L'Arabie Saoudite veut que l'OPEP + approfondisse ses coupes pétrolières suite à l'introduction en bourse d'Aramco

10

FILE PHOTO: Le logo de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est visible à l'intérieur de son siège à Vienne, en Autriche, le 7 décembre 2018. REUTERS / Leonhard Foeger / File Photo

DUBAI / LONDRES (Reuters) – L'OPEP et ses alliés envisagent d'approfondir les coupes pétrolières et de conclure l'accord pour qu'il soit en vigueur au moins jusqu'en juin 2020, l'Arabie saoudite souhaitant offrir une surprise positive au marché avant l'inscription du Saudi Aramco à la liste sources familières avec les pourparlers dit.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, l’OPEP +, est en train d’envisager l’ajout d’au moins 400 000 barils par jour (b / j) aux réductions actuelles de 1,2 million de bp / j. L'accord actuel court au mois de mars.

"Ils (les Saoudiens) veulent surprendre le marché", a déclaré l'une des sources.

Deux autres sources ont déclaré que la dernière analyse de l’OPEP, établie par le Conseil de la commission économique de l’OPEP (BCE), a révélé une importante offre excédentaire et une accumulation des stocks au cours du premier semestre de 2020, si pas d’autres réductions ont été effectuées.

Le prince Abdulaziz bin Salman se rend à Vienne cette semaine pour sa première réunion de l’OPEP en tant que ministre de l’énergie saoudien.

L’ancien responsable pétrolier, connu comme un négociateur dur, veut s’assurer que les prix du pétrole restent suffisamment élevés lors de l’offre initiale d’Aramco (IPO), ont indiqué des sources.

Le prix de l’introduction en bourse sera fixé au 5 décembre, le jour même où l’OPEP se réunira à Vienne. Le groupe OPEP + tient des pourparlers le 6 décembre.

Des responsables saoudiens, dont le prince Abdulaziz, ont insisté pour que les réductions actuelles soient appliquées plus sévèrement, d'autant plus que des pays tels que l'Iraq et le Nigéria ont produit bien au-dessus de leurs quotas alors que Riyad a réduit davantage que demandé.

Cependant, les Saoudiens exercent des pressions sur d'autres producteurs pour qu'ils renforcent leurs réductions et indiquent qu'ils sont prêts à continuer à assumer le fardeau le plus lourd et à réduire de beaucoup leurs coûts.

Autres reportages d'Olesya Astakhova et de Vladimir Soldatkin à Moscou; Écrit par Dmitry Zhdannikov; Édité par Edmund Blair

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.