Economie – Le coronavirus coûtera au tourisme mondial au moins 1,2 billion de dollars – CNUCED

37

La CNUCED estime que pour chaque million de dollars de recettes touristiques internationales perdues, le revenu national d’un pays pourrait chuter de 3 millions de dollars. Les effets sur l’emploi pourraient être dramatiques

Le secteur du tourisme mondial pourrait perdre au moins 1,2 billion de dollars, soit 1,5% du produit intérieur brut (PIB) mondial, après avoir été immobilisé pendant près de quatre mois en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué la CNUCED dans un rapport publié le 1er juillet.
L’organisation des Nations Unies pour le commerce et le développement a averti que la perte pourrait atteindre 2,2 billions de dollars ou 2,8% du PIB mondial si la suspension du tourisme international durait huit mois, conformément à la baisse attendue du tourisme prévue par l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT).

Dans le scénario le plus pessimiste, la CNUCED estime les pertes, avec une interruption de 12 mois du tourisme international, à 3,3 billions de dollars ou 4,2% du PIB mondial.
Selon l’OMT, le tourisme mondial, dont les revenus ont plus que triplé au cours des 20 dernières années, passant de 490 milliards de dollars à 1,6 milliard de dollars, est l’épine dorsale des économies de nombreux pays et une bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans le monde. Mais, la COVID-19 a mis ce secteur à l’arrêt, entraînant de graves conséquences économiques à l’échelle mondiale.

Les mesures de verrouillage en vigueur dans certains pays, les restrictions aux voyages, la réduction du revenu disponible des consommateurs et le faible niveau de confiance pourraient ralentir considérablement la reprise du secteur. Même si le tourisme redémarre lentement dans un nombre croissant de pays, il reste au point mort dans de nombreux autres.

« Ces chiffres rappellent clairement quelque chose que nous semblons souvent oublier : l’importance économique du secteur et son rôle de bouée de sauvetage pour des millions de personnes dans le monde », a déclaré la directrice du commerce international de la CNUCED, Pamela Coke-Hamilton.
« Pour de nombreux pays, comme les petits États insulaires en développement, un effondrement du tourisme signifie un effondrement de leurs perspectives de développement. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons nous permettre », a-t-elle ajouté.

Les pays en développement pourraient subir les pertes de PIB les plus importantes. Selon le scénario le plus optimiste des estimations de la CNUCED, la Jamaïque et la Thaïlande sont particulièrement affectés, perdant respectivement 11% et 9% du PIB. D’autres destinations touristiques importantes comme le Kenya, l’Égypte et la Malaisie pourraient perdre plus de 3% de leur PIB.
Mais le secteur du tourisme dans de nombreux pays riches ressentira également la pression. Les destinations populaires européennes et nord-américaines, dont la France, la Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et les États-Unis, pourraient perdre des milliards de dollars en raison de la chute spectaculaire du tourisme international, selon les prévisions de la CNUCED.

Impact sur d’autres secteurs, emplois et salaires

Les voyages et le tourisme représentent une part importante du PIB mondial et plus de la moitié du revenu national de nombreux pays.

Les pertes touristiques induites par le coronavirus ont un effet d’entraînement sur d’autres secteurs économiques qui fournissent les biens et services que les voyageurs recherchent pendant leurs vacances, comme la nourriture, les boissons et les divertissements.

La CNUCED estime donc que pour chaque million de dollars de recettes touristiques internationales perdues, le revenu national d’un pays pourrait baisser de 2 millions à 3 millions de dollars.
La chute massive des arrivées de touristes a également laissé un nombre croissant de travailleurs qualifiés et non qualifiés au chômage ou avec moins de revenus.

Les estimations de la CNUCED montrent que dans les pays les plus touchés, comme la Thaïlande, la Jamaïque et la Croatie, l’emploi de travailleurs non qualifiés pourrait diminuer d’un taux à deux chiffres même dans le scénario le plus modéré.

Au niveau des salaires des travailleurs qualifiés, les baisses les plus marquées pourraient être observées en Thaïlande (-12%), en Jamaïque (-11%) et en Croatie (-9%) dans le cas optimiste, doublant ou triplant dans le pire des cas.

Les effets pourraient être particulièrement négatifs pour les femmes, lesquelles devraient être touchées de manière disproportionnée par les licenciements dans le secteur du tourisme en raison de la COVID-19, selon le rapport.

Les femmes sont davantage susceptibles d’être des entrepreneurs que les hommes dans le tourisme et représentent environ 54% des travailleurs des secteurs de l’hébergement et de la restauration.
Et parce que de nombreuses femmes du secteur travaillent de manière informelle dans des emplois peu qualifiés, elles sont moins susceptibles d’avoir des allocations de chômage ou d’autres filets de sécurité.
« C’est pourquoi les femmes sont particulièrement touchées par cette crise. Et c’est pourquoi les politiques qui aident à protéger le secteur protègent également l’autonomisation économique pour laquelle beaucoup de ces femmes se battent depuis longtemps », a déclaré Mme Coke-Hamilton.

Soutien de récupération nécessaire
La CNUCED appelle à renforcer la protection sociale dans les pays touchés afin d’éviter les pires difficultés économiques pour les personnes et les communautés qui dépendent du tourisme.
Elle exhorte les gouvernements à protéger les travailleurs. Lorsqu’il est peu probable que certaines entreprises se redressent, les subventions salariales devraient être conçues pour aider les travailleurs à se déplacer vers de nouvelles industries.

Les gouvernements devraient également aider les entreprises touristiques confrontées au risque de faillite, telles que les hôtels et les compagnies aériennes. Une approche pour l’allégement financier concerne les prêts ou subventions à faible taux d’intérêt, indique le rapport.

En outre, la CNUCED appelle la communauté internationale à soutenir l’accès au financement pour les pays les plus durement touchés.