Transavia s'installe à Montpellier et dévoile ses nouvelles lignes

6

Après avoir perdu la nouvelle cour administrative d'appel au profit de Toulouse pour des raisons politiquement basses, l'ancienne capitale du Languedoc-Roussillon se venge. Montpellier accueillera la compagnie aérienne Transavia à son aéroport, dont l'arrivée représentera à terme une augmentation de 500 000 passagers sur cette plateforme. Un événement majeur pour l’économie de la ville et son attractivité, car la société française ouvrira non seulement des lignes, mais installera également deux avions (Boeing 737-800) et du personnel.

L'aéroport de Montpellier est en train de rebondir après le retrait brutal de Ryanair – qui lui avait coûté 15% de ses passagers – en raison d'un tarissement des subventions publiques auquel la compagnie irlandaise est attachée. Transavia, la compagnie low-cost d’Air France qui, contrairement à son concurrent, associe prix bas et qualité de service, ouvrira donc le 3 avril ses premières lignes de Montpellier à Faro, Marrakech, Palerme ou Héraklion.

"Lire aussi – Grève SNCF: que faire si vous devez voler le 5 décembre

Destinations exclusives au sud

Il y aura bientôt une quinzaine d'autres destinations parmi lesquelles on trouvera celles que Transavia exploite déjà depuis Lyon et Nantes. Il s’agit principalement de destinations du Sud, qui devraient être desservies exclusivement par la société, à l’exception de Marrakech, qui est déjà une fois par semaine par Air Arabia. Dans ces nouvelles routes, il y a des destinations dites de loisirs comme Jeddah, Palma de Majorque, Séville. Mais il y a surtout Madrid, Rome, Athènes et Lisbonne, les quatre villes les plus recherchées par Montpellier sur la base d'études de marché. Enfin, cette première salve comprend également de nouveaux liens dits "d'affinité" tels que Tunis, Oujda et Agadir. Il est toutefois surprenant de ne pas trouver Beyrouth ou Tel-Aviv parmi eux, qui fonctionnent néanmoins très bien à Lyon et à Paris.

Si Transavia a préféré Montpellier, c'est principalement parce qu'aucun autre low cost n'avait basé ses appareils, alors que le bassin de population avoisine les 2 millions d'habitants. D'autre part, sa position géographique représente un avantage considérable en termes de coûts d'exploitation. En effet, le temps de trajet pour les destinations du sud est réduit d'une heure par rapport à Paris, entraînant des économies importantes. En revanche, cette première liste ne contient pas de vols "contributifs", à savoir des vols privilégiant Montpellier comme destination d'une ville comme Copenhague, Berlin ou Vienne, qui seraient bénéfiques pour l'économie locale. Une connexion à Genève reste pour le moment à l’étude, puisque Transavia vient d’ouvrir ses opérations depuis Nantes. Avec cette mise en œuvre, le trafic annuel de l'aéroport passera de 2 millions à 2,5 millions de passagers en un an.

"Lire aussi – Petits aéroports presque déserts, lignes déficitaires … Devrais-je couper l'infusion?