Donald Trump semble admettre que Covid «se déchaîne» aux États-Unis | Nouvelles américaines

30

Donald Trump semble avoir admis que le coronavirus était «sauvage» à travers les États-Unis, contrairement à ses déclarations tout au long de la campagne électorale selon lesquelles le pays «tournait le tour» de la pandémie.

Alors que les nouvelles infections à Covid aux États-Unis approchaient les 200000 par jour, Trump s’est adressé à Twitter samedi soir pour insister que les choses allaient également mal en dehors des États-Unis: «  The Fake News ne parle pas du fait que ‘Covid’ est en train de se déchaîner partout. le monde, pas seulement aux États-Unis »

Donald J. Trump
(@realDonaldTrump)

The Fake News ne parle pas du fait que «Covid» se déchaîne partout dans le monde, pas seulement aux États-Unis. J’étais à la réunion virtuelle du G-20 tôt ce matin et le plus gros sujet était Covid. Nous allons guérir rapidement, surtout avec nos vaccins!


21 novembre 2020

Vendredi, les États-Unis ont enregistré 195 500 nouveaux cas, un record mondial et américain, selon les données de l’Université Johns Hopkins. Samedi, le pays a dépassé 12 millions de cas, de loin le plus grand total au monde.

Au cours de la campagne électorale, Trump a affirmé à plusieurs reprises que les États-Unis «tournaient le tour» sur le coronavirus et que le pays en entendrait moins parler de la pandémie après le 4 novembre.

Dans ses tweets de samedi soir, il a insisté sur le fait que la «fake news» oublie de mentionner que «beaucoup moins de gens meurent lorsqu’ils reçoivent Covid».

La Food and Drug Administration des États-Unis a déclaré samedi qu’elle avait délivré une autorisation d’utilisation d’urgence pour le traitement par anticorps de Regeneron Pharmaceuticals qui avait été donnée au président lorsqu’il avait eu Covid-19 en octobre. Cela survient alors que les décès quotidiens aux États-Unis se rapprochaient des chiffres observés au cours des premiers mois de la pandémie. Jeudi, plus de 2000 Américains sont morts de Covid, le chiffre le plus élevé depuis mai.

Trump a dit à la sommet virtuel du G20 samedi matin, que «le plus gros sujet était Covid. Nous allons guérir rapidement, surtout avec nos vaccins! ».

Trump a également laissé entendre aux dirigeants du G20 qu’il travaillerait avec eux à l’avenir.

«J’ai hâte de travailler à nouveau avec vous pendant longtemps», a-t-il déclaré aux dirigeants, selon l’audio obtenu par l’Observer.

Avant le sommet, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé le G20 à rejoindre COVAX, une initiative internationale visant à distribuer les vaccins Covid-19 dans les pays du monde entier. Les États-Unis ont refusé de se joindre à Trump.

Au lieu de cela, elle et d’autres pays comme la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, qui sont tous des pays du G20, ont directement négocié des accords avec des sociétés pharmaceutiques pour recevoir des milliards de doses, ce qui signifie que la grande majorité de l’approvisionnement mondial en vaccins l’année prochaine est déjà réservée.

Moderna a déclaré à l’hebdomadaire allemand Welt am Sonntag qu’elle facturerait aux gouvernements entre 25 et 37 dollars par dose de son candidat vaccin Covid, en fonction de la quantité commandée.

«Notre vaccin coûte donc à peu près le même prix qu’un vaccin contre la grippe, qui se situe entre 10 et 50 dollars», a déclaré le directeur général Stéphane Bancel.

De retour aux États-Unis, des millions de personnes devaient voyager jeudi pour les prochaines vacances de Thanksgiving, ignorant les avertissements concernant la propagation du virus.

Plus d’un million de personnes ont traversé les aéroports vendredi, selon les données de la Transportation Security Administration. C’était la deuxième journée de trafic aérien intérieur en importance depuis le début de la pandémie.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains ont émis un avertissement samedi pour que toutes les personnes évitent de voyager en bateau de croisière car le risque de Covid-19 à bord est très élevé.

Le mois dernier, l’agence a publié un cadre pour une reprise progressive des activités des navires de croisière après l’expiration d’une ordonnance d’interdiction de naviguer émise en mars en réponse à la nouvelle pandémie de coronavirus.



Source