Economie – Nourrir l’humanité : un défi de demain

32


En 2050, il faudra nourrir près de 10 milliards de personnes, en quantité suffisante et de manière équilibrée. Les entreprises ont un rôle primordial à jouer pour relever ce défi.

D’ici 2050, la population mondiale sera passée de 7,7 à près de 10 milliards d’êtres humains.
Dans ce contexte, Bpifrance a mené une réflexion collective autour de la question « Comment nourrir l’humanité? » dans le cadre de son projet Demain. L’objectif :mieux accompagner les entrepreneurs, anticiper les mutations de l’économie et préparer la société aux ruptures à venir.

Nourrir l’humanité : les 5 convictions de Bpifrance
Mais comment mieux nourrir les Hommes alors qu’une partie du globe lutte contre l’obésité, le diabète et le cancer, et qu’une personne sur trois souffre d’au moins une forme de malnutrition dans le monde?
La France a de nombreux atouts pour trouver des axes de réponse à ces enjeux une surface agricole importante (52 % du territoire), un secteur agricole dynamique (1re puissance agricole européenne, devant l’Allemagne et l’Italie) et une industrie agroalimentaire puissante (1er secteur industriel français). Elle doit donc capitaliser sur son écosystème entrepreneurial pour nourrir une humanité en pleine expansion.
C’est pourquoi, selon Bpifrance:

Il est indispensable de produire mieux et garantir l’accès de tous à une alimentation en quantité et qualité satisfaisantes.

Les protéines du futur représentent un enjeu et un marché mondial en pleine croissance.
Les protéines du futur sont l’affaire des startups FoodTech, mais pas seulement.
La généralisation des protéines du futur et leur augmentation dans le bol alimentaire des pays occidentaux devront passer 3 barrières :
– réglementaire, qui impose aux entreprises européennes de soumettre un dossier coûteux avant de pouvoir vendre un nouveau produit (ex. : avec les insectes) ;
– d’acceptabilité du consommateur, pour lequel le goût, la vue et la représentation des aliments comptent comptent autant voire plus que les qualités nutritionnelles ;
– industrielle, pour passer d’une production en petites quantités à une production à grande échelle.

On n’a encore rien vu en termes d’innovations et d’évolutions des pratiques alimentaires.
Et les entreprises dans tout ça?
Pour nourrir cette population mondiale en pleine croissance de façon saine, nutritive et en quantité suffisante, sans épuiser les ressources de la planète, les entreprises françaises doivent innover. Et certaines se sont déjà emparées des promesses des protéines du futur : insectes, microalgues, champignons ou encore matières protéiques végétales (soja, blé, pois, lupin, féverole…).

Deux cas d’entreprises

Ynsect

Ynsect élève des insectes pour produire des ingrédients premium, naturels et de haute qualité pour l’aquaculture et la nutrition des animaux de compagnie.

Ses réalisations :
Leader mondial de la production d’insectes pour nourrir les animaux avec la commercialisation des protéines du scarabée Molitor pour les animaux domestiques et les poissons d’élevage (les animaux d’élevage consomment 20 % des protéines mondiales) avec un site à Dole de 3 000 m2.
projet Ynfarm, nouveau site de production à grande échelle basé à Amiens Métropole (Hauts-de-France). Environ 20 000 tonnes de protéines par an y seront produites, grâce à 70 salariés. La plus grande ferme d’insectes et plus haute ferme verticale au monde ;
création d’Ynstitute à Évry en 2015, un centre de R&D en propre pour révolutionner l’utilisation des insectes pour la nutrition animale à échelle industrielle, et étendre le marché à d’autres animaux d’élevage comme les cochons et la volaille ;
amorçage du développement international, avec notamment l’ouverture d’une usine potentiellement en Amérique du Nord.


Fleury Michon

Fondée en 1905, l’ETI familiale Fleury Michon produit des plats préparés, de charcuteries et de produits de la mer. Elle a enregistré un chiffre d’affaires de
725 Meuros en 2018 et emploie 3 740 personnes.

Ses réalisations :
création d’une gamme de produits végétariens associant protéines végétales, légumes et /ou légumineuses ;
défense d’une agriculture plus raisonnée avec des circuits courts, en se recentrant sur ses fournisseurs, garants de la qualité et de la confiance du consommateur ;
politique de transparence pour interpeller les consommateurs mais aussi les fournisseu

Les enjeux de demain

Parce qu’aujourd’hui se construit l’économie française de demain, Bpifrance a lancé le projet « Demain », une démarche collective de réflexion sur neuf enjeux majeurs, autour de l’économie et de l’industrie :

mieux se protéger
bâtir les territoires de demain
réussir la transition écologique et énergétique
créer l’entreprise et le travail de demain
nourrir l’humanité
faciliter la mobilité
répondre à l’épanouissement de l’individu
repenser la formation initiale et continue
vivre et vieillir en bonne santé
Ces 9 enjeux sont les fondements de la croissance de demain. Ils sont aussi notre responsabilité d’aujourd’hui