Faits – Justice | Il la frappe, elle le mord: une peine de prison pour les amoureux alcooliques et violents

17

Ce fut un premier judiciaire lors de cette audience en comparution immédiate organisée au palais de justice de Digne. "C'est la première fois que des violences réciproques sont jugées", a déclaré Pauline Loine, substitut du procureur de la République, évoquant le couple uni par les liens d'amour et d'alcool, qui apparaît pour la violence domestique.

Elle, sans emploi et en attente d'une formation, a 40 ans. Il est briqueteur par intérim et a 38 ans. Dans une relation de six mois, ils exercent leur activité favorite: partager une bouteille de vodka. Mais l'intoxication réciproque se transforme en une altercation. Elle veut voir un SMS. Il refuse. Et s'ensuit un échange de coups et de morsures stoppés par l'intervention des gendarmes alertés par un voisin. Le contrôle de l'alcool établit un taux de 1,80 grammes par litre de sang pour les années trente.

«Cela n’aurait pas dû arriver là-bas», déclare le compagnon du barreau, qui admet avoir été libéré il ya une semaine d’une cure de désintoxication.

"Notre relation est toxique"

Géraldine Frizzi, qui préside cette audience, discute du passé judiciaire des deux amoureux de l'alcool. L’homme a fait sept fois mention du casier judiciaire pour violence, conduite avec facultés affaiblies. Son partenaire a été condamné à deux ans de prison, dont l'un a été suspendu en 2016 pour trafic de drogue organisé avec son compagnon à l'époque.

"Notre relation est toxique, on dirait que deux enfants se battent", a déclaré la mère d'un adolescent élevé par son père. "Nous avons peur de nous perdre", ajoute son compagnon, père de deux enfants confiés à leur mère.

"Les tests sont la paire, mais pas ce genre de tests", ajoute Pauline Loine, dénonçant ces violences inadmissibles et exigeant dix mois de prison, dont quatre avec sursis avec obligation de diligence, de travail et interdiction d'entrer en contact avec sa compagne de malheur et six mois avec un mandat de dépôt contre les années trente en situation de récidive de violence domestique.

Le tribunal a finalement condamné les deux amants à trois mois de prison avec sursis et à une probation avec devoir de diligence et interdiction de contact.

Une dernière injonction judiciaire que les accusés auront du mal à observer. Avant de rejoindre la boîte de l'accusé, le couple, les poignets entravés, a échangé de longs baisers que les membres de l'escorte ont pu observer.

De Bernard FALI |
Publié le 08/11/2019 à 06:07

|Mise à jour Il ya environ 1 heure
|