Economie – Orano signe un contrat de fabrication de combustibles MOX avec un client Japonais

30


Orano signe un contrat de fabrication de combustibles MOX avec un client Japonais


Orano a signé avec le japonais NFI (Nuclear Fuel Industries Ltd.) un contrat pour la fabrication de 32 assemblages combustibles MOX destinés aux réacteurs 3 et 4 de la centrale nucléaire de Takahama exploitée par la compagnie Kansai Electric Power Company, Inc.

La fabrication de ces assemblages combustibles MOX sera réalisée dans les ateliers de production de l’usine Orano Melox à Chusclan (Gard).

La fourniture d’assemblages MOX pour Kansai Electric Power Company Inc. s’inscrit dans la continuité des accords signés avec les électriciens japonais depuis plusieurs décennies.

A ce jour, 44 réacteurs dans le monde ont produit de l’électricité à partir de MOX depuis 1972.

Pascal Aubret, directeur des activités Traitement / Recyclage d’Orano a déclaré : « Ce nouveau contrat vient renforcer la relation établie de longue date avec Kansai Electric. Nous sommes très fiers de la confiance renouvelée de notre partenaire Japonais dans notre savoir-faire. Ce choix confirme la pertinence du recyclage comme une solution de gestion responsable et performante des combustibles usés pour nos clients ».

MOX* : Mélange d’oxydes de plutonium et d’uranium. Le MOX permet de recycler le plutonium issu des combustibles usés.

En décembre dernier Orano avait signé un contrat avec le groupe russe Rosatom

A l’occasion de la visite du Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire à Moscou, Orano annonce la signature d’un contrat d’un montant de 40 millions d’euros avec ECP, une filiale du groupe russe Rosatom, pour le projet d’une usine d’uranium appauvri qui sera localisée sur le site de Zelenogorsk en Russie.

Selon les termes de l’accord, Orano fournira les équipements pour la construction d’une installation de défluoration d’uranium appauvri. Le groupe fournira également à son partenaire une prestation d’assistance technique pour l’installation des équipements et le démarrage de l’usine.

En 2005, Orano avait déjà signé un contrat avec Rosatom pour la livraison d’une première unité de ce type en Russie.

La technologie de défluoration permet de séparer l’acide fluorhydrique de l’uranium appauvri issu du procédé d’enrichissement, en vue de le conditionner sous une forme solide et stable. L’uranium appauvri est une matière valorisable qui peut être recyclée et utilisée comme combustible dans les centrales nucléaires pour produire de l’électricité sur le réseau.

Le projet doit durer jusqu’en 2022, date de livraison des équipements, et mobilisera une vingtaine de personnes au sein de la direction de l’ingénierie du groupe. Orano s’appuiera également sur son réseau de sous-traitants historiques en France pour la fabrication des pièces afin de garantir la qualité, la performance et la maîtrise des coûts.

Guillaume Dureau, directeur de l’Ingénierie, de la R&D et de l’Innovation d’Orano a déclaré : « je suis fier de ce contrat qui symbolise la reconnaissance de la technologie et de l’expertise d’Orano. Il vient consolider la relation de confiance établie entre nos équipes et celles de Rosatom ».