Kisangani: une entreprise chinoise veut renforcer la cimenterie de Maiko

12

Restée à Kisangani depuis le samedi 9 novembre, une délégation mixte prospecte le site de matières premières afin de relancer les activités de la cimenterie de Maiko. La délégation est composée du ministère de l'Industrie, représenté par sa conseillère, Justine Mbombo, et du responsable de la production de la société chinoise Yang Engow Engineering.

Justine Mbombo a indiqué à la presse qu'elle était venue avec les délégués de cette société chinoise pour descendre au sol afin de prospecter le site de production de calcaire, matière première utilisée dans la fabrication du ciment.

"Si les études s'avèrent concluantes, ce projet sera bientôt concrétisé", a-t-elle déclaré.

Le responsable de la production de la société chinoise, pour sa part, a déclaré vouloir commencer l'installation de l'usine dès que possible, précisément en janvier 2020.

Lors de sa rencontre avec le gouverneur adjoint de la province, la délégation a demandé aux autorités de participer à la réalisation de ce projet.

En réponse, Maurice Abibu, vice-gouverneur du Tshopo, a rassuré ses invités sur la volonté du gouvernement provincial de les soutenir dans la réussite de ce projet.

Depuis 2007, le projet de Maiko n’a jamais été couronné de succès, malgré les visites de cette entité par quelques investisseurs intéressés.