Coronavirus : Virus Corona: la Poste n'accepte plus de colis en Chine

44

De plus en plus de personnes souffrent du virus corona. De nombreux experts prévoient également des conséquences économiques pires que le SRAS 2002/2003. La poste allemande n'accepte plus les colis vers la Chine.

Le nombre de personnes souffrant de corona continue d'augmenter – et l'impact économique est de plus en plus important. Par exemple, Deutsche Post n'accepte plus les colis et les colis vers la Chine, Hong Kong et Macao. La raison en est les problèmes causés par l'épidémie de coronavirus pendant le transport, le dédouanement et la livraison, a déclaré une porte-parole de la société de logistique.

En revanche, les lettres seraient acceptées et traitées jusqu'à nouvel ordre. Cependant, en raison des restrictions actuelles du trafic, des retards de livraison sont à prévoir.

L'opération de collecte, de livraison et de gestion de l'entrepôt de DHL dans la province du Hubei est actuellement suspendue parce que le gouvernement provincial a suspendu tous les vols commerciaux à destination et en provenance de Wuhan et a bouclé toutes les artères de la capitale provinciale, a indiqué la société. Le Post a souligné que les livraisons à Taiwan ne sont pas affectées par le gel des colis et des colis. En principe, l'envoi express de documents en Chine est toujours possible.

Deux Allemands infectés libérés de la clinique

À Francfort, les deux patients infectés ont été libérés de la clinique universitaire. "Ils ne présentent aucun symptôme et ne sont manifestement pas contagieux", a déclaré un porte-parole de l'hôpital universitaire. Il n'y a aucun danger pour eux ou leur environnement. Les deux patients ont été admis le 2 février. Ils ont été expulsés de la ville chinoise de Wuhan, qui a été particulièrement durement touchée par l'épidémie, puis emmenés dans une caserne à Germersheim pour y être mis en quarantaine.

Les autres rapatriés chinois là-bas sont susceptibles de savoir dimanche s'ils sont infectés ou non. D'ici là, les résultats des derniers tests devraient être disponibles. Si ceux-ci ne présentent aucune anomalie, la quarantaine sera levée dimanche après-midi, a indiqué le ministère de la Santé de Rhénanie-Palatinat. Quels que soient les résultats du test, tous les rapatriés et les 22 aides de la Croix-Rouge allemande devraient subir un examen médical final.

Les croisiéristes allemands reviennent

Les gens pouvaient pousser un soupir de soulagement sur le bateau de croisière "Westerdam": Après avoir cherché un port pendant des jours, le premier des presque 2 300 invités et membres d'équipage au Cambodge a pu quitter le navire. L'ambassade d'Allemagne a écrit sur Twitter que le premier groupe d'Allemands se rendrait à Francfort dans la soirée et les passagers restants le lendemain.

Le voyage de l '"Aidavita" est considérablement raccourci et devrait se terminer à Bangkok ce week-end. Le bateau de croisière avec environ 1100 passagers, principalement d'Allemagne et 400 membres d'équipage, n'avait jamais été autorisé à s'amarrer au Vietnam auparavant. Aucun cas de coronavirus n'a été connu sur les deux navires.

La compagnie maritime Aida termine prématurément la saison en Asie

La compagnie maritime Aida interrompt les voyages "Aidavita" et "Aidabella" en Asie en raison de la propagation du virus et de l'augmentation des restrictions de voyage pour cette saison. Le programme aurait normalement duré jusqu'en avril, et quatre voyages avaient été prévus pour chaque navire d'ici là, selon Aida Cruises. "Les navires seront transférés vers d'autres zones d'expédition."

Après la détection de plus de 200 infections sur le "Diamond Princess", qui est mis en quarantaine au large de Yokohama (Japon), les pays asiatiques hésitent à laisser entrer les navires de croisière dans leurs ports.

Lufthansa prolonge la pause de vol

L'industrie aéronautique ressent également de plus en plus les conséquences du virus: l'International Aviation Association s'attend à une perte de ventes pouvant atteindre 4,6 milliards d'euros, car de nombreuses compagnies aériennes ont coupé leurs connexions vers et depuis la Chine. Lufthansa y a également prolongé sa pause: jusqu'au 28 mars, les compagnies aériennes du groupe ne desserviront plus Pékin et Shanghai. Initialement, ces vols n'ont été suspendus que fin février.

À Singapour, le Premier ministre Lee Hsien Loong a déclaré que l’impact économique de Covid-19 devrait surpasser l’épidémie de Sars de 2002/2003.

Près de 64 000 personnes infectées et 1 400 morts

En Chine, il y a eu 5090 nouveaux cas d'infection et 121 autres personnes sont décédées, selon la Commission nationale de la santé. Le nombre de décès en Chine continentale est maintenant de 1 380, confirmant 63 851 cas d'infection.

L'augmentation des maladies est également liée à un changement de méthode de comptage dans la province du Hubei particulièrement touchée. Dans les statistiques, les infections y sont désormais également enregistrées après un diagnostic médical, avant même d'avoir été confirmées par des tests de laboratoire. De cette manière, les personnes concernées devraient pouvoir être isolées plus rapidement.

De gros risques pour les médecins et les infirmières

Les victimes incluent de plus en plus des travailleurs hospitaliers. La chaîne de télévision publique chinoise CCTV a signalé que plus de 1 700 assistants médicaux avaient été infectés. Au moins six sont morts en conséquence. De nombreux médecins portent des couches sous leur combinaison de protection pour éviter d'aller aux toilettes et ainsi retarder le changement des rares combinaisons de protection.

Deutschlandfunk a fait un rapport sur ce sujet le 14 février 2020 à 18 h 00.