Coronavirus : Les cas de coronavirus s’additionnent dans les universités de Floride. Comment réagissent-ils?

17

Alors que les campus universitaires à travers le pays deviennent les nouveaux points chauds du COVID-19, avec des centaines de cas positifs signalés dans certains endroits, les responsables des universités de Floride n’ont pas tiré beaucoup d’alarmes.

Mis à part la Florida State University, où les cas grimpent le plus rapidement et où le président John Thrasher a menacé vendredi de suspendre les étudiants infectés qui continuent de socialiser, les plus grands campus de l’État n’ont pas encore vu le nombre énorme signalé dans d’autres États.

Non pas que le virus n’ait pas fait de percées.

Les jeunes sont les principaux moteurs des épidémies en Floride alors que la récente baisse des nouveaux cas et décès de COVID-19 commence à ralentir, selon les données de l’État. Et si les publications sur les réseaux sociaux ont documenté de grands rassemblements sur certains campus, avec peu de masques sportifs, les responsables se disent également préoccupés par les petites réunions dans les résidences universitaires ou les étudiants partageant des repas en étroite collaboration.

«Les cas ne sont pas quelque chose que nous considérons comme une défaite», a déclaré le Dr Mike Lauzardo, qui dirige l’initiative Screen, Test & Protect de l’Université de Floride. «Comme prévu, lorsque vous commencez à ouvrir les choses, des cas se produisent. … Les cas vont augmenter. Nous allons les gérer et les contrôler. »

Cet effort a pris différentes formes à travers l’État. Voici un aperçu de la situation du COVID-19 dans les plus grandes universités de Floride et de la manière dont ces écoles traitent les cas:

Université d’État de Floride

Le campus de la Florida State University, où près de 1200 cas de COVID-19 ont été signalés depuis le début des cours. [SCOTT KEELER | Times]

Après avoir commencé son semestre le 24 août, FSU a signalé 1 182 cas. Cette semaine, 64 étudiants étaient en quarantaine ou en auto-isolement dans deux résidences universitaires sur le campus, avec 24 autres étudiants en isolement hors campus.

Depuis que l’école a commencé les tests le 2 août, son taux de réussite est de 8,49%.

Au cours de la première semaine du semestre, 11 personnes ont été arrêtées lors d’une fête organisée par une fraternité interdite. Plus tard, l’école a limité les événements et a restreint l’accès aux maisons grecques aux résidents seulement. Le talonnage avant les matchs de football, qui était initialement autorisé, est temporairement interdit.

Vendredi, le président Thrasher a associé sa menace de suspendre les étudiants à un appel à l’action, affirmant que le comportement de quelques-uns «entrave notre capacité à poursuivre l’expérience en personne de cet automne et les traditions que nous chérissons tous». L’avis faisait suite à des publications sur les réseaux sociaux indiquant que les étudiants qui avaient été invités à mettre en quarantaine avaient assisté au match de football à domicile de samedi dernier contre Georgia Tech.

«J’ai juste l’impression que je réalise que beaucoup de gens manquent d’empathie et de respect pour la grande communauté dans laquelle nous vivons», a déclaré Molly Lavoie, une étudiante en deuxième année de FSU qui reste principalement dans son appartement hors campus et suit des cours en ligne. « C’est vraiment frustrant de voir le pic, et personne ne semble s’en soucier. »

UNE Tampa Bay Times L’analyse a révélé que 1731 cas de COVID-19 avaient été signalés dans les trois codes postaux couvrant le campus FSU et ses environs depuis le 1er septembre. Cela s’est traduit par un nouveau cas pour 55 personnes dans ces codes postaux – une zone d’environ 95 000 résidents.

Les enregistrements de cas sont parfois initialement affectés à l’endroit où une personne a été testée avant d’être mis à jour vers l’endroit où elle vit, de sorte que certaines des données peuvent changer.

Dans tout le comté de Leon, les cas chez les 15 à 24 ans ont plus que triplé par rapport à leur record précédent de fin juin. Les visites aux salles d’urgence du comté ont également augmenté ce mois-ci.

Université de Floride du Sud

Les étudiants montent les escaliers la semaine dernière au Marshall Student Center sur le campus USF de Tampa. L’école a signalé 165 cas de COVID-19 depuis le début du semestre d’automne. [ MARTHA ASENCIO RHINE | Times ]

Depuis le début du semestre d’automne le 24 août, l’USF a rapporté que 165 étudiants et employés – dont 71 cette semaine – ont été testés positifs sur ses trois campus.

Ces cas sont autodéclarés par les étudiants, les professeurs et le personnel ou ceux dont le test est positif au Centre des services de santé aux étudiants. L’université ne communique pas son taux de test de positivité et a déclaré qu’elle ne pouvait pas fournir ces données car elle partageait son site de test sur le campus avec le comté de Hillsborough.

Bientôt, l’université commencera à tester au hasard 10% de la population du campus et fournira un taux de positivité à partir de cela, a déclaré Donna Petersen, présidente du groupe de travail COVID-19 de l’USF.

