Explications données. Le PDG de Jaguar révèle pourquoi la XJ se termine

Explications données.  Le PDG de Jaguar révèle pourquoi la XJ se termine

Pendant plusieurs années le plus statutaire des modèles Jaguar, la XJ a récemment décrété sa fin, sans que beaucoup aient pu comprendre pourquoi. Pourtant, Thierry Bolloré, le nouveau PDG de Jaguar Land Rover, a désormais « expliqué » les raisons de cette décision…

Rejoignant la Jaguar Land Rover (JLR) seulement en septembre 2020, le Français Thierry Bolloré est actuellement le nouvel homme fort du principal groupe automobile britannique. Être, aussi, le grand mentor de ce qu’est le nouveau plan stratégique, qui a reçu le nom de ‘Reimagine’, et qui promet de transformer radicalement JLR ; à commencer par Jaguar !

Après l’annonce de la transformation en une marque exclusivement électrique, Bolloré souhaite également que Jaguar abandonne, une fois pour toutes, l’objectif préalablement défini, qui était de faire de l’emblème britannique un concurrent direct de BMW. Et même avec une offre capable de « baliser » tous les modèles du constructeur allemand.

Explications donnees Le PDG de Jaguar revele pourquoi la XJ
La dernière Jaguar XJ…

Or, en entrant dans Bolloré, le Français contredit cette idée, arguant que la marque britannique ne peut se positionner comme une sorte d’alternative ou d’option directe à tout autre constructeur. Elle doit, oui, s’affirmer selon sa propre identité… et avec sa propre offre. Autant dire que ça ne vaut pas la peine de garder une proposition comme la XJ, gardée, juste et uniquement, pour concurrencer – mal – la BMW Série 7…

Dans des déclarations faites au également britannique Autocar, le nouveau PDG de JLR défend même que « le plan stratégique que j’ai initialement conçu pour Jaguar Land Rover est, en ce moment, déjà présenté comme le minimum que nous pouvons réaliser. « Reimagine » est un projet qui a été mis en œuvre et je suis impressionné par le nombre de personnes qui montrent qu’elles pensent que nous pouvons aller plus loin et plus vite que ce qui était initialement stipulé. En fait, le plan est, en ce moment, un effort de tous, en équipe ».

Par ailleurs, et toujours de l’avis de Bolloré, un autre aspect central du redressement de Jaguar, outre la reprise d’identité, est l’augmentation de la fiabilité. Chose qui, il faut le rappeler, ces dernières années, a fortement affecté l’image des produits du constructeur, y compris ceux de Land Rover – ce dernier, pourtant et contrairement à Jaguar, avec une performance commerciale bien plus réussie -, et que les Français jugent déterminant dans le redressement des marques du groupe.