesures de sécurité ont été encore renforcées, qu’il s’agisse du personnel de la police, du filtrage des visiteurs sur les ponts menant au centre historique ou des obstacles et autres fosses aménagées pour écarter la menace. menace de véhicules percutés.

La crainte du terrorisme ne semble toutefois pas avoir découragé les visiteurs, convaincus pour la plupart que les attaques peuvent avoir lieu «n'importe où».

"Les tendances sont bonnes, nous avons une réserve de réservations très encourageante pour toute la saison des marchés de Noël, mais la grève de la SNCF du 5 décembre nous préoccupe toujours", a déclaré Pierre Siegel, groupe d'hôtelsiers et restaurateurs. et boissons dans le Bas-Rhin.

Avec un budget qui devrait atteindre 4,5 à 5 millions d’euros pour ce marché, dont près d’un million pour la sécurité, Strasbourg s’attend à environ 250 millions d’euros de retombées économiques.

Au-delà de Strasbourg, tout le nord-est de la France entre dans la saison des marchés de Noël, de Montbéliard à Metz, en passant par Kaysersberg et Sélestat. Colmar, qui attend 1,5 million de visiteurs contre 2 millions à Strasbourg, inaugure également son marché ce vendredi soir.

Voir aussi sur Le HuffPost: