France – La Ville de Marseille et le Samu social auprès des plus démunis

38

Dans le souci de protéger l’ensemble des Marseillais et particulièrement les plus fragilisés face à la crise épidémique de COVID-19, le Samu Social de la Ville de Marseille poursuit ses missions d’assistance aux personnes les plus démunies.

A ce jour et depuis le début de la crise, la Ville de Marseille, consciente du risque accru pour les publics les plus fragilisés, a mis à disposition de la Préfecture plus 40 000 repas.

Plus de 2 000 savons de Marseille ont été distribués à 800 habitants de 31 squats répartis sur l’ensemble de la commune.

En moyenne 15 personnes par jour bénéficient de transport dans des hôtels ou centres d’accueil, en coordination avec les services du 115. Au total près de 200 personnes depuis le début de la crise.

Depuis lundi 30 mars, ce sont 1 500 repas en moyenne par jour, qui sont distribués par la Ville de Marseille, la Métropole et la Préfecture dans les structures d’hébergement ainsi qu’aux familles dans une extrême précarité vivant dans les squats et les campements dissiminés dans la ville.
La Ville de Marseille, en lien avec la Métropole et la Société des eaux de Marseille, leurs fournira également de l’eau potable.

40 agents du Samu Social sont mobilisés sur le terrain. Ils distribuent, depuis lundi 30 mars, 500 repas midi et soir aux SDF et nécessiteux dans la rue. Ce nombre de repas pourra évoluer à la hausse en fonction des besoins découverts sur le terrain, jusqu’à 1 000 repas par jour.
Des couvertures et des produits d’hygiène vont également être distribués.

Les équipes du Samu social du Service de la Solidarité et de la Lutte contre l’Exclusion (SSLE) de la Direction de la Santé, de la Solidarité et de l’Inclusion (DSSI) interviennent toujours sur ses missions traditionnelles que sont les maraudes, la veille sociale, les transports, l’aide alimentaire et logistique.

Dans le cas de cette crise sanitaire, le Samu Social constitue un pilier du plan de continuité de cette direction, en lien avec 115, les maraudes et la distribution de repas de 5h à 22h constituent l’activité principale.

La Ville de Marseille agit sans relâche dans le cadre d’une concertation permanente avec la Préfecture, les services déconcentrés de l’Etat et les associations également mobilisées.