Les responsables de l’université ont refusé de fournir le nombre d’individus mis en quarantaine sur les installations du campus. Mais lors d’une séance de questions-réponses sur Facebook en direct avec les parents cette semaine, la doyenne du logement, Ana Hernandez, a déclaré que l’USF avait 66 étudiants isolés dans des résidences universitaires, un nombre qui, selon elle, fluctue avec les gens qui vont et viennent «toutes les heures».

Au cours de la même session, certains parents se sont plaints de l’absence de protocoles de l’USF pour maintenir les étudiants en quarantaine, avec peu ou pas de contact de l’université et aucune nourriture ne leur était fournie pendant près d’une journée.

La doyenne des étudiants, Danielle McDonald, a déclaré que les étudiants placés dans une résidence pour s’auto-isoler sont affectés à une «équipe de soins», qui les enregistre quotidiennement et leur fournit au moins deux repas par jour.

Elle a également déclaré qu’elle était prudemment optimiste quant à la réouverture jusqu’à présent.

«Je sens que je dois continuer à frapper du bois à chaque fois que je dis cela parce que je sens que je vais le faire mal et que nous allons nous préparer pour une chute, mais ça se passe bien», a déclaré McDonald. «Ce n’est toujours pas facile.»

Elle a déclaré que chaque fraternité et sororité avait signé un engagement à respecter les normes de l’université. Il y a eu des rapports sporadiques de grands rassemblements dans des complexes d’appartements hors campus, mais McDonald pense qu’elle saurait s’il y en avait d’autres. Elle se fonde sur des comptes de médias sociaux qui font honte aux étudiants qui participent à ces événements, et sur des informations rapportées via les lignes de conseils anonymes de l’université.

«Nous avons commencé un peu plus tard que certaines autres écoles, et ils ont vu ce qui peut arriver si les gens ne prennent pas soin de notre communauté», a déclaré McDonald.

Petersen a ajouté: « Nous n’avons pas de grandes fêtes ou ces super diffuseurs avec un grand nombre de personnes. »

Université de Floride

La Century Tower s’élève au centre du campus de l’Université de Floride, où un peu moins de 700 cas de COVID-19 ont été signalés. [ University of Florida ]

Depuis le début du semestre d’automne le 31 août, UF a signalé 693 nouveaux cas d’étudiants et d’employés. Le site de test du Student Health Care Center a un taux de positivité de 26,6%.

Le porte-parole de l’université, Steve Orlando, a déclaré la semaine dernière que 31 étudiants étaient en quarantaine sur le campus et 23 en isolement. 81 étudiants supplémentaires étaient soit en quarantaine, soit en isolement hors campus. La plupart, dit-il, sont rentrés chez eux.

Dans le comté d’Alachua, les admissions aux urgences sont restées essentiellement stables depuis fin août.

Lauzardo, le médecin qui dirige les efforts de dépistage et de test de l’université, a déclaré que l’augmentation était prévue.

Il a déclaré que la recherche approfondie des contacts, y compris des entretiens de 30 à 45 minutes avec chaque personne dont le test était positif, a permis à l’université d’en savoir plus sur les points de transmission possibles et d’ajuster son approche du virus. Lauzardo a déclaré que peu de propagation avait été détectée sur le campus ou dans les salles de classe; il s’est plutôt produit dans des résidences universitaires et des logements grecs hors campus.

«Nous faisons de notre mieux pour trouver où se trouvent ces cas», a-t-il déclaré. « C’est quelque chose à gérer, pas à éviter. Nous avons perdu cette capacité de l’éviter une fois que ce virus a quitté la Chine. »

Université de Floride centrale

Une vue de l’Union des étudiants de l’Université de Floride centrale, qui a signalé 199 cas de COVID-19 jusqu’à présent ce semestre. [ University of Central Florida ]

L’université a signalé 199 cas depuis le début du semestre le 24 août.

Quinze étudiants ont été mis en quarantaine dans des résidences universitaires la semaine dernière, tandis que la majorité de ceux à qui on a demandé de s’isoler sont retournés dans leur résidence permanente, a indiqué l’université.

Le Dr Michael Deichen, vice-président associé des services de santé aux étudiants de l’UCF, a déclaré que la plupart des cas positifs provenaient d’un comportement non conforme plutôt que d’une propagation communautaire. Certains étudiants, a-t-il dit, ont propagé le virus en mangeant près des autres.

«Manger est une facette si importante de la socialisation et quelque chose d’important que nous devons tous faire, mais les gens baissent la garde», a déclaré Deichen. «Nous essayons de nous assurer que les gens comprennent le risque.»

Il a déclaré que l’université commencerait des tests ciblés sur certaines populations – d’abord les fraternités et les sororités, et plus tard d’autres groupes tels que les employés de la salle à manger et les occupants des résidences – pour voir s’ils ont besoin d’allouer plus de ressources dans des domaines spécifiques.

Mais Deichen a déclaré qu’il s’attend à ce que les choses s’améliorent et que l’université se prépare à diffuser un vaccin lorsqu’il arrivera.

«Nous espérons que nous sommes dans la sixième ou la septième manche de cette pandémie», a-t-il déclaré.