Economie – INRAE et GRDF poursuivent leur travaux au service d’une méthanisation agricole durable – INRAE

56


INRAE et GRDF poursuivent leur travaux au service d’une méthanisation agricole durable


Le 27 février, à l’occasion du Salon international de l’agriculture, Philippe Mauguin, président directeur général d’INRAE et Édouard Sauvage, directeur général de GRDF, ont signé un nouvel accord-cadre visant à favoriser l’insertion de la méthanisation dans les pratiques agro-écologiques.

Ce renouvellement de partenariat pour une durée de 5 ans, a notamment pour but d’accompagner la filière agricole dans le développement de cultures intermédiaires multi-services ou à vocation énergétique.
INRAE et GRDF réaffirment leur volonté commune de valoriser le biométhane et d’accompagner les agriculteurs, de la production à l’injection du gaz vert dans le réseau de distribution.

L’Inra et GRDF ont développé depuis février 2018 une collaboration fructueuse qui s’est concrétisée par deux thèses CIFRE[1] et plusieurs contrats de recherche et de prestations, autour de thématiques liées à la méthanisation : conservation du potentiel énergétique des digestats, impact positif des cultures intermédiaires sur le stockage du carbone organique dans les sols agricoles, évaluation environnementale de la méthanisation en analyse de cycle de vie…

Par ailleurs, GRDF collaborait avec les équipes d’Irstea sur des sujets spécifiques comme l’optimisation de la production de biogaz des stations d’épuration et celle des installations de méthanisation agricole.

Ainsi la naissance d’INRAE, issu de la fusion de ces deux organismes déjà partenaires de GRDF, permet de renforcer cette nouvelle coopération guidée par quatre objectifs prioritaires :

L’amélioration du processus de digestion anaérobie (méthanisation) notamment via la caractérisation des ressources l’ajout de prétraitements, une meilleure compréhension des procédés et la limitation des pertes techniques de méthane.
La modélisation et l’étude de la qualité du biométhane en vue de son injection dans les réseaux.
L’amélioration de la valorisation des digestats grâce notamment à des études d’impacts agronomiques, environnementaux et sanitaires.
L’insertion de la méthanisation dans les pratiques agricoles et notamment l’accompagnement de la filière agricole pour le développement de cultures intermédiaires multi-services (CIMS) et « à vocation énergétique » (CIVE), en tenant compte du stockage de carbone dans les sols et des autres impacts sur l’environnement.
D’après une étude de l’ADEME, l’ensemble des gisements agricoles représenterait plus de 90% du potentiel de la méthanisation en France. Les bénéfices de la méthanisation sont multiples pour les agriculteurs, elle leur permet de diversifier leurs revenus, de valoriser leur exploitation en créant une dynamique locale (création d’emplois) et de levier vers l’agroécologie (solution vertueuse pour le traitement des déchets, production d’un engrais organique naturel …).

« Cette nouvelle collaboration ouvre de belles perspectives pour la production de nouvelles connaissances scientifiques et techniques, leviers indispensables pour accélérer le développement d’une filière énergétique durable, au service de la transition agro-écologique », Philippe Mauguin, Président directeur général d’INRAE.

« La filière biométhane défendue par GRDF participe activement au principe d’agro-écologie. La méthanisation agricole permet de valoriser les déchets en les transformant en ressource énergétique et de produire du digestat, un engrais naturel qui se substitue aux engrais chimiques. » Édouard Sauvage, directeur général de GRDF.

[1] Thèses CIFRE : Conventions Industrielles de Formation par la REcherche