Envisager AESC et Verkor de fournir Renault en batteries

Envisager AESC et Verkor de fournir Renault en batteries

Le groupe Renault a noué des accords avec les chinois d’Envision AESC et les français de Verkor pour la conception et la production de batteries pour la future gamme de modèles électriques de la marque française.

Le groupe Renault a dévoilé sa stratégie de conception et de production de batteries pour sa future gamme de véhicules électriques en France, basée sur un accord avec la société chinoise Envision AESC et la start-up française Verkor.

Ces deux partenariats s’inscrivent dans la continuité des programmes existants au sein du Groupe Renault, notamment avec l’accord historique avec LG Chem qui fournit actuellement des modules de batteries pour la gamme de modèles électriques de Renault et pour la future Mégane.

Envisager AESC et Verkor de fournir Renault en batteries

Parallèlement, des discussions sont en cours avec l’ACC pour une éventuelle adhésion à l’écosystème à partir de 2027. Les recherches se poursuivent également au sein de l’Alliance pour le lancement de la technologie des batteries solides à partir de 2030, avec le projet ASSB (All Solid-State) Battery technology) .

« Notre stratégie batterie s’appuie sur l’expérience de dix ans du groupe Renault et son investissement dans la chaîne de valeur de la mobilité électrique. Les derniers partenariats stratégiques avec Envision AESC et Verkor renforcent considérablement notre position alors que nous sécurisons la production d’un million de véhicules électriques en Europe d’ici 2030 », déclare Luca de Meo, PDG du groupe Renault.

« Il s’agit d’un tournant, car nous renforçons notre avantage concurrentiel, en ancrant notre Groupe dans la dynamique actuelle de l’industrie française et dans la volonté d’atteindre nos objectifs de neutralité carbone. Le Groupe réaffirme ainsi sa volonté de produire en France des voitures électriques populaires, abordables et économiques », ajoute le dirigeant du constructeur français.

L’électricité devrait représenter 90 % des ventes en 2030

Dans le cadre de l’accord entre Envision AESC et le groupe Renault, le constructeur chinois investira jusqu’à deux milliards d’euros dans la nouvelle usine de batteries de Douai, en France, et créera 2 500 emplois d’ici 2030. L’usine démarrera avec une capacité de 9 kWh, assez pour produire des batteries pour la Renault 5 et d’autres petits modèles électriques, avec une augmentation à 24 gWh d’ici 2030.

La proximité de la gigafactory d’Envision AESC avec les unités de production de Renault ElectriCity à Douai, Maubeuge et Ruitz permettra la création de 700 emplois supplémentaires dans la région Hauts-de-France, ce qui signifie que le Groupe Renault peut augmenter significativement votre avantage concurrentiel et grandement améliorer l’efficacité de votre chaîne de production de Véhicules Électriques.

1625050820 439 Envisager AESC et Verkor de fournir Renault en batteries

L’usine géante de Douai ouvre la voie à la production de batteries bas carbone dans le cadre des objectifs du Green Agreement européen (Green Deal) et au développement de solutions de recyclage en boucle fermée des déchets de production et des batteries en fin de vie .

Conformément aux engagements pris par le Groupe Renault, cela contribuera de manière significative à atteindre la neutralité carbone en Europe d’ici 2040 et dans le monde d’ici 2050, les ventes de Véhicules Électriques (VE) représentant 90 % de toutes les ventes de la marque Renault jusqu’en 2030.

AESC (Automotive Energy Supply Corporation), rappelons-le, a été créée en 2007 sous la forme d’une joint-venture entre Nissan, NEC et Tokin Corporation, et est devenue le deuxième fabricant mondial de batteries pour véhicules électriques après Panasonic. Nissan a vendu sa participation dans AESC au groupe Envision en 2018, mais a continué à détenir une part de 25 %.

Participation à Verkor

Quant à Verkor, la start-up française contribuera au développement et à la production de batteries hautes performances pour des modèles plus gros et premium, dont la nouvelle gamme électrique d’Alpine. En contrepartie, le groupe Renault acquerra une participation de 20 % dans la start-up.

Verkor prévoit de construire une usine en 2023 avec 10gWh de la capacité initiale de 16kWh réservée à Renault. D’ici 2030, la capacité de l’usine passera à 50 gWh, dont 20 gWh pour Renault.

Le groupe Renault n’est pas le seul constructeur automobile à disposer d’un plan solide d’approvisionnement en batteries pour véhicules électriques. Volkswagen, Porsche et Volvo produiront leurs propres batteries, tandis que Stellantis a conclu un accord avec Total pour Automotive Cell Company, une joint-venture à laquelle Renault souhaite également participer.

1625050821 883 Envisager AESC et Verkor de fournir Renault en batteries