Étude ACAP. La moitié des Français disent que la prochaine voiture sera hybride ou électrique

Étude ACAP.  La moitié des Portugais disent que la prochaine voiture sera hybride ou électrique

Une étude promue par ACAP – Associação Automóvel de France et réalisée par une équipe de chercheurs de l’ISEG – Instituto Superior de Economia e Gestão, Université de Lisbonne, auprès de consommateurs nationaux, révèle qu’un Français sur deux a déjà décidé que sa prochaine voiture sera être hybride ou électrique.

Dans un document intitulé « Les réseaux de distribution automobile au France – Le présent et l’avenir du secteur » et qui vise à déterminer les mégatendances du secteur automobile au France, à savoir, à travers la consultation directe des clients, des concessionnaires et des marques, l’intérêt et la réceptivité des Français, concernant le Véhicule Électrique (VE), finit par révéler d’autres données intéressantes.

C’est le cas par exemple de ce que les consommateurs nationaux sont prêts à payer pour un VE, cette étude révélant que neuf répondants sur 10 sont prêts à payer un maximum de 35 000 € pour un véhicule électrique. Bien que et peu de temps après, ils sont également prêts à accepter une augmentation de prix, afin de pouvoir profiter de technologies supplémentaires, en termes de connectivité, de conduite autonome et de divertissement.

L'Opel Combo-e est l'une des dernières propositions 100% électriques à arriver sur le marché intérieur
L’Opel Combo-e est l’une des dernières propositions 100% électriques à arriver sur le marché intérieur

Vers l’électrification… doucement

Toujours concernant la tendance à l’électrification, l’étude de l’ACAP révèle que, dans un scénario plus favorable à la mise en œuvre de cette tendance, le parc de véhicules légers de tourisme devrait atteindre 2025 avec 12,6 % de véhicules électriques et hybrides, et 87,4 % d’essence. et les véhicules à moteur diesel.

Ces données démontrent ainsi que, malgré la tendance croissante à l’électrification et que les véhicules hybrides et électriques pourraient représenter plus de 50 % des ventes de véhicules particuliers légers neufs en 2025, le remplacement du parking se fera à un rythme très lent.

De plus, et tout aussi important dans l’élaboration de cette future réalité, il y a le fait que les ventes annuelles sont actuellement d’environ 200 000 véhicules, bien que la taille du parc automobile dépasse déjà 5,2 millions de véhicules.

Dici 2035 lEurope aura besoin de 65 millions de chargeurs

Cet écart s’explique par le fait que, dès 2020, l’âge moyen du parc de véhicules légers de tourisme au France sera de 12,8 ans, soit bien au-dessus de la moyenne européenne ou de celle de l’Autriche et du Royaume-Uni. Pays où cette même moyenne est d’environ huit ans.

Le poids de la digitalisation sur les ventes va augmenter

Toujours en ce qui concerne les consommateurs, l’étude promue par l’ACAP révèle que 60 % des répondants envisagent d’acheter un véhicule dans les cinq prochaines années, 40 % pariant sur une combinaison en ligne/présentiel dans le processus d’achat, tandis que 60 % % déclarent préférer acheter virtuellement auprès d’un revendeur agréé de la marque.

Déjà 30 % supposent qu’ils préfèrent aller directement sur le site Web du fabricant.