Economie – Un partenariat entre le PNUD et la FAO pour accélérer les actions climatiques des pays en développement – PNUD

215


Un partenariat entre le PNUD et la FAO pour accélérer les actions climatiques des pays en développement

Un programme de 20 millions d’euros financé par l’Allemagne renforcera le rôle des secteurs agricoles dans la lutte contre les impacts du changement climatique et participera à la réalisation d’un développement à faible émission de carbone et résilient.

Le gouvernement allemand a annoncé un fonds fiduciaire spécial de 20 millions d’euros pour une collaboration entre le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette collaboration permettra aux pays en développement d’élaborer des plans agricoles et d’utilisation des sols plus efficaces et de présenter ainsi des Contributions déterminées au niveau national (CDN) plus ambitieuses à l’Accord de Paris.

Par le biais de son Initiative internationale sur le climat, le Ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sûreté nucléaire (BMU), financera cette collaboration de cinq ans (2020-2025) sur « l’intensification des efforts pour l’agriculture et l’utilisation des terres par la mise en oeuvre des Contributions déterminées au niveau national (CDN) et des Plans nationaux d’adaptation (PNA.»

Si, avant la prochaine décennie, les pays ne parviennent pas à accélérer leurs efforts de Contributions déterminées au niveau national, l’élévation du niveau de la mer, les sécheresses, les inondations, l’augmentation des températures, l’évolution des précipitations et d’autres effets du changement climatique pousseront 100 millions de personnes en plus dans la pauvreté et déplaceront 200 millions de personnes.

La transformation du secteur agricole est essentielle pour protéger les personnes vulnérables de ces impacts, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, pour créer des moyens de subsistance résistants au climat, pour mettre un terme à la faim et à la pauvreté de même que pour atteindre les cibles définies dans l’Accord de Paris et les objectifs de développement durable.

La ministre fédérale de l’Environnement, Svenja Schulze, a déclaré : « Bien que le sol soit le plus grand puits de carbone de la planète après les océans, trop peu d’attention a été accordée à l’utilisation des terres et à l’agriculture dans les discussions internationales sur le climat. Le sol contient plus de dioxyde de carbone que toutes les forêts et l’atmosphère réunies et à cause de la surexploitation et de l’érosion de grandes quantités de CO2 sont libérées. En outre, l’adaptation au changement climatique présente des défis de plus en plus importants pour l’agriculture, en particulier dans les pays en développement, où une attention toute particulière est accordée à la sécurité alimentaire et aux revenus agricoles. Mais il ne faut pas oublier que l’agriculture est aussi une source importante d’émissions de gaz à effet de serre. Ce sont des questions que nous voulons aborder avec nos pays partenaires.»

L’Allemagne est un partenaire important et de confiance pour le PNUD et la FAO. Les contributions de ce pays soutiennent à travers le monde un grand nombre de nos programmes et participent à la mise en oeuvre des CDN.

«Ce partenariat aidera les pays en développement à planifier et à budgétiser la transition indispensable vers des pratiques d’utilisation des terres et d’agriculture plus durables – tout en aidant les communautés vulnérables à mieux faire face aux impacts du changement climatique», a déclaré Achim Steiner, Administrateur du PNUD. «La collaboration passionnante avec la FAO est aussi une occasion pour le PNUD de réaliser sa promesse climatique d’aider 100 pays à soumettre des CDN améliorées d’ici 2020.»

La FAO et le PNUD travailleront en étroite collaboration pour mettre en oeuvre l’initiative, et soutenir les pays en fonction de leur ressource et avantage comparatif.

Le Directeur général de la FAO, QU Dongyu, a déclaré : «Une approche innovante de l’agriculture et de l’utilisation des terres est essentielle si nous voulons faire face à l’urgence climatique et réaliser les objectifs de l’Accord de Paris.»

«Ce généreux financement du gouvernement allemand soutiendra la FAO et le PNUD dans leur travail avec les pays en développement et aidera à créer des initiatives dans l’agriculture et l’utilisation des terres pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.»

Le nouveau programme mobilisera des liens stratégiques et des alliances entre les gouvernements et le secteur privé, les institutions financières et les organismes de recherche. Ensemble, la FAO et le PNUD fourniront un appui technique aux gouvernements sur les chaînes de valeur résilientes, les solutions fondées sur la nature et les évaluations du paysage et aideront à intégrer les priorités des CDN liées à l’agriculture dans leur planification et leurs investissements agricoles.

Une collaboration forte et de confiance entre le PNUD et la FAO est entretenue depuis 2015, lorsque les deux agences ont commencé à jeter les bases de l’adaptation dans le secteur agricole avec 11 pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Au cours des cinq dernières années, le programme conjoint «Intégrer l’agriculture dans les plans nationaux d’adaptation» (PAN-Ag) a renforcé les capacités d’environ 2000 décideurs nationaux et sectoriels représentant plus de 90 institutions. Depuis 2008, le PNUD a aidé 75 pays à élaborer leurs plans nationaux d’adaptation.

À propos du PNUD

Le PNUD collabore avec des personnes à tous les niveaux de la société pour aider à bâtir des nations capables de résister aux crises, et à stimuler et à soutenir le type de croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Sur le terrain dans près de 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et un aperçu local pour aider à autonomiser des vies et à bâtir des nations résilientes.

À propos de la FAO

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est une agence spécialisée des Nations Unies qui dirige les efforts internationaux pour vaincre la faim. Notre objectif est de garantir la sécurité alimentaire de tous et de veiller à ce que les gens aient régulièrement accès à suffisamment de nourriture de haute qualité pour mener une vie active et saine. Avec plus de 194 États membres, la FAO travaille dans plus de 130 pays à travers le monde. Nous pensons que tout le monde peut jouer un rôle dans l’élimination de la faim.

À propos de BMU et IKI

Depuis 2008, l’Initiative internationale sur le climat (IKI) du ministère fédéral de l’Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sûreté nucléaire (BMU) finance des projets sur le climat et la biodiversité dans les pays en développement et les pays en voie d’industrialisation, ainsi que dans les pays en transition. Au cours des premières années du programme, ses ressources financières provenaient du produit de la vente aux enchères de quotas dans le cadre du système d’échange de droits d’émission. Pour assurer la continuité financière, des fonds supplémentaires ont été mis à disposition par le biais du Fonds spécial pour l’énergie et le climat. Les deux mécanismes de financement font désormais partie du budget ordinaire du Ministère fédéral de l’Environnement.