Coronavirus : Nikkei glisse plus loin sur les craintes du coronavirus

18

La moyenne de l’action Nikkei a continué de saigner jeudi alors que les craintes d’une résurgence du coronavirus dans le pays et à l’étranger ont atténué le sentiment des investisseurs.

La moyenne Nikkei de 225 émissions de la Bourse de Tokyo a chuté de 93,80 points, ou 0,36%, pour clôturer à 25634,34, après avoir glissé de 286,48 points mercredi.

Mais l’indice Topix de toutes les émissions de première section TSE a augmenté de 5,76 points, ou 0,33%, pour se terminer à 1 726,41, après une baisse de 14,01 points la veille.

Les inquiétudes concernant l’augmentation rapide des cas de coronavirus ont éclipsé les nouvelles positives de Pfizer Inc., qui a déclaré qu’elle demanderait à la Food and Drug Administration américaine d’autoriser l’utilisation d’urgence de son vaccin contre le coronavirus.

Un autre facteur négatif était que Tokyo a élevé son alerte au coronavirus au plus haut niveau sur son échelle en quatre points.

Cependant, l’indice Topix est remonté en territoire positif et la moyenne du Nikkei a réduit les pertes en fin de séance, les investisseurs ayant vu que les actions avaient atteint un plancher.

Kazuo Kamitani, associé principal au département de recherche sur les investissements et des services aux investisseurs de Nomura Securities Co., a déclaré que le volume des transactions sur la première section du TSE commençait à retomber aux niveaux d’avant la récente hausse.

Cela suggère une baisse de l’optimisme du marché, poussant les acteurs à l’écart, a déclaré Kamitani.

Pendant ce temps, Hirohumi Yamamoto, stratège chez Toyo Securities Co., a déclaré que le Nikkei ne voyait pas de chute brutale car les actions japonaises sont toujours soutenues par des espoirs à long terme de reprise économique reflétés dans les bénéfices positifs des entreprises en juillet-septembre.

En outre, les actions sont toujours sous-évaluées sur la base des ratios cours / valeur comptable, de sorte que les investisseurs sont prêts à acheter lorsqu’ils baissent, a déclaré Yamamoto.

Sur la première section du TSE, les déclasseurs ont dépassé en nombre les gagnants 1 238 contre 827 avec 111 numéros inchangés. Le volume est passé à 1,368 milliard d’actions contre 1,187 milliard d’actions mercredi.

Le fabricant d’équipements de fabrication de puces Tokyo Electron a chuté de 1,76% et le fabricant de dispositifs de test de semi-conducteurs Advantest de 2,76%.

Les inquiétudes concernant la possibilité d’une autre série de restrictions de voyage au milieu d’une résurgence de coronavirus ont fait tomber des noms de transport tels que Central Japan Railway, ou JR Tokai, et ANA.

Les constructeurs automobiles ont souffert de l’appréciation du yen par rapport au dollar.

Les actions fortement pondérées sur l’indice Nikkei, telles que Fast Retailing et SoftBank Group, ont également reculé.

Pendant ce temps, Toray, qui fournit des pièces à Boeing, a augmenté de 2,24% après que la Federal Aviation Administration américaine a autorisé le Boeing 737 MAX à voler à nouveau.

Parmi les autres gagnants figuraient Z Holdings, la société mère du fournisseur de services Internet Yahoo Japan, et la société de publicité Internet CyberAgent.

Dans la négociation de contrats à terme sur indices à la Bourse d’Osaka, le contrat clé de décembre sur la moyenne du Nikkei a chuté de 160 points pour se terminer à 25 540.