Les « deux sessions » de cette année, reportées de plus de deux mois, revêtent une signification particulière car l’épidémie de coronavirus sans précédent complique les efforts du pays pour éliminer la pauvreté absolue et achever la construction d’une société modérément prospère à tous égards.

Les sessions annuelles de la législature nationale et de l’organe consultatif politique chinois se réunissent à un moment où la Chine fait face à une pression croissante pour atteindre les objectifs de cette année dans le contexte de l’épidémie de coronavirus et de la récession économique mondiale.

Lors des « deux sessions », les dirigeants devraient réaffirmer leur engagement à atteindre les objectifs.

Les tâches sont intimidantes. Il y avait encore des millions de personnes pauvres à la fin de l’année dernière, et COVID-19 n’a fait qu’aggraver les défis.

La Chine doit définir des objectifs de développement économique plus flexibles et réalisables avec des principes terre-à-terre pour contrer les incertitudes internes et externes.

Les politiques budgétaires et monétaires devraient être annoncées. La ligne de fond de l’emploi doit être respectée. Par ailleurs, des questions de santé publique seront discutées et un projet de code civil sera débattu lors de l’événement.

Ce sera une bonne occasion pour les législateurs et les conseillers politiques du pays de parvenir à un consensus, de rassembler la sagesse et de remonter le moral pour réaliser la mission nationale.

L’épidémie a eu un impact négatif sur l’économie chinoise, son produit intérieur brut s’étant contracté de 6,8% sur un an au premier trimestre.

Mais la détermination des dirigeants à atteindre l’objectif à temps est ferme et ses actions sont concrètes, tracent la voie vers une transformation de haute qualité et un développement plus durable.

Pas une seconde ne devrait être perdue. Tous les horizons de la société chinoise se précipitent pour reprendre le travail et la production afin de rattraper le temps perdu en raison de l’épidémie.

Les « deux sessions » de cette année, bien que plus tard que d’habitude, seront une « station-service » de confiance et un nouveau point de départ pour la nation. Désormais, avec une feuille de route claire et solidaire, le pays marchera pour gagner la bataille contre la pauvreté et atteindre l’objectif de construire une société modérément prospère à tous égards comme prévu.