En Suède. Nous avons conduit la Nissan Ariya et la moyenne finale était (presque) une surprise

En Suède.  Nous avons conduit la Nissan Ariya et la moyenne finale était (presque) une surprise

Le premier contact avec la Nissan Ariya a eu lieu en Suède. Pays de nombreux lacs et de limitations de vitesse serrées. Lorsque la vitesse sur autoroute ne dépasse pas 100 km/h, la consommation ne peut être que faible.

Après avoir connu en détail les caractéristiques du Nissan Ariya, il était temps de conduire le crossover japonais. Développée sur l’architecture CMF-EV, la même que la Renault Mégane E-Tech électrique, l’Ariya peut disposer d’une batterie de 63 kWh ou 87 kWh.

Selon la capacité de la batterie, la puissance peut être de 218 ch ou 243 ch. Quelle que soit la puissance, le couple délivré au train avant est toujours de 300 Nm. L’exception est faite par la version e-4ORCE qui, en ajoutant un moteur au train arrière, dispose d’une transmission intégrale et développe 306 ch et 600 Nm.

Le premier contact avec la nouvelle Nissan Ariya a eu lieu en Suède
Le premier contact avec la nouvelle Nissan Ariya a eu lieu en Suède

Confirmant l’impression laissée par les images qui ont accompagné le développement du deuxième modèle électrique de Nissan, l’habitacle transmet un sentiment de qualité. Une présentation soignée et le choix des matériaux se conjuguent à un design contemporain.

Deux écrans de 12,3 pouces

Utilisant une batterie 33% plus fine que la Nissan Leaf, l’Ariya positionne le plancher presque au niveau d’une berline « traditionnelle ». Les places arrière bénéficient d’un ample dégagement pour les jambes et ne maltraitent pas le potentiel occupant du siège central. À l’arrière de ces sièges, le coffre à bagages a 466 litres de capacité et de forme régulières.

Image du coffre Nissan Ariya
Le hayon de la Nissan Ariya a un mouvement électrique

Accueillis par des sièges confortables, conducteur et passager bénéficient de multiples réglages électriques. La ventilation et le chauffage font partie des soins proposés. Seule caractéristique à échapper à la centralisation de l’écran tactile 12,3 », la climatisation dispose d’une ligne de commande sensible incrustée dans le bois du tableau de bord.

Détail du tableau de bord de Nissan Ariya avec commandes intégrées sensibles au climat
Les commandes sensitives sont très bien intégrées dans le bois du tableau de bord

Le fonctionnement de ces commandes est aussi rapide et même plus intuitif que les menus de divertissement. La solution de commande sensible est à nouveau utilisée dans la console centrale, dont la partie supérieure peut avancer ou reculer à l’invite d’un bouton. C’est également depuis la console que l’on commande l’ouverture et la fermeture électriques d’un tiroir sous la planche de bord.

Intérieur de la Nissan Ariya
La partie supérieure de la console centrale peut être déplacée vers l’avant ou vers l’arrière

Plus de 400 km d’autonomie

Conscient que les goûts sont discutables, on se retrouve avec la nette impression d’être devant la voiture la plus raffinée de Nissan et l’une des meilleures du segment. Un sentiment qui se renforce avec l’accumulation des kilomètres.

Conduire la Nissan Ariya est un exercice de détente. Même aux heures de pointe de Stockholm, rien ne peut interférer avec le calme ressenti à bord. Avec la patience du chauffeur… mais c’est une autre histoire.

L'Ariya se présente comme la voiture la plus raffinée jamais construite par Nissan
L’Ariya se présente comme la voiture la plus raffinée jamais construite par Nissan

Couvrant un parcours de 98 km, conçu autour de la capitale suédoise, le Nissan Ariya doté d’une batterie de 63 kWh n’a eu aucun mal à tenir l’objectif de 403 km d’autonomie. Il l’a même dépassé, ce qui n’est pas difficile lorsque la vitesse moyenne tourne autour de 50 km/h.

Désormais disponible à la commande à partir de 49 200 €

Roulant toujours au niveau de l’eau des lacs et dans des limites de vitesse draconiennes, renforcées par un important réseau de radars, la moyenne finale a été fixée à 13,4 kWh/100 km. Aussi intéressant que éloigné de la réalité nationale. On n’a pas non plus trouvé de trou ou de racine pour tester la suspension ou la réactivité de la direction de la Nissan Ariya.

Dans un environnement sans défaut en termes d'étages, mais aussi draconien en termes de vitesses, l'Ariya s'est révélée être un véritable exercice de détente, de conduite
Dans un environnement sans défaut en termes d’étages, mais aussi draconien en termes de vitesses, l’Ariya s’est révélée être un véritable exercice de détente, de conduite

N’ayant rien d’autre à faire que de profiter du paysage, la conduite était laissée à l’électronique. Le régulateur de vitesse adaptatif, l’assistant de maintien de voie et la reconnaissance des panneaux de signalisation, entre autres, contribuent à rendre la conduite de la Nissan Ariya aussi détendue que possible.

La Nissan Ariya peut désormais être commandée, avec des prix à partir de 49 200 € pour la batterie de 63 kWh. La version plus puissante fait grimper le prix à 55 200 €. La transmission intégrale e-4ORCE s’élève à 63 200 €, toujours dans le cadre du plan d’incitation à l’achat de véhicules électriques.