Obligées de s'inscrire sur le web, les "nounous" appelées à faire grève le 19 novembre

35
Social

SOCIAL – Les assistantes maternelles ont l’intention de protester, le 19 novembre, contre un dispositif du projet de loi de financement du "Secu" pour 2020.

Les 318 000 "nounous" en France sont appelées à faire grève le 19 novembre pour protester contre une réforme qui les oblige désormais à se référer au site de la Caisse d'allocations familiales (CAF), un dispositif qui leur semble être de la "copie".

"Le gouvernement a fait le choix d'une méthode coercitive qui, sous prétexte de faciliter le contact avec les parents employeurs, est en réalité un véritable film" de l'activité des assistantes maternelles, dénoncée vendredi dans un communiqué du Collectif des assistantes maternités de Colère / "Pink Vests" et les fédérations CGT et FO.

Ils doivent maintenant indiquer leur disponibilité

L'objet de leur colère est un article de la loi de financement "Secu" pour 2020, qui vise à améliorer, pour les parents, l'accès aux services de garde disponibles. Pour ce faire, les assistantes maternelles doivent désormais se référer au site monenfant.fr et mettre régulièrement à jour leur disponibilité, faute de quoi elles perdraient leur autorisation.

"Cela devrait être facultatif", a déclaré à l'AFP Emilie Ferbos, une des porte-parole du collectif. Selon elle, de nombreuses "gouvernantes" hésitent à publier leurs coordonnées complètes, y compris leur adresse, sur un site Web accessible à tous, de peur d'être soumis à une sollicitation commerciale intempestive.

… et montrer leurs tarifs

En outre, les assistantes maternelles devront désormais indiquer leurs tarifs, ce qui induira, selon Mme Ferbos, un "concours" et un "nivellement par le bas" de la rémunération. Chaque "nourrice" qui souhaiterait rejoindre ce mouvement de protestation pourrait opter pour une grève totale ou éventuellement pour un "service minimum" afin de ne pas trop pénaliser les familles, a ajouté le porte-parole.

Au début de l'année, les "gouvernantes" s'étaient déjà mobilisées contre un projet de réforme de l'assurance chômage qui leur aurait fait perdre leur système d'indemnisation spécifique. Réforme qui a finalement été abandonnée.